Une oeuvre, trois idées
Programmation musicale
Samedi 30 octobre 2021
3 min

La Bagatelle de György Ligeti

Ce matin, Marc-Olivier nous parle d'un des compositeurs de la génération 1925 : György Ligeti et plus particulièrement de sa Bagatelle pour quintette à vents !

La Bagatelle de György Ligeti
György Ligeti (1923 - 2006), © Getty / Erich Auerbach | Hulton Archive
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

La première idée pour parler de cette merveille est le plaisir de la bagatelle en musique ou small is beautiful ! Mais qu’est-ce qu’une bagatelle ? L’Académie Française nous dit que la Bagatelle apparaît au 16ème siècle et viendrait de l’italien « bagatella » qui signifie un tour de bateleur… Le dictionnaire précise aussi que le mot représente un objet de peu de valeur et peu nécessaire ou une chose futile sans importance… Bref, tout le contraire de ce qu’en ont fait quelques compositeurs, et pas des moindres ! Voici, pour exemple, le début de la Bagatelle n°1, op. 126, de Beethoven, par Richter :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

La deuxième idée est un peu technique : majeur ou mineur ? Pour faire court, le langage tonal de la musique classique utilise principalement deux « dialectes » : le mode majeur et le mode mineur. Or cette première des bagatelles de Ligeti est construite sur un sur un joyeux mélange des deux.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pour reconnaitre et différencier les ingrédients de base que sont l’accord parfait majeur et l’accord parfait mineur, on peut se replonger dans les ouvertures des opéras de Mozart.
L’Ouverture de la Flûte enchantée de Mozart commence par un accord majeur :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Quant à Ligeti, dans notre Bagatelle, il touille le tout ! Pour jouer sur les mots, on pourrait presque dire que le mineur / majeur devient en quelque sorte le « mijeur / maneur »

En ce qui concerne la troisième idée : Ligeti aime concevoir une forme courte à partir d’un principe simple mais très précisément défini. Il adoptera ce principe également dans ses magnifiques études pour piano. Voici par exemple le début de l’étude intitulée l’Escalier du diable :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ce principe de composition s’inscrit dans une extraordinaire continuité historique. De tous temps, les compositeurs ont eu l’idée de pousser le plus loin possible les possibilités d’une simple idée musicale, dans une œuvre courte. C’est d’une certaine façon l’éloge de l’obsession !

Cette pièce est devenue un cheval de bataille de tous les quintettes à vents. Il en existe donc une multitude de versions. Comme par exemple le quintette danois Carion qui en a fait une vidéo absolument formidable

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :