Tendez l'oreille
Programmation musicale
Samedi 30 mai 2020
5 min

Tendez l'oreille ! Ivor Novello (1893-1951), "superstar" oubliée, de Hitchcock à la comédie musicale

5 minutes pour découvrir Ivor Novello, une des premières vedettes britanniques au XXe siècle, qui allie avec "glamour" (à l'anglaise) ses talents de compositeur et d'acteur, un savoir-faire presque trop grand pour l'industrie naissante du cinéma et de la comédie musicale au début du XXe siècle.

Tendez l'oreille ! Ivor Novello (1893-1951), "superstar" oubliée, de Hitchcock à la comédie musicale
Ivor Novello (1893-1951), © Getty / Cecil Beaton/Condé Nast & Sasha & Keystone & Culture Club

Petit rappel que la célébrité ne dure qu'un temps ?

Ivor Novello (1893-1951) était compositeur, chanteur, acteur et écrivain. Liste non exhaustive : 

  • il a été la vedette d'Alfred Hitchcock pour deux films muets : The Lodger et Downhill (1927) ; 
  • il a composé l'hymne (non officiel) de la Première Guerre Mondiale, "Keep the Home Fires Burning", chanté tous les soirs du conflit dans toutes les salles de spectacles anglophones du monde ; 
  • ses apparitions lors des soirs de première de ses films (américains et britanniques, muets et parlants) suscitaient de grands mouvements de foule autour des cinémas ;
  • il a été dialoguiste pour la MGM à Hollywood (on lui attribue même le célèbre "Moi Tarzan, toi Jane" pour le film de 1932) ;
  • Son appartement au-dessus du Strand Theater était l'endroit le plus couru et branché de Londres dans les années 1920 ;
  • Etc.

Après avoir été au centre de la vie artistique anglaise au début du XXe siècle, Ivor Novello n'est maintenant plus qu'un vague souvenir. Parfait contemporain de Cole Porter, de Jack Buchanan, d'Irving Berlin et de Rudolph Valentino, il connait une notoriété au moins aussi importante qu'eux de son vivant ... mais laissera après sa mort une empreinte moins marquée dans le patrimoine du lyrique léger et du cinéma, en étant pourtant l'un des seuls artistes de cette génération à avoir navigué avec autant de grâce sur la ligne entre cinéma et comédie musicale.

Et musicalement ? Un langage harmonique "lush" ("luxuriant", "somptueux") complètement à son image : du glamour, certes, mais à l'anglaise, tout en profondeur et nostalgie. Il s'agit d'une musique sans effets, sans débordements d'humour certes, mais sincère et hédoniste. Les Anglais y trouvent du réconfort, et se précipitent pour assister à ses comédies musicales lorsque la menace angoissante de la Deuxième Guerre Mondiale se fait trop tangible et réelle. Ivor Novello compose des accords avec le souvenir de l'aisance harmonique de Richard Wagner, tout en annonçant la délicatesse et l'impertinence de la grille harmonique du jazz.

Pour aller plus loin : 

Le film Gosford Park (réal. Robert Altman, 2001) : Ivor Novello est joué par Jeremy Northam. La bande originale est émaillée par des chansons composées par Ivor Novello pour diverses comédies musicales.

L'équipe de l'émission :