Tendez l'oreille
Programmation musicale
Samedi 11 septembre 2021
5 min

Tendez l'oreille - Marya Columbia, violoniste au chevet des secouristes du 11 septembre

Changement de format exceptionnel pour cette chronique : il s'agit aujourd'hui du portrait sonore de Marya Columbia (1956-2019), sans doute la première musicienne a être reconnue comme "first responder" ("première intervenante") après avoir joué pendant 8 mois à la Chapelle St Paul de New York.

Tendez l'oreille - Marya Columbia, violoniste au chevet des secouristes du 11 septembre
Marya Columbia et son mari Ron Fletcher & la Chapelle Saint Paul de New York, © avec l'aimable autorisation de Caroline Lester

“Au moment où j’ai joué ma première note au violon, je n’ai pas eu le choix : je savais que je voulais être violoniste, dès l’âge de huit ans.” Marya Columbia

Cette voix, c’est celle de Marya Columbia, violoniste américaine, décédée en 2019 et dont nous allons faire le portrait aujourd’hui. Marya Columbia, que ses proches appelaient Muffin, est née le 22 avril 1956 à Greeley dans le Colorado. En réalité, elle est une fille de New York. Enfant, elle déménage encore et encore, entre Brooklyn et le North Bronx. A 8 ans, elle touche à un violon et elle sait que la musique sera toute sa vie. Un jour, alors qu’elle travaillait à sa fenêtre, un violoncelliste de l’American Philharmonic l’entend et l’encourage à auditionner. Elle intègre alors les rangs de cet orchestre, avant de devenir second violon pour le New York City Opera avec qui elle effectue de nombreuses tournées. Marya Columbia partageait son temps entre l’orchestre et l’enseignement. Elle aimait beaucoup enseigner le violon, aux enfants comme aux adultes. Sa nièce, Caroline Lester, journaliste au New Yorker, nous explique par téléphone son amour pour l’enseignement. 

Caroline Lester. “Elle a joué jusqu’à la fin de sa vie, tout en enseignant. C’est quelque chose qu’elle aimait beaucoup. Et vers la fin de sa vie, elle enseignait dans un établissement dans le Bronx à des élèves de tous les âges. Un de ses élèves préférés qui avait 8 ans est venu lui jouer la chanson “Despacito” à l’hôpital. C’était très moche mais c’était aussi très mignon. C’était quelque chose qu’elle faisait : enseigner des chansons pops aux élèves pour leur faire aimer le violon."

Marya Columbia et son mari Ron Fletcher
Marya Columbia et son mari Ron Fletcher, © avec l'aimable autorisation de Caroline Lester

Et puis...

Et puis un jour, la vie de Marya Columbia, de son mari Ron Fletcher, en même temps que celle de tous les Américains bascule, un matin de septembre, en 2001.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Sons de l'effondrement d'une des deux tours et journalistes paniqués

Marya Columbia et son mari Ron Fletcher habitent tous les deux dans l’ombre du World Trade Center. Ron, depuis son atelier de lutherie où il fabrique des archets, entend l’explosion, et assiste, avec Marya, depuis le toit de leur immeuble, à l’effondrement d’une des deux tours. Dans les jours qui suivent, elle rejoint un quatuor à cordes pour venir jouer aussi souvent que possible à la Chapelle Saint Paul, située au pied des deux tours et qui sert de refuge pour les pompiers, les policiers et les ouvriers durant les 8 mois que prennent les opérations de déblaiement. Au programme du quatuor, des pièces un peu légères pour permettre à ces first responders de se détendre mais aussi de se recueillir, avec des pièces comme l’air irlandais “O Danny Boy”, comme nous l’explique au téléphone Ron Fletcher, son mari.

Ron Fletcher. “Elle racontait que c’était incroyable. Elle voyait arriver ces gens dans la chapelle, et dans les rayons de lumières elle pouvait voir la poussière danser lorsqu’ils se débarrassaient de leurs manteaux. Ils s'asseyaient, ou s’allongeaient sur les bancs, et elle les voyait pleurer pendant qu’ils jouaient. Ils venaient ensuite remercier les musiciens et c’était un moment plein d’émotion Vous savez la musique, la musique est une de ces choses qui aident les gens à exprimer quelque chose que les gens ne parviennent pas à exprimer autrement.

Marya et Ron
Marya et Ron, © avec l'aimable autorisation de Caroline Lester

Le World Trade Center Health Program... pour les musiciens

Marya Columbia, comme beaucoup d’autres qui ont passé du temps dans les décombres du World Trade Center, a développé un cancer. Elle a alors oeuvré pour être placé, en même temps que tous ses collègues musiciens, dans un programme qui les reconnaissait comme first responders ("premiers intervenants"), c’est-à-dire que grâce à elle, tous les musiciens malades, qui ont inhalé pendant 8 mois dans cette chapelle de l’amiante et des gaz toxiques ont pu bénéficier d’une assurance maladie. Marya Columbia ne s’en sortira pas : elle décède en 2019 de son cancer du poumon, mais sa nièce Caroline Lester nous a assuré que beaucoup de musiciens lui doivent la vie grâce à ce programme d’assurance maladie qui a pu les surveiller, détecter les premiers signes de cancer et ainsi les traiter à temps.

Caroline Lester. “Elle était ma tante, elle était une épouse, elle était une musicienne. Elle adorait la musique. Elle a dédié sa vie à la musique et à la défense du statut de musicien. Elle était très drôle. Elle adorait cuisiner. C’était une extraordinaire cuisinière. Vous savez, elle trouvait toujours l’humour dans tout, elle avait beaucoup de joie. Et elle était très solide et très courageuse. Surtout à la fin de sa vie. C’est dur de résumer quelqu’un, mais elle était une personne inoubliable et pleine de force, et elle a été aimée par beaucoup de gens."

Marya Columbia
Marya Columbia, © avec l'aimable autorisation de Caroline Spencer
L'équipe de l'émission :