Tendez l'oreille
Programmation musicale
Samedi 20 février 2021
7 min

Tendez l'oreille ! à l'écoute des vrais fragments de Mozart dans son Requiem

Le Requiem de Mozart est sans doute l'oeuvre inachevée la plus connue du répertoire. Avec le temps, son manuscrit se mélange aux ajouts de Süssmayr, Eybler ou encore Freystädtler. L'oeuvre est devenue tellement collaborative qu'il est peut-être temps d'écouter ce qui est uniquement de Mozart.

Tendez l'oreille ! à l'écoute des vrais fragments de Mozart dans son Requiem
Le silence de Mozart... n'est plus de Mozart

Nous sommes aujourd’hui le 20 février 2021, c’est-à-dire le 233e anniversaire de la toute première mention sur papier de la “clarinette de basset”, dans un programme de salle distribué lors d’un concert au Théâtre Impérial de Vienne le 20 février 1788. C'est l'occasion de clore la trilogie de "Tendez l'oreille" sur Mozart avec son Requiem

La SEULE chose à savoir pour cette chronique est que le Requiem de Mozart est inachevé sur deux plans

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
  • Dans l'architecture globale : il manquait des pièces pour faire une messe des morts complète. Mozart a composé à peu près une demi-heure de musique (Introitus, Kyrie, Dies Irae, Tuba mirum, Rex tremendae, Recordare, Confutatis, Lacrimosa). On lui a donc rajouté une vingtaine de minutes (Sanctus, Benedictus, Agnus Dei, Communio) avec des nouvelles idées et des reprises de matériaux tirés des mouvements composés par Mozart
  • Au sein même des pièces : la plupart des pièces composées par Mozart, sauf les deux premières, ne contiennent quasiment pas d’orchestre, seulement une basse chiffrée, le choeur, et quelques petits motifs d’orchestre. 
Le "Lacrimosa" : le manuscrit laisse des mesures vides là où l'orchestre doit continuer
Le "Lacrimosa" : le manuscrit laisse des mesures vides là où l'orchestre doit continuer
Les parties d'orchestres sont devinées en s'inspirant des motifs composés par Mozart juste avant et en s'appuyant sur les accords du choeur. Les instruments à vent doublent le choeur.
Les parties d'orchestres sont devinées en s'inspirant des motifs composés par Mozart juste avant et en s'appuyant sur les accords du choeur. Les instruments à vent doublent le choeur.

POURQUOI a-t-il été achevé, ce Requiem ? 

La femme de Mozart, Constance, avait peur qu’à la mort de Mozart le commanditaire refuse de payer pour un requiem inachevé. Il FALLAIT donc non seulement faire compléter le Requiem mais surtout faire croire qu’il était uniquement de Mozart. Elle a donc missionné en secret un compositeur puis un autre pour qu’ils terminent le Requiem : Joseph Leopold Eybler et Franz Xaver Süssmayr. Ils ont composé les parties d’orchestre à partir de la basse et des parties de choeurs déjà composées par Mozart et puis ils ont ajouté les pièces de la messe qui manquaient. Pour intriguer le public, Constance invente même que Mozart avait été empoisonné et qu’il avait composé ce Requiem pour lui-même.

Comment a-t-il été complété, ce Requiem ? 

C'est là où nous allons laisser la musique opérer. Prenons une pièce du Requiem pour laquelle Mozart n’a composé que la basse et le choeur, sans l’orchestre : le "Domine Jesu Christe".

Ce petit indice laissé par Mozart contient tout ce qu'il faut savoir pour l'écriture pour cordes de ce passage
Ce petit indice laissé par Mozart contient tout ce qu'il faut savoir pour l'écriture pour cordes de ce passage
Le motif de Mozart est déplié par tout l'orchestre. Les vents doublent le choeur.
Le motif de Mozart est déplié par tout l'orchestre. Les vents doublent le choeur.

Grâce à ces quelques notes, Süssmayr ou Eybler savent qu’il faut mettre ce motif rythmique à tout l’orchestre. 

Je voudrais terminer cette chronique par une question. Le Requiem de Mozart : a-t-il encore besoin d'être achevé, aujourd'hui, en 2021 ? Il en avait besoin, oui, en 1791, mais aujourd’hui ? A une époque où le Requiem est quand même donné plus souvent en concert qu'en messe, a-t-il encore besoin d’une greffe de Sanctus et de Benedictus qui ne sont pas de Mozart ? A-t-il encore besoin d'une orchestration qui de toute façon répond à des codes qui sont ceux de l'époque ? Sans l'orchestre, la musique tient debout toute seule, de façon différente. Cela donne une nouvelle musique, un peu étrange, entre deux monde, avec ça et là une phrase d'orchestre, un petit motif de violon. Nous sentons mieux le dernier souffle de Mozart. De le laisser inachevé donne surtout une musique inédite, qui n’a pas été pensée pour hier, mais qui pourrait être faite pour aujourd’hui. 

Revenir vers l’inachevé donne : une merveilleuse musique contemporaine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

A écouter : le Requiem enregistré sans les ajouts posthumes.

L'équipe de l'émission :