Tapage nocturne
Magazine
Lundi 1 mai 2017
1h

Tapage Nocturne spéciale « Présences électronique » (1)

Tapage Nocturne spéciale « Présences électronique » (1)
Affiche Présences Electronique 2017

Le festival PRESENCES électronique s’est tenu au Centquatre à Paris, les 14, 15 et 16 avril 2017.
Tapage nocturne vous propose un retour sur le festival, en deux émissions (1er et 8 mai), à travers l’écoute d’une sélection de pièces et de performances qui ont été données lors de ces trois jours de concert.

Pour cette première émission, nous irons explorer les univers sonores de Stephan Mathieu, Kara-Lis Coverdale, Roland Kayn et Thomas Tilly

Thomas Tilly
Thomas Tilly

Thomas Tilly
Détails de la filature, Bullet ants et Détails de la Mooste

  • Thomas Tilly est un musicien utilisant le microphone et le haut-parleur comme principaux instruments de création. Dans ses travaux, tous les outils de captation du son sont utilisés comme des moyens d’écriture, des révélateurs. Captations ultrasoniques, sismiques, hydrophoniques ou aériennes, la méthode employée n’est jamais prétexte au spectaculaire, mais le vecteur d’une appréhension singulière du monde. Dans sa démarche, l’écoute reste centrale au détriment de toutes formes de représentations. Ce qui se passe sur le terrain doit être interprété puis transmis à l’auditeur dans des conditions d’immersion totale.(D'après le Dossier presse du festival)
Roland Kayn
Roland Kayn

Roland Kayn
Cybernetics III

  • Les méthodes rédactionnelles de composition sont, dans mon travail, déterminées par une problématique de l’acoustique et du physique. Des considérations fondamentales naissent de l’expérience et de la connaissance de la théorie de l’information et de la cybernétique.Roland Kayn(D'après le Dossier presse du festival)
Kara Lis Coverdale
Kara Lis Coverdale

Kara-Lis Coverdale
Limbo

  • Kara-Lis Coverdale compose et interprète des pièces électroniques, dont certaines sont axées autour de la synthèse vocale. Cependant, Limbo diffère dans le fait qu’on y retrouve des matières d’origine acoustique, et les arrangements finaux sont dérivés de transpositions appelées “scrubs.” Le “Scrubbing” est un processus de création d’un son à partir d’un autre, non pas pour que ce son existe seul, mais pour qu’il puisse être complété par d’autres qui l’entourent. (D'après le Dossier presse du festival)
Stephan Mathieu
Stephan Mathieu

Stephan Mathieu
To have elements exist in Space

  • Les productions sonores de Stephan Mathieu sont essentiellement basées sur l’utilisation d’instruments anciens et de médias obsolètes, qui sont enregistrés et transformés au moyen de microphonies expérimentales, de techniques de montage, et de procédés numériques conçus spécifiquement pour son oeuvre.(D'après le Dossier presse du festival)
L'équipe de l'émission :