Tapage nocturne
Magazine
Vendredi 14 mars 2014
1h

Stéphane Ginsburg

Stéphane Ginsburg a fait de la création son crédo, partenaire, miroir grossissant, révélateur de l’écrit musical, il a collaboré avec des compositeurs comme Stéphane Prince, Jean-Luc Fafchamps ou Renaud Deputter, sans jamais délaisser le répertoire. On retrouve dans sa discographie multiples horizons, allant de Satie à Feldman, de Duchamps à Prokofiev. Stéphane Ginsburg est l’invité de ce Tapage Nocturne.

Stéphane Ginsburg
©Fabienne Cresens

PROGRAMMATION MUSICALE

La pièce Winnboro Cotton Mill Blues

(la quatrième des North American Ballads)

de Frederic Rzewski

Stéphane Ginsburgh, piano

Enregistrement de Concert ( Belgique / RTBF )

Back to the pulse

de Jean-Luc Fafchamps,

Stéphane Ginsburgh, piano

Sub Rosa Réf : SR 353

Palais de mari for piano ( 1986 )

de Morton Feldman,

Stéphane Ginsburgh , piano

Sub Rosa Réf : SR 189

……………………………………………………………………………………………………………………………

LA CHRONIQUE D'ERIC SERVA

"Je vous ai apporté ce soir un album signé Robert Ashley, compositeur phare des musiques contemporaines de l'avant garde américaine aux côtés, entre autres, de John Cage, de Terry Riley, de la Monte Young, d'Alvin Lucier, de Philip Glass ou de Meredith Monk. Ashley est né en 1930, il sera étudiant à l'université du Michigan ou il obtiendra un doctorat en psycho-acoustique, il intégrera également la Manhattan School of Music de NY. Il a dirigé le groupe de création musicale et théâtrale Once et a beaucoup tourné aux États Unis et en Europe avec le Sonic Arts Union. Robert Ashley s'est intéressé de très près à l'image, à l'électronique, au théâtre et au langage. Ces attraits le conduiront tout naturellement à composer pour l'opéra dont il renouvellera le style dans les années 80 en partie grâce à la télévision anglaise qui lui permettra d'écrire des œuvres sous la forme d'épisodes, un peu comme on fait aujourd'hui des séries télé. Ce format souple et simple plantera la forme et le décor de ses créations: peu de musiciens, une poignée de chanteurs, des enregistrements électroniques et de l'image projetée ou en sous titres. Ashley a toujours écrit sa musique et ses livrets mais en y laissant suffisamment d'imprécisions pour que ses musiciens aient le bonheur de se laisser aller aux plaisirs de l'improvisation. Lui même intervenait régulièrement sur scène en tant que récitant. Il aimait d'ailleurs altérer volontairement sa diction, par un simple bidouillage technique mais parfois par un moyen bien plus naturel qui consistait à picoler un peu trop de vodka. Ses histoires se déroulent dans les endroits du quotidien allant du bureau au supermarché en passant par l'église, la maison ou les parc publics. Des histoires sans mythologie traitant de la vie bien réelle et abordant les sujets tels que l'adolescence, la religion, l'amour en fin de vie, la participation à un cocktail ou le pillage d'une banque. Robert Ashley, prolifique compositeur, marginal, visionnaire et inventif est mort chez lui à NY la semaine passée. Malgré ses 83 ans, il n'avait clairement pas encore consommé l'intégralité de son talent et restait actif et demandé sur la scène internationale des musiques contemporaines. Toutes ses compositions ne sont pas disponibles mais on peut espérer que sa disparition conduira quelques éditeurs à proposer à nouveau quelques unes de ses œuvres oubliées ou mal publiées. Je vous propose d'écouter un trop court extrait de l'une de ses très nombreuses et géniales créations, toujours dans ce style cohérent, incisif mais paisible et élégant. Il s'agit de Empire tiré de son Opéra Atalanta (Act Of God), Ashley y narre un conte semi-fictif, un récit minimaliste, hypnotique et caustique de 38 minutes sur la vie de famille, l'éducation scolaire, l'invention de la sauce tomate industrielle tout cela sur fond de dépression économique." (© Eric Serva – Mars 2014)

Robert Ashley
Empire
Atlanta
MIS

ASIN B004CQYM4S
Site Web de Robert Ashley

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :