Tapage nocturne
Magazine
Vendredi 11 avril 2014
1h

Pierre-Yves Macé

Pierre-Yves Macé esquisse un chemin qui ne répète jamais le même itinéraire, inventant et réinventant son langage, aux confluences de l’électroacoustique de l’écriture contemporaine et d’un certain rock.

Son univers est fait de collaborations multiples avec Morton Subotnick, Sylvain Chauveau, Rainier Lericolais, les écrivains Mathieu Larnaudie ou Philippe Vasset, et les chorégraphes Anne Collod ou Marinette Dozeville.
Paraît en 2002 son premier disque Faux-Jumeaux sur Tzadik, le célèbre label de John Zorn., succèderont « Circulations », Crash_test, Passagenweg, et Segments et Apostilles, opus discographique qui vient de paraître.
A cette occasion, Pierre-Yves Macé est l’invité de ce Tapage Nocturne.

PROGRAMMATION MUISCALE

John Coltrane
A love supreme

PART I Acknoledgement
PART III Pursuance

IMPULSE 254557 2

image
image

SUN RA and his intergalactic
myth science solar orchestra
Horizon

Theme of the stars gazer
We'll wait for you
ATYARD

image
image

Pierre-Yves Macé
Segments et Apostilles, pt 2
Segments et Apostilles, pt 1

Gissement de terrain
Qui-vive
CD Tzadik, TZ9002

image
image

Site Web de Pierre Yves Macé

LA CHRONIQUE D'ERIC SERVA

Un album de sons, plus que de musique, de sons conçus par l'artiste japonais Yoshio Machida qui utilise un seul et unique synthétiseur daté de 1971 : le Synthi construit par la société britannique EMS (Electronic Music Studio). Il s'agit d'un petit synthétiseur analogique très original qui se présentait dans un attaché case équipé de haut parleurs intégrés. Sans peut être le savoir chacun d'entre vous connaît quelques sonorités de cet instrument, en particulier celles initialement générés par le premier modèle de la gamme EMS, le très célèbre VCS3 fabriqué en 1969. Ce VCS3, vous l'avez certainement tous vu ou au moins entendu sur On the Run des Pink Floyd (album The Dark Side of The Moon). On voit d'ailleurs sur le film de leur Live at Pompeï Roger Waters tripoter l'instrument en studio. Le synthi dont il est question ici était une version portable de ce VCS3. Beaucoup d'artistes on employé des synthés de la gamme EMS de cette époque, parmi eux : Tangerine Dream, Yes, les Who, Klaus Schulze, Rick Wakeman, King Crimson et bien sur Brian Eno, une rumeur prétend d'ailleurs que c'est en le voyant utiliser ce fameux synthi que les membres de Roxy Music lui ont proposé de rejoindre le groupe.Si j'ai choisi de vous faire découvrir ce projet, c'est parce que, contrairement aux nom et aux sons du synthétiseur Moog que tout le monde connaît aujourd'hui et qui date de la même époque, cet appareil est une machine légendaire chez un public d'amateurs éclairés mais finalement peu connue du grand public. Une machine pourtant très sommaire mais surtout réputée pour son côté retord et incontrôlable car les sons très synthétiques, qu'elle générait étaient, disait-on, souvent très instables. En fait ces défauts n'étaient pas entièrement justifiés, il y avait surtout pas mal de musiciens qui avaient oublié de lire attentivement la notice de l'appareil. Ce qui est vrai par contre, c'est que ces machines, qui sortaient de cette fabrique totalement artisanale, avaient des caractéristiques qui pouvaient différer les unes des autres en fonction des pièces électroniques que son constructeur achetait au fil des montages. Mais cette réputation d'être aléatoire et imprévisible est restée vive et le synthétiseur EMS Synthi est devenu une machine principalement dédiée à la recherche sonore et aux musiques expérimentales. Peu de modèles on été fabriqués mais surtout peu ont survécus en bon état. Très prisé des amateurs et des professionnels le Synthi voit aujourd'hui sa côte s'envoler au delà des 10.000 €. Il est par contre beaucoup plus accessible de se procurer une version virtuelle pour Iphone ou Ipad, une formule qui manque certes de charme, de jus et de fantaisie mais qui ne coûte qu'une quinzaine d'euro. Sur l'album que je vous ai apporté, Yoshio Machida semble avoir réussi à dompter l'instrument pour élaborer treize pièces qui permettent d'illustrer la palette des sons et des effets sonores possibles. Je précise qu'il n'utilise que ce synthétiseur et le premier modèle de la série, un modèle sans séquenceur ni clavier. Les compositions sont donc assez rudimentaires et les sons bruts de fonderie car sans effet annexes, bien évidement tout cela est daté mais les sons restent indémodables." (©Eric Serva – Avril 2014).

Yoshio MACHIDA
Synthi n°17.
Music From The Synthi
Baskaru Records
karu29
Site Web du Label Baskaru

L'équipe de l'émission :