Tapage nocturne
Magazine
Vendredi 13 juin 2014
1h

Michel Redolfi

Tel un voyageur au long-cours, Michel Redolfi a entamé un long voyage vers mars, avec des compositions imaginées pour être écoutées par les futurs habitants de la mythique planète rouge. Michel Redolfi est l'invité de ce Tapage Nocturne.

Pour cet étrange voyage, il a embarqué dans son vaisseau sonore les ondes Martenot de Thomas, la voix de Nelly Coste, le doudouk de Didier Malherbe, les claviers de Christophe Harbonnier, la guitare de Pierre Chaze, et les claviers et la voix envoûtante de Terry Riley.

Ce voyage timbral, a donné naissance à un opus discographique, sorte de journal intime qui accompagne l’infini périple vers l’objectif fantasmé.

Mais la question sous-jacente de Michel Redolfi, repose sur l’attraction du cosmos, véritable source nourricière des imaginaires des compositeurs de toutes époques.

PROGRAMMATION MUSICALE

Michel Rodolfi

Music On Mars

The Lauching Pad
► Music on Mars
► Entering The Oxyde Atmosphere
► Thin Air
► A Postcard to Earth
► The Descent
► Blue Sunset Raga
► Un Futur Azur
► Phobos & Deimos Orbiting Dance
► Ancien Ocean
► Next Stop Saturn
► Wish Under a Star
► Flying Away

SIGNATURE 11075

pochette
pochette

Site Web de Michel Rodolfi

……………………………………………………………………………………………………………………

LA CHRONIQUE D'ERIC SERVA

"Nous avions écouté il y a deux ans un extrait d'un album assez étonnant signé Emanuele de Raymondi, un album de musique électronique qui utilisait comme matière sonore principale des enregistrements du clarinettiste turc Oguz Buyukberber, que le compositeur italien manipulait avec beaucoup d'inventivité. Emanuele de Raymondi est aujourd'hui à nouveau d'actualité puisque le label Zerokilled Music édite, de façon très limitée, une petite série de CD et de vinyles sur lesquels on retrouve cinq de ses nouvelles compositions. Cette fois ci l'artiste à choisi de s'inspirer de quelques photographies réalisées par un compatriote photographe (Lorenzo Castore), des photographies de logements, plus précisément de dernier domiciles connus. Chacun de ces lieux est situé sur des territoires géographiques différent : à Finale Ligure (Italie), à Fontenay Mauvoisin (France), à Sarajevo et Mostar (Bosnie), à Brooklyn (Etats Unis) et à Cracovie (Pologne). Emanuele de Raymondi souhaitait évoquer en sons les notions de lieu, de dernier domicile, d'exil et de mémoire. On pourrait parler de vague exercice musical et penser que le passage de l'image au son en passant par ces concepts soit un peu tiré par les cheveux sauf qu'ici ça marche. Les sons de drones électroniques, les phrases répétitives de piano et de cordes, les pulsations cardiaques et les manipulations de sons aux origines non identifiables, tout cela dégage presque naturellement des espaces sonores qui ne semblent habités que par les souvenirs avec des sensations de nostalgie, de noir et blanc, de vide, de mémoire et de souvenirs. C'est donc une nouvelle fois une très belle réussite pour ce musicien peu connu, diplômé du Berklee College of Music de Boston et tout a fait brillant dans un style qui oscille entre musique électroacoustique et electronica. Le seul défaut de cet album, intitulé Ultimo Domicilio, est celui de ne comporter que cinq titres d'égale qualité." (©Eric Serva – Juin 2014)

Emanuele de Raymondi
Brooklyn
Ultimo Domicilio
Zerokilled Music
Ref : ZK013
Site Web de
Zerokilled Music

pochette
pochette
L'équipe de l'émission :