Tapage nocturne
Magazine
Vendredi 30 mai 2014
1h

La rhapsodie new-yorkaise de Denis Levaillant

Délesté des chapelles esthétiques, Denis Levaillant a cultivé au fil du temps un langage aux accents uniques, qui emprunte avec intelligence et ferveur à son itinéraire, balisé de musiques improvisées et écrites. Cette liberté d’écriture l’a emmené vers de vastes univers comme la musique de film, l’opéra, la danse, le spectacle, sans jamais travestir sa pensée, sans jamais trahir sa démarche.

Avec « Manhattan Rhapsody », opus discographique qui vient de paraître chez DLM éditions, il explore le saxophone sous toutes ses formes en rencontre avec un instrumentiste hors pair, le saxophoniste Jean-Michel Goury.

PROGRAMMATION MUSICALE

Denis Levaillant

Manhattan Rhapsody
Jean Michel Goudry, saxophone
DLM EDITIONS 2714

Figure 1
Jean Michel Goudry, saxophone
Enregistré au studio 118 de la Maison de la Radio

La petite danseuse / Le miroir
Jean Michel Goudry, saxophone
DLM EDITIONS 2714

Figure 2
Jean Michel Goudry, saxophone
Enregistré au Studio 118 de la Maison de la Radio

Manhattan Rhapsody 3
Jean Michel Goudry, saxophone
Enregistré au Studio 118 de la Maison de la Radio

Les accords secrets du Capitaine Nemo
Jean Michel Goudry, saxophone
DLM EDITIONS 2714

Figure 4
Jean Michel Goudry, saxophone
Enregistré au Studio 118 de la Maison de la Radio

Le Fakir
Jean Michel Goudry, saxophone
DLM EDITIONS 2714

Figure 5
Jean Michel Goudry, saxophone
Enregistré au studio 118 de la Maison de la Radio

image
image

Léo Kupper
L'enclume des forces
SRV 335

Automatismes sonores
SRV 335

image
image

Baudoin de Jaer
Crocus, la mémoire
SR 385

image
image

David Toop
Black chamber
SR 385

Jacques Berrocal
After the rain
SR 385

David Toop
Boneless
SR 385

………………………………………………………………………………………

LA CHRONIQUE D'ERIC SERVA

Curiosité discographique de la semaine : John FRUSCIANTE : Enclosure (Record Collection).
"John Frusciante est certainement l'un des guitariste les plus intéressants de notre époque, un musicien hors pairs qui a développé un style instrumental très personnel que l'artiste qualifie lui-même d'encrassé, entre métal et funk pour les parties rythmiques avec un touché de guitare qui ressemble à celui des idoles de son enfance que furent Frank Zappa, Jimmy Page, Jimi Hendrix ou Jeff Beck. Devenu mondialement célèbre en tant que guitariste fugueur des Red Hot Chili Peppers Frusciante construit depuis une vingtaine d'années une carrière en solitaire aussi difficile que complexe. Difficile par ce que ce musicien fragile est resté de longues années sous l'emprise de la drogue et que le résultat artistique de son travail est aussi celui de ses démons, de ses détresses, parfois génial mais souvent très inégal. Une carrière complexe parce que Frusciante s'est plus ou moins volontairement orienté vers un style guitare-voix indéfinissable auquel il a ensuite ajouté une touche assez naïve d'électronique et de pop synthétique. Rien de bien engageant mais pourtant le résultat de ces errances musicales reste le fruit d'une intelligence artistique remarquable, d'une extrême sensibilité, que le côté imprévisible, inclassable et loin de toute velléité commerciale rend d'autant plus attachant. Si vous ne connaissez rien de John Frusciante en solo je vous invite à découvrir son premier album intitulé Niandra Lades et édité en 1994, puisque ce disque (qui fût légitimement un réel échec commercial) reste un magnifique et émouvant témoignage d'une faillite artistique d'un artiste propulsé au top d'une carrière internationale mais dont la vie bascule, entraînant avec lui de manière irréversible quelques uns de ses proches compagnons d'addiction. Vingt ans plus tard, après quelques miracles qui lui ont permis de rester en vie, 13 albums solo, pas mal de collaborations avec d'autres musiciens, John Frusciante revient avec un recueil qu'il estime être le fruit et la synthèse de ses dernières explorations sonores, cet effet d'annonce est un peut comme une déclaration politique, sans d'autre valeur que celle qu'elle peut produire au moment de sa déclamation. Néanmoins cette dernière production mérite que l'on s'y attarde. Frusciante y joue de la guitare, de la basse, en assure les parties vocales, les claviers, les synthés, la gestion des samples, des séquenceurs et des boites à rythmes. Comme d'habitude l'ensemble est un assemblage assez improbable de style, entre rock progressif, pop psychédélique, pop synthétique et électro." (©Eric Serva – Mai 2014)

John Frusciante
Zone
Enclosure
Record Collection Music
Site Web de John Frusciante

image
image
L'équipe de l'émission :