Tapage nocturne
Magazine
Vendredi 4 juillet 2014
1h

Joëlle Léandre

" Etre vorace de vies, gloutonne de chairs, de songes ; faire claquer ses joies au vent, avoir le courage d’avaler sa musique désirée, voilà qui désarticule les jointures des poseurs d’étiquettes et autres foutriquets acousticoles." Attention ! Joëlle Léandre est l'invitée de la dernière de Tapage Nocturne.

PROGRAMMATION MUSICALE

Joêlle Léandre & Lacy Steve
One more time 3
LEO RECORDS 2005 422

Joëlle Léandre & Vincent Courtois
Live at Kesselhaus, Berlin
JAZZDOR SERIES 0001

Joëlle Léandre & Aknine Guillaume
Ceccaldi Valentin & Théo

Can you smile
AYLER RECORDS 136

Joëlle Léandre
Live at Hiroshima
MESOSTICE 0007

Joëlle Léandre & Pascal Contet
Quatre
• Seize
AYLER RECORDS 137

IMAGE
IMAGE

LA CHRONIQUE D'ERIC SERVA

"Pour cette dernière de Tapage Nocturne et pour clore 10 années de cette chronique consacrée à l'actualité musicale je vous ai apporté ce soir un album d'un artiste anglais incontournable, l'un de ceux qui ont réellement marqué le paysage musical qui nous intéresse dans cette émission et ce depuis le début des années 70 en tant que musicien, théoricien, producteur, chanteur, arrangeur et performeur. Un personnage qui à influencé le parcours musical de bon nombre des acteurs et des auditeurs de Tapage Nocturne. Il s'agit de Brian Peter George St. John le Baptiste de la Salle, Brian Eno, un artiste qui a toujours eu la coquetterie de se présenter comme non-musicien. Un non-musicien pourtant claviériste de Roxy Music à leur tout début, membre du Portsmouth Sinfonia, auteur d'une trentaine d'album en solo, partenaire et producteur de Robert Fripp, de David Bowie, de Genesis (hé oui), de Devo, des Talking Heads, d'Ultravox, de Coldplay, de Laurie Anderson, de James, de Paul Simons, de James Blake et de tant d'autres. Eno est l'un des inventeurs de la musique dite ambient et im n'est pas facile de réduire sa carrière et son immensurable influence en quelques mots. D'autant plus qu'à 66 ans Brian Eno continue comme un jeune homme d’enchaîner les sorties, des sorties à l'image de sa carrière c’est à dire aussi géniales qu'inégales. L'album que je vous ai apporté ce soir s'intitule High Life, il fait partie de ceux que l'on peut retenir, il a été enregistré en duo avec Karl Hyde, un artiste second couteau de la scène électronique techno des années 90, ancien guitariste et chanteur du groupe Underworld. C'est la deuxième collaboration entre Eno et Hyde puisque sur le même label était sorti il y a deux mois un premier album intitulé Someday World. On peut s’interroger sur la pertinence de ce choix quand on connaît la notoriété de Brian Eno qui aurait pu collaborer avec d'autres artistes de premier plan mais le résultat reste néanmoins tout a fait digne d’intérêt. Intitulé High Life et disponible au catalogue du label Warp, ce recueil n'invente rien et n'explore aucun nouveau territoire sonore, il s'agit plutôt d'un retour à un style pop-funky moite et minimaliste avec un son assez étriqué, proche de celui que l'on pouvait entendre sur l'album My Life in the Bush Of Ghosts enregistré par Brian Eno et David Byrne en 1981. De ce nouvel album se dégage immédiatement une sensation de fraîcheur et d’énergie spontanée et pour cause puisque l'album a été conçu un peu comme un direct en studio avec Brian Eno à la console, Karl Hyde à la guitare, Fred Gibson aux claviers, batterie et percussions, Leo Abrahams est à la basse. Un éternel recommencement." (©Eric Serva – Juillet 2014).

image
image
Les invités :
L'équipe de l'émission :