Tapage nocturne
Magazine
Vendredi 28 février 2014
1h

Annette Van de Gorne

Le rencontre d'Annette Van de Gorne avec le monde de l'acousmatique, pourrait ressembler à un hasard. Elle est l’invitée de ce Tapage Nocturne.

C'est la quête de sens à sa musique, qui explique comment elle fut happée par ce monde de l'inouï. Délaissant le chemin damé d'un apprentissage ancré dans la tradition, elle entreprend une volte-face, et recherche dans ce nouveau territoire sonore, un langage qui sera désormais sa quête.Après avoir collecté un savoir auprès de Pierre Schaeffer et Guy Reibel, elle retourne sur ses terres où elle crée l'association Musiques et Recherches, qui militera avec ferveur pour la diffusion de ces musiques et le studio Métamorphoses d'Orphée, écrin de création.

Le rapport au mot, au sens et à la matière vocale, la rencontre avec le théâtre et la danse, sont autant de champs qu'Annette Van de Gorne développe avec toujours comme fil rouge cette quête de l'inouï.

PROGRAMMATION MUSICALE

YAWAR FIESTA

Opéra en six actes

Combattimento
• Condor
• Lamento
• Toro

LA CHRONIQUE D'ERIC SERVA

"Ce soir je vous ai apporté un album complètement sidéral, une sorte de voyage sonore au fin fond de l'espace ou peut être au fin fond de nous même. Il s'agit de Konstellatio du finlandais Mika Vainio sous son pseudonyme de Ø. Mika Vainio est l'une des plus grandes figures d'une scène électronique souvent qualifié (à tort) de IDM pour Intelligence Dance Music. Je pense que beaucoup d'entre vous on néanmoins suivi et apprécié son parcours international en duo et trio au sein de Pan Sonic ou en collaboration avec d'autres grands noms des musiques plus ou moins expérimentales comme Alva Noto, Pita, Christian Fennesz, Bjork, John Duncan, Charlemagne Palestine ou Christian Zanési. Mika Vainio est un générateur de sonorités extrêmes, s'il faut parfois tendre l'oreille pour percevoir ses fréquences hyper aiguës, on peut également se sentir submergé et envahis de l’intérieur par son jeu d'ondes infra basses. Quand on évoque son travail on fait traditionnellement le lien vers les paysages froids et glacés de son enfance, vers la capacité des gens de l’extrême nord à plonger plus ou moins volontairement dans des états complexes de conscience selon les saisons, la durée des jours et des nuits et peut-être, il faut bien le dire pour ses régions froide : le taux d’alcoolémie. Tout cela se tient et on peut encore ressentir ces singularités à l'écoute de ce nouvel album. Sauf que cette fois ci, Mika Vainio a choisi de prendre la route des étoiles, au fin fond de la constellation, à la rencontre de paysages encore plus vastes, encore plus froids. A l'écoute de cette dernière production, il me semble que ses structures musicales lentes et répétitives évoquent l'idée de cycle, d'infini et de mémoire, de naissance et de renaissance. La pochette de l'album, qui représente un jeune enfant blond avec un personnage qui pourrait être sa mère en arrière plan, pourrait aller dans ce sens. En tous cas, derrière cette indéniable froideur sonore, Mika Vainio fait encore preuve d' une sensibilité bien vivante et, sous prétexte de nous entraîner dans un voyage interstellaire, il nous ramène peut être bien au plus profond de nous même. Décidément le roman de Philip Clark 2001 Odyssée de l'espace n'a pas fini d’inspirer les musiciens. " (© Eric Serva – février 2014).

Mika Vainio
Elämän Puu
Konstellaatio
Sähkö Recordings
Ref : Sähkö-028

Sähkö Recordings

"Pas facile de vous faire entendre un extrait de For Moussavi Atrium, une œuvre de l'artiste sonore américain Eleh, conçue pour une performance sonore qui s'est déroulée au musée d'art contemporain de Cleveland en septembre dernier. Pas facile à la radio car ce travail, absolument magique, est d'un extrême minimalisme. Il n'est constitué que d'une longue pièce musicale de 38 minutes, une très lente évolution d'une forme d'onde qui ne peut s’appréhender et s'apprécier à sa juste valeur que dans d'excellentes conditions d'écoute. Ce descriptif peut paraître austère mais pas du tout, cette pièce est tout a fait envoûtante. Pour qui aime le son et les synthés analogiques des années 70 (ici un modèle de synthé français signé Serge Tcherepin), cette dernière production est un véritable régal." (© Eric Serva – Février 2014).

ELEH
For Moussavi Atrium
For Moussavi Atrium
Important records
Ref : imprec400CD

ELEH

L'équipe de l'émission :