Swing chronique
Magazine
Samedi 8 juillet 2017
5 min

L'origine du jazz et du swing

Raphaël Imbert, pour sa première chronique estivale, revient sur les origines du jazz, et du swing... Avec les inévitables querelles autour de l'invention de ce style musical, qui fête ses 100 ans cette année.

L'origine du jazz et du swing
D'où vient le jazz et le swing ?

« Swing Chronique » ou comment faire prescription d’une magnifique manie qui nous prend à l’âme et au corps depuis plus d’un siècle. Chaque matin de ces week end estivaux sur France Musique, j’aurais la lourde tâche de prononcer une ordonnance contre un virus dont il ne faut pas trouver le remède, le swing. Une maladie chronique, qui revient à chaque fois que l’on pense l’avoir éradiquée, un germe positif et transgressif qui a frénétiquement envahit notre monde au début du siècle dernier par le biais de la musique et de la danse, et qui prend possession de notre corps, de notre esprit, de notre sensibilité et de notre pensée.

Une épidémie dont on peut ainsi célébrer le centenaire en fêtant l’enregistrement de ce que d’aucuns considèrent comme le premier témoignage du véritable jazz, avec ce Dixie jazz band one-step de février 1917 interprété par l’Original Dixieland Jass Band.

Dixie jass band one-step par Original Dixieland Jazz Band février 1917

Les termes Original et Jazz dans le nom de l’orchestre revendiquent donc dès sa naissance supposée la maternité d’un style qui est en train de révolutionner l’histoire de la musique. Notons au passage que le mot jazz s’orthographie à l’époque j.a.s.s. , donnant un gage supplémentaire à l’hypothèse émise par le grand Archie Shepp selon laquelle le mot aurait une origine étymologique occitane ou française. Latin en tout cas, L’ODJB l’est indubitablement, le quintet étant constitué de musiciens blancs majoritairement italo-américains originaires de la Nouvelle Orléans, la capitale créole qui a vu naître cette nouvelle musique.

C’est Nick LaRocca, le leader et cornettiste du groupe, qui affirma dès le départ la primauté de son orchestre comme étant les « créateurs » du jazz. Il n’en fallait pas plus pour donner des arguments légitimes aux accusations d’usurpation et d’incompétences qui ne manquèrent pas d’être prononcées contre ceux qui avaient « volé » la vedette aux véritables créateurs de cette musique, les noirs américains.

Une chose est certaine, c’est que le swing avait depuis longtemps envahit les esprits, bien avant 1917 et l’ODJB, et que le rôle déterminant de la communauté afro-américaine était parfaitement connu dès cette époque. La preuve avec les Versatile Four, célèbre groupe afro-américain de cordes et percussions. Ici en 1916 (en Angleterre !) avec un ragtime Down Home Rag, où virtuosité, invention, jeu, oralité, maîtrise et folie rythmique n’ont strictement rien à envier aux lourdeurs parfois caricaturales de l’ODJB. Bien avant 1917 donc, le swing avait déjà fait son œuvre !

Down Home Rag par les Versatile Fours, 1916

L'équipe de l'émission :