Sous la couverture
Magazine
Samedi 10 mars 2018
28 min

Par Marc Vignal, une biographie illustrée... Luigi Cherubini (1760-1842) Bleu Nuit Éditeur

"J’ai commencé à apprendre la musique à six ans, et la composition à neuf ans. La première m’a été apprise par Barthélémi Cherubini, mon père, professeur de musique... " Luigi Cherubini

Né à Florence, Luigi Cherubini (1760-1842) connaît le succès dans le nord de l’Italie et à Londres avant de conquérir Paris au Théâtre Feydeau de Viotti.

Bleu Nuit Éditeur
Bleu Nuit Éditeur

De Marc Vignal "Luigi Cherubini" Acheter ! la version papier, numérique chez Bleu Nuit Éditeur.

Bleu Nuit Éditeur
Bleu Nuit Éditeur

Il y voit se succéder l’Ancien Régime, puis la Révolution, le Consulat et l’Empire, années d’agitation et d’illusions perdues, et enfin la Restauration et la Monarchie de Juillet, entretenant avec ces formes de gouvernement des rapports impliquant tant sa personne que sa musique.

Il compose en 1816 un Requiem à la mémoire de Louis XVI, est nommé en 1822, à bientôt 62 ans, au poste de premier plan qui lui vaudra des démêlés réels ou supposés avec l’élève Berlioz : celui de directeur du Conservatoire, qu’il marque de son empreinte et occupera vingt ans, jusqu’à l’année de sa mort, et la composition de 6 quatuors.

Mais c’est surtout à travers ses opéras qu’il a construit la renommée, notamment avec Demophoon, Lodoïska, Eliza, Médée, Les deux journées, Anacréon, Les Abencérages ou Ali Baba. Il s’est aussi distingué dans la musique religieuse avec une multitude de pièces, plusieurs messes (dont celle du sacre de Charles X) et un Requiem.

Son succès se diffusa rapidement en Europe, avec une place de choix à Vienne de son vivant. Il repose désormais au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Marc Vignal, né à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) le 21 décembre 1933 est un musicologue, chroniqueur, producteur de radio à France Musique, responsable de programmes à Radio France (1975-1999) Journaliste à Harmonie (1964-1984), Le Monde de la Musique (1985-2009), écrit maintenant pour Classica et le site musikzen.fr. Auteur de nombreux ouvrages, dont Ralph Vaughan-Williams dans cette même collection, il confirme ici sa connaissance de la musique des XVIIIe et XIXe siècles, à la suite de ses livres sur Haydn et Salieri.

"Cherubini conserva soigneusement presque toutes ses œuvres, en général sous forme de manuscrits autographes. Il en dressa un catalogue détaillé. Cherubini avait le génie de l’ordre [et] ne se reposa jamais" Auguste Bottée de Toulmon (1797–1850) bibliothécaire du Conservatoire

"Vers l’année 1777 ou 1778, j’obtins une pension du grand-duc Léopold pour continuer mes études et me perfectionner avec le célèbre Joseph Sarti, avec lequel j’ai travaillé pendant trois ou quatre ans. C’est par les conseils et les leçons de ce grand maître que je me suis formé dans le contrepoint et dans la musique dramatique. Etant auprès de lui, il me faisait composer, pour m’exercer et le soulager dans ses travaux, tous les airs des seconds rôles dans les opéras qu’il composait. [...] Ils se trouvent épars dans les différentes partitions de mon maître" Luigi Cherubini

En cette année 1780, Cherubini compose la recommandation de Sarti et sur un livret d’Apostolo Zeno, le dramma per musica en grande partie perdu Quinto Fabio, pour la foire d’automne à Alessandria (Piémont). "C’est mon premier opéra. J’avais alors dix-neuf ans accomplis" Luigi Cherubini

Le 2 juin 1785, Luigi Cherubini écrit à Lord Cowper "Je crois maintenant pouvoir satisfaire votre curiosité. [...] Je prépare un opera seria, mais pense qu’il ne sera pas donné cette année, la saison étant trop avancée. [...] Aujourd’hui, on célèbre Haendel à l’abbaye de Westminster, comme l’an dernier, avec instrumentistes, chanteurs et choristes il y aura plus de 650 personnes, ce qui vaut la peine d’être entendu"

L'équipe de l'émission :