Sous la couverture
Magazine
Samedi 27 janvier 2018
28 min

La musique dans l'exil, la musique de l'exil... Par Étienne Barilier "Exil et musique". Éditions Fayard

Le livre officiel de La Folle Journée 2018 de Nantes. L’exil, et sa douleur sont vieux comme l’humanité. L’Odyssée en témoigne. Mais le lieu dont on prive l’exilé n’a pas toujours eu même valeur affective et morale. Ovide pleurait d’avoir quitté ses collines romaines pour des rivages barbares...

Comment l’éloignement contraint de leur terre d’origine a-t-il affecté les œuvres des musiciens qui ont vécu cette épreuve ? C’est à cette question qu’Étienne Barilier tente de répondre dans cet ouvrage, en scrutant les œuvres qui expriment, voire thématisent l'exil.

Éditions Fayard
Éditions Fayard

Étienne Barilier "Exil et musique". Découvrir ! Acheter ! le livre papier, le livre numérique. Éditions Fayard

Éditions Fayard
Éditions Fayard

Selon le contexte historique (insurrection polonaise, révolution russe, stalinisme, nazisme...) ou l'« issue » de leur exil, il évoque ceux pour qui cela n’a pas eu apparemment grande conséquence sur la puissance créatrice (Stravinsky, Schönberg, Milhaud) et ceux chez qui il tarit peu ou prou la veine créatrice (Rachmaninov, Bartók) ; le retour peut être plus ou moins catastrophique (Prokofiev ou, dans des circonstances tout autres, Korngold).

Un exil intérieur peut être contraignant jusqu'à la mort : Chostakovitch, Weinberg, Feinberg ; il a été aussi prélude à l'assassinat en camp d'extermination, et suscitant des œuvres de résistance : Ullmann, Schulhoff.

Zemlinsky, Hindemith, Kurt Weill et bien d’autres illustreront ici comment le plus immatériel des arts, la musique, peut incarner le déchirement, la séparation et la permanence d’une identité.

De cette fracture intime que le XXe siècle a lestée de sa douleur propre, Étienne Barilier développe des enjeux de civilisation qui, bien au-delà de la musique, touchent durablement notre époque.

L'équipe de l'émission :