Samedi 7 mai 2016
3h 51mn

"La juive" de Jacques-Fromental Halévy

Les apparences sont parfois trompeuses : la jeune Rachel n'est peut-être pas si juive qu'elle en a l'air. Dans une ville en proie à l'antisémitisme le plus virulent, l'orfèvre Eléazar possède un arme secrète qu'il s'apprête à faire éclater pour punir ceux qui le maltraitent. Opéra enregistré le 1er avril 2016 à l'Opéra de Lyon. Soirée lyrique présentée par Benoît Duteurtre.

TRAIT
TRAIT

"La Juive" est un opéra en cinq actes de Jacques-Fromental Halévy créé à l'Académie Royale de Musique (Salle Le Peletier) à Paris le 23 février 1835.

Distribution

Direction musicale - Daniele Rustioni
Mise en scène - Olivier Py
Choeur et orchestre de l'Opéra de Lyon

Eléazar, orfévre juif - Nikolai Schukoff(ténor)
Rachel, sa fille - Rachel Harnisch(soprano)
La Princesse Eudoxie, princesse et nièce de l'empereur - Sabina Puértolas(soprano)
Léopold, prince de l'Empire - Enea Scala(ténor)
Le Cardinal Jean-François de Brogni, président du Concile - Roberto Scandiuzzi(basse)
Ruggiero, grand prévôt de la ville de Constance - Vincent Le Texier(baryton)
Albert, sergent d'armes des archers de l'empereur - Charles Rice(basse)

Hérault d'armes de l'empereur
Officier de l'empereur
Hommes du peuple
Familier de Saint-Office
La Majordome
Le bourreau

TRAIT
TRAIT

**Argument

**

ACTE I

Scène 1
Constance en 1414, pendant le concile. On entend les échos d’un Te Deum chanté dans l’église, auxquels se mêlent des coups de marteau : on se scandalise que le juif Eléazar, orfèvre, travaille en ce jour de fête, cependant qu’Albert, un sergent, reconnaît, sous un déguisement, le prince Léopold, qui lui demande de garder sa présence secrète. Les deux hommes s’éloignent.
Scènes 2 & 3
Ruggiero, le prévôt de la ville, fait annoncer au peuple des réjouissances après la victoire de Léopold sur les hussites. Le bruit du marteau d’Eléazar interrompt la proclamation. Ruggiero demande à la garde d’arrêter le joaillier. On amène Eléazar, sa fille Rachel est à ses côtés. Ruggiero lui promet la mort immédiate pour avoir osé travailler un jour de fête. Alors qu’on entraîne le père et la fille, le cardinal BROGNI, président du concile, sort de l’église.
Scène 4
Il reconnaît Eléazar qui le reconnaît aussi : à Rome autrefois, Brogni n’était pas encore cardinal, mais magistrat. Il avait une épouse, il avait une fille. Il persécutait les juifs et avait banni Eléazar de la ville. À présent, le cardinal demande à Eléazar le pardon, lui propose la réconciliation. Eléazar refuse. La clémence du cardinal suscite l’émotion de Rachel : « Les chrétiens, et leur croyance ne m’inspirent plus tant d’effroi. » Mais Eléazar reste inflexible : « Je garde en mon coeur la vengeance, point d’alliance entre eux et moi ! » Désormais libres, Rachel et Eléazar regagnent leur demeure.
Scène 5
Devant la maison de Rachel, le prince Léopold, toujours déguisé, lui chante une sérénade. Rachel lui répond, heureuse du retour de son amant, « Samuel », après une longue absence. Sous ce nom, Léopold se fait passer pour un juif. Rachel lui demande de venir le soir même chez son père, pour la célébration de la Pâque. Leurs échanges sont interrompus par une grande foule venue faire la fête et admirer le défilé.
Scènes 6 & 7
Eléazar et Rachel, réfugiés sur les marches de l’église, sont pris à partie par le peuple qui menace des les jeter
dans le lac. Samuel/Léopold s’interpose. Albert le reconnaît et ordonne qu’on laisse Eléazar et Rachel. Celle-ci ne comprend pas ce mystère : d’où vient le pouvoir de Samuel ? Le peuple regarde passer le cortège de l’empereur Sigismond. Eléazar et Rachel se retirent.

Acte I Éléazar (Nikolai Schukoff) Rachel (Rachel Harnisch)©Stofleth
Acte I Éléazar (Nikolai Schukoff) Rachel (Rachel Harnisch)©Stofleth

ACTE II

Scène 1
Avec Rachel, Samuel/Léopold, et quelques parents, Eléazar célèbre la Pâque, chante les prières et distribue le pain sans levain. Léopold hésite à le porter à sa bouche, puis le jette. Mais Rachel a vu son geste. Soudain, on frappe à la porte : « De la part de l’Empereur ». Eléazar congédie l’assemblée, mais demande à Samuel/ Léopold de rester, au cas où... ; il se dissimule dans l’ombre.
Scène 2
Eléazar ouvre la porte, la princesse Eudoxie entre. Elle est venue acheter au joaillier une précieuse chaîne incrustée, pour son époux, le prince Léopold, depuis peu de retour victorieux de la guerre. À part, voyant tout l’amour de sa femme, Léopold est rongé de remords. Eléazar se réjouit de l’affaire qu’il va faire.
Scène 3
Pendant qu’Eléazar raccompagne la princesse à l’extérieur, Rachel retrouve Samuel/Léopold. Il élude ses questions et lui demande de pouvoir la voir seule, dans la nuit. Rachel promet.
Scène 4
Eléazar rentre et remarque le trouble des deux jeunes gens. Il chante la prière du soir et raccompagne Samuel/Léopold.
Scènes 5 & 6
Restée seule, Rachel chante à la fois son impatience et sa peur : « Il va venir, et d’effroi je me sens frémir. » Elle est rejointe par Léopold qui lui avoue qu’il est chrétien. Rachel surmonte ses craintes, accepte de laisser son père, et de prendre la fuite avec son amant.
Scène 7
Ils sont surpris par Eléazar, à qui Léopold annonce qu’il est chrétien. Eléazar le menace de son poignard. Rachel retient son bras et implore son indulgence. Le père se laisse fléchir par sa fille et accepte finalement qu’elle épouse ce chrétien. « Jamais ! » lance Léopold à la stupeur d’Eléazar et de Rachel, qui se jure de percer le mystère. Léopold sort précipitamment. Rachel se lance sur ses pas.

Acte I Éléazar (Nikolai Schukoff) Rachel (Rachel Harnisch)©Stofleth
Acte I Éléazar (Nikolai Schukoff) Rachel (Rachel Harnisch)©Stofleth

ACTE III

Scène 1
Seule, Eudoxie chante son bonheur d’avoir retrouvé son époux.
Scène 2
Un majordome fait entrer Rachel. Elle a suivi son amant et l’a vu entrer dans le palais. Elle demande à Eudoxie d’entrer à son service, pour un jour. Frappée par la pâleur et le désespoir de Rachel, Eudoxie accepte. La foule se réunit pour le triomphe de Léopold.
Scène 3
Devant toute l’assemblée, Eléazar apporte à Eudoxie le bijou qu’elle avait commandé. Rachel et Eléazar découvrent la véritable identité de Samuel, prince Léopold, époux d’Eudoxie. Rachel s’élance et arrache à Léopold la chaîne qu’Eudoxie vient de lui remettre : « Son coeur n’en est pas digne ! » Et elle dénonce le chrétien qui aime une juive. Stupéfaction générale, effroi, désespoir. Le cardinal Brogni jette l’anathème sur Léopold, Eléazar et Rachel, à quoi répond la malédiction d’Eléazar. Des gardes se saisissent de lui, de Rachel et de Léopold.

Acte III ©Stofleth
Acte III ©Stofleth

ACTE IV

Scènes 1 & 2
Eudoxie a eu l’autorisation de voir Rachel, des gardes l’amènent. Eudoxie la supplie de déclarer devant les juges de l’Église que Léopold n’a pas été coupable. Rachel accepte et annonce qu’elle mourra seule.
Scène 3
En tête à tête, le cardinal Brogni voit Rachel, qui lui annonce sa détermination : sauver Léopold, puis mourir. Brogni est pris d’émotion, et de pitié pour celle qui, si jeune, veut se sacrifier. Puis il demande qu’on amène Eléazar.
Scène 4
Seul avec lui, il lui propose la grâce pour lui et sa fille, à condition d’abjurer sa foi. Eléazar refuse fermement : il espère mourir et se venger des chrétiens. Ainsi il raconte à Brogni que sa fille qu’il croit morte est bien vivante, sauvée jadis par un juif de l’incendie de sa maison ; et qu’il sait où elle est, mais que le secret qu’il détient va disparaître avec sa mort ; il reste insensible aux prières de Brogni.
Scène 5
Seul, Eléazar savoure sa vengeance. Mais il se rappelle aussi le moment où il a recueilli celle qu’il a nommée Rachel, la fille de Brogni, à qui il a voué sa vie, et qu’à présent, il livre au bourreau. Au dehors, il entend les cris de haine du peuple contre les juifs, ce qui redouble sa détermination d’aller au martyre, avec sa fille. Des gardes viennent le chercher.

ACTE V

Scènes 1 & 2
Sur une place de Constance, tout est prêt pour le supplice. Le peuple se réjouit d’y assister. On amène Rachel et Eléazar au supplice, aux accents d’une marche funèbre.
Scène 3
Ruggiero annonce la condamnation à mort de Rachel et d’Eléazar. Le prince Léopold a été gracié, un témoin digne de foi l’ayant disculpé. « Moi ! » annonce Rachel, qui confirme que c’est à tort qu’elle a accusé le prince.
Scène 4
Brogni demande une fois encore à Eléazar de lui révéler son secret. Eléazar hésite, demande à Rachel si elle veut échapper à la mort ; elle refuse d’abandonner son père et l’entraîne au supplice. Alors qu’elle y monte, Brogni questionne Eléazar qui lui confirme que sa fille et bien vivante : il lui montre Rachel au moment où on l’exécute : la voilà ! Triomphant, il monte à son tour au supplice.

trait rouge
trait rouge

►Extraits de La Juive de Jacques Fromental Halévy

► Entretien avec Olivier Py

TRAIT
TRAIT

Bibliographie

  • "La juive" de Jacques Halévy, avant-scène opéra N°100
    • Livret de "La Juive"
      - Souvenirs et Portraits. Études sur les Beaux-Arts, Michel Lévy, 1861.
    • Derniers Souvenirs et Portraits, précédés d'une notice par P. A. Fiorentino, Michel Lévy, 1863 [texte sur Gallica]
      - Mille et un opéras de Piotr Kaminski, Fayard, Les indispensables de la musique, 2003
L'équipe de l'émission :