Samedi 27 décembre 2014
3h 50mn

La Clémence de Titus de Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra enregistré le 12 décembre au Théâtre des Champs-Elysées (Paris).

La Clémence de Titus de Wolfgang Amadeus Mozart, opéra seria en deux actes (1791).
Livret de Caterino Mazzolà, d’après Pietro Metastasio et Cinna de Corneille.

Titus, l’empereur de Rome, aime Bérénice. Il est visé par un complot ourdi par l’ambitieuse Vitellia, qui veut l’épouser. Pour parvenir à ses fins elle se sert de l’amour que lui voue Sextus, un ami cher au cœur de Titus. Bienveillant et empreint de justice, l’empereur finira par pardonner à tous les conjurés…

Avec La Clémence de Titus, Mozart revient, quelques mois avant sa mort, à l’opera seria, un genre qu’il n’avait plus pratiqué depuis Idoménée. Composée en même temps que l’initiatique Flûte enchantée et peu de temps avant son Requiem, La Clémence illustre brillamment le renouveau d’un répertoire alors en déclin. Longtemps dépréciée face aux audaces qui avaient fait le succès des Noces de Figaro et de Don Giovanni, elle comporte pourtant quelques-unes de plus belles pages de Mozart. La Clémence s’offre comme un poignant témoignage de l’esprit humaniste du compositeur, où l’expressivité dramatique est magnifiée par l’inventivité musicale.

Jérémie Rhorer poursuit avec cette nouvelle Clémence son parcours mozartien entamé il y a quelques saisons avec Idoménée. Amour passionné mais contrarié, amitié fidèle, complot politique et pardon final, un cocktail au goût d’éternelle actualité qui ne pouvait que séduire Denis Podalydès, homme de théâtre rodé au grand répertoire classique. Il est vrai que l’ombre de Racine n’est pas si loin mais ici humanisée de toute la tendresse musicale d’un Mozart en pleine possession de ses moyens.

« C’est le vrai triomphe des Lumières. C’est un opéra dont on ne doit pas nier la visée optimiste, la croyance en une raison souveraine, tenant compte de la faiblesse humaine, des limites de toute autorité, affirmant la légitimité du doute, de l’incertitude, […] quitte à ce que la crise soit durable et angoissante, le temps que lentement puisse s’imposer d’elle-même cette raison laïque, non-violente, profondément désarmée. » Denis Podalydès

Denis Podalydès pendant les répétitions.
Denis Podalydès pendant les répétitions.

► En prélude à l’opéra, Judith Chaine reçoit le metteur en scène Denis Podalydès et le ténor Kurt Streit (Titus). Pendant l’entracte, nous entendrons les sopranes Karina Gauvin (Vitellia) et Julie Fuchs (Servilia) ainsi que le chef d’orchestre Jérémie Rhorer. La soirée se clôturera en compagnie des mezzo-sopranes Kate Lindsey (Sextus) et Julie Boulianne (Annius).

Distribution :
Kurt Streit, Titus
Karina Gauvin,Vitellia
Julie Fuchs, Servilia
Kate Lindsey, Sextus
Julie Boulianne, Annius
Robert Gleadow, Publius

Le Cercle de l’Harmonie
Chœur Aedes (Mathieu Romano, direction)
Jérémie Rhorer, direction

Mise en scène de Denis Podalydès (Sociétaire de la Comédie-Française)
Chorégraphie de Cécile Bon
Décors de Eric Ruf
Costumes de Christian Lacroix
Lumières de Stéphanie Daniel

SAO_141227_2
SAO_141227_2

Site internet des sopranes Karina Gauvin et Julie Fuchs, de la mezzo-soprano Kate Lindsey, de l’Orchestre Le Cercle de l’Harmonie et du Chœur Aedes .

►Bibliographie :

  • L’Avant-Scène Opéra n°226, La Clémence de Titus de Wolfgang Amadeus Mozart, 2005.
  • Brigitte & Jean Massin, Wolfgang Amadeus Mozart, Fayard, 1990.

    Fragments des répétitions de l’équipe de la nouvelle production de La Clémence de Titus :

Un aperçu de la nouvelle production de La Clémence de Titus de Mozart, dirigée par Jérémie Rhorer et mise en scène par Denis Podalydès :

► Programmation musicale :

En prélude

♫ Interview du metteur en scène Denis Podalydès

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Rondo de la Sonate en Ut majeur KV 545
Maria Joao Pires, piano
Deutsche Grammophon 427 768-2

♫ Interview du ténor Kurt Streit

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Divertimento en Fa majeur KV 213 : Contredanse en rondeau molto allegro
Ensemble Philidor
La Dolce Volta CD_3

Entracte

♫ Interview des sopranes Karina Gauvin (Vitellia) et Julie Fuchs (Servilia)

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Concerto pour clarinette et orchestre en La majeur K. 622 : Adagio
Michel Portal, clarinette
Orchestre De Chambre de Vienne
Philippe Entremont
, direction
Harmonia Mundi HMC 901304

♫ Interview du chef d’orchestre Jérémie Rhorer

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Concerto n°23 en La majeur K488 : Adagio
Clara Haskil, piano
Orchestre Symphonique de Vienne
Paul Sacher
, direction
Enr. 1954
Philips 442631-2

Postlude

♫ Interview des mezzo-sopranes Kate Lindsey (Sextus) et Julie Boulianne (Annius)

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Extrait du Requiem K626
Kurt Streit, ténor
Bernarda Fink, alto
Gerald Finley, basse
Christine Shäffer, soprano
Concentus Musicus Wien
Choeur Arnold Schoenberg
Nikolaus Harnoncourt
, direction
Enr.2003
Deutsche Harmonia Mundi 82876 587055-2

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :
Mots clés :