Samedi 14 février 2015
4h 21mn

Iolanta de Piotr Ilitch Tchaïkovski et Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók

Opéras diffusés en DIRECT du Metropolitan Opera (New York).

Iolanta

Iolanta, op. 69, opéra en un acte de Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840- 1893), sur un livret de Modeste Tchaïkovski.
Créé le 18 décembre 1892 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

En Provence, au XVe siècle. Née aveugle, la princesse Iolanta vit protégée du monde dans le château de son père, le roi René. Pour ne pas l'affliger, il impose que sa cécité lui soit cachée. La jeune fille jouit de la nature, du parfum des fleurs, des gazouillis des oiseaux et des chants de sa préceptrice et de ses amies. Rien ne lui manque. Pour être guérie, suivant les conseils du médecin maure de la cour, il faudrait que Iolanta prenne conscience de sa cécité et désire voir pour être guérie. Le roi hésite à suivre ce conseil.
À l'occasion d'une partie de chasse, le duc Robert, promis de la princesse, et le chevalier Vaudémont se perdent, escaladent le mur qui mène au jardin de Iolanta, et l’aperçoivent. Vaudémont en tombe immédiatement amoureux et réalise que Iolanta est aveugle. La princesse l’écoute, émerveillée, évoquer la couleur et la lumière. Le roi, arrivé sur les lieux, est d'abord furieux contre le chevalier qui a trahi le secret, puis il réalise que la princesse peut désormais guérir. Délivrée de la maladie, Iolanta est donnée en mariage à Vaudéamont.

Piotr Beczala (le Comte Tristan Vaudémont) et  Anna Netrebko (Iolanta)
Piotr Beczala (le Comte Tristan Vaudémont) et Anna Netrebko (Iolanta)

► Distribution :
Anna Netrebko, Iolanta
Piotr Beczala, le Comte Tristan Vaudémont:
Aleksei Markov, le Duc Robert
Elchin Azizov, Ibn-Hakia
Ilya Bannik, le roi René

► Bibliographie :

  • Laurence Catinot-Crost, Les dernières années de Tchaïkovski, Tatamis,‎ 2013.
  • Jérôme Bastianelli, Tchaïkovski, Actes Sud, coll. « Classica », janvier 2012.
  • Violaine Anger, Tchaïkovski, 1840-1893, Jean-Paul Gisserot,‎ 2 avril 1998.
  • André Lischke, Tchaïkovski au miroir de ses écrits, Fayard, coll. « Écrits de musiciens »,‎ 1996.
  • André Lischke, Piotr Ilyitch Tchaïkovski, Fayard, coll. « Bibliothèque des grands musiciens »,‎ 1993.
  • Nina Berberova, Tchaïkovski, Actes Sud, coll. « Babel »,‎1987.
Iolanta 150214 603*380 2
Iolanta 150214 603*380 2

Le Château de Barbe-Bleue

Le Château de Barbe-Bleue, opéra en 1 acte et 1 prologue de Béla Bartók (1881- 1945), sur un livret de Béla Balázs, d’après un conte de Charles Perrault.
Créé à l’Opéra de Budapest le 24 mai 1918.

Judith, qui s’est mariée contre l’avis de sa famille, arrive dans la demeure de son nouveau mari, le duc Barbe-Bleue, dont elle est la quatrième épouse. Elle lui demande l'accès à toutes les portes du château, pour, dit-elle, y faire entrer la lumière. Barbe-Bleue, d'abord réticent, cède au nom de l'amour, mais la septième porte fait l'objet d'un interdit particulier que Judith va transgresser au prix de sa déchéance.
Elle trouve derrière celle-ci les trois femmes disparues de Barbe-Bleue, l'incarnation du matin, du midi et du soir de sa vie. La quatrième épouse, la plus belle de toutes, rencontrée la nuit, préfigure l'obscurité dans laquelle Barbe-Bleue doit sombrer de nouveau. Parée de bijoux, Judith disparaît par la septième porte qui se referme sur elle, laissant Barbe-Bleue seul dans le noir.

Mikhail Petrenko (Barbe-Bleue) et Nadja Michael (Judith)
Mikhail Petrenko (Barbe-Bleue) et Nadja Michael (Judith)

►Distribution :
Nadja Michael, Judith
Mikhail Petrenko, Barbe-Bleue

Nadja Michael (Judith) © Sara Krulwich
Nadja Michael (Judith) © Sara Krulwich

Chœur et Orchestre du Metropolitan Opera de New York
Valery Gergiev
, direction

Mise en scène de Mariusz Treliński
Décors de Boris Kudlicka
Costumes de Marek Adamski
Lumières de Marc Heinz
Projection video de Bartek Macias
Sound Design : Mark Grey
Chorégraphies de Tomasz Wygoda
Dramaturge : Piotr Gruszczynski

Une extrait du Barbe-Bleue de Pina Bausch, créé en 1977 :

**► Programmation musicale :
♫ Giacomo Puccini (1858-1924)

La Bohème – « O soave fanciulla »
Anna Netrebko, Mimi
Piotr Beczala, Rodolfo
Gerald Finley, Marcello
The Metropolitan Opera Orchestra & Chorus
Marco Armiliato**, direction
Enr. 2010
Deutsche Grammophon 477 9903

Franz Lehar (1870-1948)
Die Lustige Witwe, acte III - « Lippen schweigen »
Piotr Beczala, ténor
Anna Netrebko, soprano
Royal Philharmonic Orchestra
Lukasz Borowicz
, direction
Deutsche Grammophon 479 0838

Richard Heuberger (1850-1914)
Der Opernball – « Im Chambre Séparée »
Anna Netrebko, soprano
Piotr Beczala, ténor
Prague Philharmonia
Emmanuel Villaume
, direction
Enr. 2008
Deutsche Grammophon 477 7451

Gaetano Donizetti (1797-1848)
Lucia di Lammermoor, acte III, scène 3 : « Tombe degliavi miei…» suivi de « Tu che a Dio… »
Piotr Beczala, Edgar
Ilya Bannik, Raymond
Mariinsky Orchestra and Chorus
Valery Gergiev
, direction
Enr. 2010
Mariinsky MAR0512

Sergueï Prokofiev (1891-1953)
Les Fiancailles au Couvant (La Duègne), acte III, tableau 5.
Anna Netrebko, Louisa
Yuri Shkliar, Don Carlos
Sergei Alexashkin, Mendoza
Evgeny Akimov, Antonio
Kirov Opera & Orchestra
Valery Gergiev
, direction
Enr. 1997
Philips 462 107-2

Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893)
Casse Noisette : Danses de caractère :
Danse espagnole (le Chocolat), Danse arabe (le Café), Danse chinoise (le Thé) et Danse russe (Trépak)
Orchestre du Kirov
Valery Gergiev
, direction
Philips 473 415-2

Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893)
Eugène Onéguine, acte I – Scène de la lettre
Anna Netrebko, Tatyana
Mariinsky Orchestra and Chorus
Valery Gergiev
, direction
Deutsche Grammophon 477 6151

Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893)
Symphony n°6 en si mineur, op. 74 « Pathétique » - II. Allegro con grazia
Wiener Philharmoniker
Valery Gergiev
, direction
Enr. 2004
SACD 475 6197

Hector Berlioz
La Damnation de Faust : Marche Hongroise
Orchestre du Théâtre National de l'Opéra de Paris
André Cluytens
, direction
EMI Classics CDM 7691092

L'équipe de l'émission :