Samedi à l'opéra
Concerts
Samedi 8 mai 2021
3h 21mn

Yannick Nézet-Séguin dirige La Femme sans ombre de Richard Strauss

En 1911, Hofmannsthal propose à Richard Strauss « Un conte féerique dans lequel deux hommes et deux femmes seraient en vis-à-vis »… Ce sera La Femme sans ombre, opéra dirigé ce soir par Yannick Nézet-Séguin, avec Lise Lindstrom, Michaela Schuster, Elza van den Heever, Stephen Gould, Michael Volle...

Yannick Nézet-Séguin dirige La Femme sans ombre de Richard Strauss
Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert, Théâtre des Champs-Elysées 2020, direction musicale Yannick Nézet-Séguin : Lise Lindstrom (La Femme du teinturier), © Photo by Rosie Hardy

Richard Strauss – Hugo von Hofmannsthal,

Die Frau ohne Schatten (La Femme sans ombre)

Opéra en trois actes créé le 10 octobre 1919 à l’Opéra d’Etat de Vienne

Version de concert enregistrée par France Musique le 17 février 2020 au Théâtre des Champs-Elysées, à Paris. Première diffusion le 18 avril 2020. Production du Théâtre des Champs-Elysées.

Distribution :

Yannick Nézet-Séguin : Direction musicale

Stephen Gould : L’Empereur, Ténor
Elza van den Heever : L’Impératrice, Soprano
Michaela Schuster : La Nourrice, Mezzo-soprano
Lise Lindstrom : La Femme du teinturier, Soprano
Michael Volle : Barak le teinturier, Baryton
Katrien Baerts : La voix du faucon, Soprano
Bror Magnus Tødenes : L’Apparition d’un jeune homme, Ténor
Andreas Conrad : Le Bossu, frère du teinturier, Ténor
Michael Wilmering : Le Borgne, frère du teinturier, Baryton
Thomas Oliemans : Le Messager des Esprits, Baryton
Nathan Berg : Le Manchot, frère du teinturier, Baryton-basse
Six voix d’enfants, Sopranos et Altos
Les voix des Veilleurs, Basses
Serviteurs du couple impérial, Enfants mendiants, Esprits de serviteurs, voix des Esprits

Orchestre Philharmonique de Rotterdam
Chœur Symphonique de Rotterdam
direction Wiecher Mandemaker
Maîtrise de Radio France
direction Sofi Jeannin

Argument :

Acte I. Sur la terrasse du Palais, la Nourrice chargée de veiller sur l’Impératrice, reçoit la visite du Messager des Esprits, envoyé par Keikobad, Roi des Esprits et père de L’Impératrice. Si sa fille n’a pas réussi à projeter une ombre d’ici trois jours, son mari l’Empereur sera changé en pierre et elle devra rejoindre son père. L’Impératrice doit acquérir une ombre pour appartenir définitivement au monde des humains. 

A son réveil, apprenant la menace qui guette son époux bien aimé, incapable de la rendre femme et mère, l’Impératrice supplie la Nourrice de l’accompagner dans le monde des humains où il sera possible de monnayer une ombre. La Nourrice sera le mauvais génie de sa maîtresse qu’elle souhaite voir échouer dans son entreprise pour l’obliger à regagner définitivement le monde des esprits. Quittant le palais qui « s’élève jusqu’aux étoiles », elles plongent toutes deux avec effroi dans le gouffre où vivent ceux qui « s’agitent comme des sauvages ».

Arrivées dans la pauvre maison du Teinturier Barak, un spectacle chaotique les attend. Sa femme est excédée par les frères de son mari qui se comportent en parasites. Elle est déçue par son existence difficile et par son mari trop lourdaud. Elle est donc une proie idéale pour les manigances de la Nourrice qui lui fait miroiter une vie agréable en lui promettant les faveurs d’un beau jeune homme. La Nourrice conclut un pacte avec la Teinturière. En échange de son ombre, l’Impératrice et elle-même seront durant trois jours à son service. La Teinturière s’engage aussi à ne pas avoir d’enfants, en repoussant son mari.

Acte II. Le pauvre Teinturier demeure égal à lui-même face à sa femme toujours pleine de rancœur. Quant à l’Empereur, il s’inquiète de ne rien comprendre à ce que trament la Nourrice et son épouse. L’Impératrice est torturée par le remords. Elle ne sait plus si elle doit mettre fin ou non à l’entreprise de la Nourrice qui plongera le couple de Barak dans le malheur. Doit-elle accepter de sacrifier son époux pour préserver ces pauvres gens ? La Teinturière avoue à Barak qu’elle a vendu son ombre. Pour la première fois, il est hors de lui et pense la tuer. Devant les conséquences, l’Impératrice refuse de s’emparer de l’ombre acquise au prix du sang. Dans la plus grande confusion, le sol s’ouvre, engloutissant Barak et sa femme, tandis que la Nourrice entraîne l’Impératrice.

Acte III. Barak et sa femme sont prisonniers dans une caverne. Ils sont séparés. La Teinturière, déchirée par la voix des enfants à venir qu’elle a condamnés au néant, voudrait rejoindre son époux qui se désole de n’avoir pas su la protéger. L’Impératrice s’apprête à affronter son père malgré les imprécations de la Nourrice dont les sortilèges sont vaincus. Elle sera condamnée à errer parmi les humains qu’elle exècre. 

Dans le temple souterrain où elle a pénétré, l’Impératrice découvre son époux changé en pierre. Un seul mot lui suffirait pour le sauver et s’emparer de l’ombre de la Teinturière qui serait alors condamnée au malheur avec son mari Barak. L’Impératrice, émue par leurs cris, refuse d’aller jusqu’au bout du pacte, prouvant son humanité par sa grande compassion. L’Empereur reprend vie. Barak et sa femme se retrouvent. Les voix des deux couples et des enfants à venir s’unissent dans un hymne à l’amour et à la vie.

© Théâtre des Champs-Elysées

Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert, Théâtre des Chps-Elysées 2020, direction musicale Yannick Nézet-Séguin : Michaela Schuster (La Nourrice), Elza van den Heever (L’Impératrice)
Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert, Théâtre des Chps-Elysées 2020, direction musicale Yannick Nézet-Séguin : Michaela Schuster (La Nourrice), Elza van den Heever (L’Impératrice), © Photo by Nikola Stege, © Photo by Jiyang Chen
Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert, Théâtre des Champs-Elysées 2020, direction musicale Yannick Nézet-Séguin : Stephen Gould (L’Empereur) et Michael Volle (Barak le teinturier)
Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert, Théâtre des Champs-Elysées 2020, direction musicale Yannick Nézet-Séguin : Stephen Gould (L’Empereur) et Michael Volle (Barak le teinturier), © Photos by Kay Herschelmann, © Photo by Wilfried Hösl
Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert donnée au Théâtre des Champs-Elysées le 17 février 2020 : Yannick Nézet-Séguin, direction musicale
Richard Strauss, La Femme sans ombre – version de concert donnée au Théâtre des Champs-Elysées le 17 février 2020 : Yannick Nézet-Séguin, direction musicale, © Photo by Georg Etheredge / Deutsche Grammophon

Ouvrage de référence :

L’Avant-Scène Opéra : La Femme sans ombre de Richard Strauss
n°147 - ISBN : 2-84385-120-3

L’Avant-Scène Opéra n°147 : La Femme sans ombre de R. Strauss
L’Avant-Scène Opéra n°147 : La Femme sans ombre de R. Strauss
L'équipe de l'émission :