Samedi à l'opéra
Concerts
Samedi 29 mai 2021
2h 58mn

Peter Grimes de Benjamin Britten au Teatro Real de Madrid

Deborah Warner et Michael Levine se retrouvent au Teatro Real pour la mise en scène de Peter Grimes, après Billy Budd en 2017. Ils livrent une lecture puissante de cette histoire du marin mal aimé, pêcheur fou et brutal d’un village anglais, incarné par Allan Clayton. Dir. musicale : Ivor Bolton.

Peter Grimes de Benjamin Britten au Teatro Real de Madrid
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Allan Clayton (Peter Grimes), Saúl Esgueva (John, l'apprenti), © Photo by Javier del Real / Teatro Real – Madrid 2021

ATTENTION : Pour des raisons contractuelles, ce concert ne sera pas proposé à la réécoute.

Benjamin Britten – Montagu Slater / d’après George Crabbe, 

Peter Grimes

Opéra en trois actes et un prologue op 33 créé le 7 juin 1945 au Sadler’s Wells Theatre, à Londres. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Opéra offert dans le cadre des échanges avec l'Union Européenne de Radio et Télévision, enregistré le 24 avril 2021 au Teatro Real, à Madrid. Nouvelle production en coproduction avec la Royal Opera House de Londres, l’Opéra national de Paris et le Teatro dell’Opera de Rome 

Distribution : 

Ivor Bolton : Direction musicale 

Allan Clayton : Peter Grimes, un pêcheur, Ténor
Maria Bengtsson : Ellen Orford, une veuve, maîtresse d’école du Bourg
Christopher Purves : Le Capitaine Balstrode, retraité de la marine marchande, Baryton
Catherine Wyn-Rogers : Tantine, propriétaire de l’auberge « Le Sanglier », Alto
John Graham-Hall : Bob Boles, pêcheur et pasteur méthodiste, Ténor
Clive Bayley : Swallow, un avocat, Basse
Rosie Aldridge : Mrs Sedley, une rentière, veuve d’un agent de la Compagnie des Indes Orientales, Mezzo-soprano
James Gilchrist : Révérend Horace Adams, le Recteur, Ténor
Jacques Imbrailo : Ned Keene, pharmacien et guérisseur, Baryton
Barnaby Rea : Carter Hobson, voiturier, Basse
Rocío Pérez : 1ère Nièce, Soprano
Natalia Labourdette : 2ème Nièce, soprano
(principales attractions du « Sanglier »)
Saúl Esgueva : John, apprenti de Grimes (rôle muet)
Dr Crabbe (rôle muet)
Chœur des villageois et des pêcheurs 

Chœur du Teatro Real de Madrid
Andrés Máspero : Chef des chœurs
Orchestre du Teatro Real de Madrid 

Deborah Warner : Mise en scène 

Michael Levine : Scénographie
Luis Carvalho : Costumes
Peter Mumford : Lumières
Kim Brandstrup : Chorégraphie  
Will Duke : design de vidéo 

Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Maria Bengtsson (Ellen Orford), Allan Clayton (Peter Grimes)
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Maria Bengtsson (Ellen Orford), Allan Clayton (Peter Grimes), © Photo by Javier del Real / Teatro Real – Madrid 2021
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Allan Clayton (Peter Grimes), Christopher Purves (Le Capitaine Balstrode)
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Allan Clayton (Peter Grimes), Christopher Purves (Le Capitaine Balstrode), © Photo by Javier del Real / Teatro Real – Madrid 2021
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Rocío Pérez et Natalia Labourdette (Les 2 Nièces) 
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : Rocío Pérez et Natalia Labourdette (Les 2 Nièces) , © Photo by Javier del Real / Teatro Real – Madrid 2021
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : La chasse à l’homme
Britten, Peter Grimes – direction musicale Ivor Bolton, mise en scène Deborah Warner : La chasse à l’homme, © Photo by Javier del Real / Teatro Real – Madrid 2021

Synopsis : 

Par Alain Duault 

L’action se déroule au Bourg (The Borough), un village de pêcheurs sur la côte Est de l’Angleterre, au début du XIXème siècle.

Prologue. A l’intérieur de la Salle des Assemblées du Bourg, transformée en tribunal, Swallow, le juge, mène l’enquête sur les circonstances suspectes dans lesquelles le pêcheur Peter Grimes a perdu un apprenti en mer. Les gens du village murmurent, soupçonneux, accusant sourdement Peter Grimes d’être à l’origine de cette mort. Grimes explique alors au juge les circonstances de l’accident : en pleine mer, après une bonne pêche, un vent contraire l’a dérouté et, après trois jours sans boire, le jeune apprenti est mort d’épuisement. Les témoins confirment les dires de Grimes et finalement le juge l’acquitte, déclarant accidentelle la mort du jeune garçon, mais il met en garde Peter Grimes : « C’est le genre d’accident dont les gens se souviennent »… Le pêcheur n’est pas satisfait de ce verdict qui laisse planer un doute. Seule Ellen Orford, l’institutrice, lui garde sa confiance et essaie de le réconforter.

Acte I. Quelques jours plus tard : c’est le matin. Le village s’anime peu à peu. On se salue, on s’interpelle, on échange quelques paroles. Il y a là Tantine, la tenancière du pub, Boles le pêcheur et le Capitaine Balstrode qui s’inquiète du temps ; passent aussi Swallow et la veuve Sedley, et puis Ned Keene le pharmacien. Celui-ci explique alors à Grimes qui vient de hâler son bateau qu’il lui a trouvé un nouvel apprenti, et il demande à Carter Hobson, le voiturier, d’aller le chercher à l’asiles où il l’a acheté. Mais celui-ci refuse, soutenu par le village. Ellen Orford arrive alors et, prenant fait et causes pour Grimes, s’emploie à convaincre les villageois et Hobson qui accepte finalement d’aller chercher l’apprenti. Chacun s’active de nouveau. Mrs Sedley demande à Keene ses médicaments. Balstrode remarque alors qu’on a hissé le signal de tempête ; tous prient pour que celle-ci épargne leur rivage, et se dispersent, qui rentrant chez soi, qui pénétrant dans le pub.

Ne restent que Balstrode et Peter Grimes. Le capitaine s’étonne de l’isolement du pêcheur qui préfère la solitude de la tempête à la chaleur du pub. Grimes explique d’abord qu’il n’est pas d’ici, qu’il n’est qu’un étranger qui cherche ses racines, puis il raconte cet horrible souvenir du jour où il s’est retrouvé en mer, seul, avec un enfant mort, son apprenti, près de lui. Pour mettre un terme aux ragots, Grimes explique ensuite qu’il veut en quelque sorte s’acheter une respectabilité en devenant riche, en épousant l’institutrice. Balstrode tente de le dissuader de croitre à la valeur rédemptrice de l’argent mais Grimes ne veut pas l’écouter. Demeuré seul, il rêve au havre de paix où il aborderait si Ellen était sa femme. La tempête fait rage.

A l’intérieur de l’auberge, Mrs Sedley attend le pharmacien qui doit lui apporter ses médicaments. Balstrode, lui, est excédé par le vacarme que font les « nièces », mais il se fait rabrouer par Tantine. Boles entre alors, complètement soûl, avec un autre pêcheur. Il s’avance en titubant vers une des nièces et lui fait de pressantes avances. Balstrode qui veut le repousser est frappé mais, sans perdre son sang-froid, il maîtrise le pochard. L’auberge s’est remplie. Keene arrive ensuite, suivi bientôt de Grimes, rêveur et comme absent, qui suscite aussitôt une sourde hostilité. Boles, toujours ivre, s’avance vers Grimes, une bouteille à la main, avec la manifeste intention de la lui briser sur le crâne. Balstrode intervient encore et fait lâcher sa bouteille à Boles. Pour dérider l’atmosphère, Keene et Tantine entonnent un chanson populaire. Enfin arrivent, trempés jusqu’aux os, Hobson, le voiturier, avec le nouvel apprenti de Grimes, John, et Ellen Orford. Sans s’attarder plus, Peter emmène son apprenti avec lui.

Acte II. Quelques semaines ont passé. C’est le matin d’un beau dimanche. La rue du village ruisselle de soleil, les cloches sonnent et chacun se hâte vers l’église. Ellen arrive avec le petit John. Elle s’assied près d’un bateau et, tout en tricotant, elle chante à l’enfant les mérites de l’existence. Mais elle s’aperçoit soudain que la veste du petit est déchirée, et qu’il porte des marques de coups. Peter Grimes arrive alors pour emmener son apprenti au travail, répondant avec dureté aux objections d’Ellen qui lui rappelle la nécessité du repos et essaie de lui montrer l’inanité d’un tel acharnement au travail, s’inquiétant même à propos de leurs projets communs. Peter s’énerve et se laisse aller à frapper Ellen, puis part très vite avec son apprenti pendant que la jeune femme s’en va en pleurant. Mais Tantine, Keene et Boles ont vu la scène et la rumeur contre Grimes reprend de plus belle. Balstrode essaie bien de calmer le village mais Boles s’emploie au contraire à attiser la colère. Ellen revient alors et tente d’expliquer aux villageois comment elle et Grimes voulaient essayer de bâtir un bonheur simple, mais le village la rejette aussi. Le ton monte ; un groupe d’hommes, excités, vociférants, décide d’aller jusqu’à la cabane de Grimes, pendant que les femmes demeurent.

Dans sa cabane fruste, Peter Grimes, tout en lui lançant des habits de travail, parle à son nouvel apprenti tout en se parlant à soi-même ; il lui dit ce qu’il est, ce qu’il rêve d’être. Mais le groupe des villageois s’approche, grondant, de la cabane. Grimes envoie l’apprenti au bateau en lui recommandant d’être prudent pour descendre la falaise. On frappe alors à la porte. Grimes va s’avancer quand retenti un cri : c’est le petit John qui a glissé et fait une chute. Peter court à la porte de la falaise et descend précipitamment. A ce moment le groupe des villageois pénètre dans la pièce et l’inspecte avant de se retirer, calmé. Balstrode seul demeure et, se penchant par la porte de la falaise, aperçoit soudain le drame et descend à son tour en hâte.

Acte III. Quelques jours plus tard. C’est la nuit. On retrouve la rue du village. Le pub est brillamment éclairé, ainsi que la Salle des Assemblées d’où parvient la rumeur d’un bal. Le juge Swallow poursuit de ses assiduités une des nièces, qui parvient à s’esquiver. Keene s’apprête à prendre le relais quand survient Mrs Sedley qui essaie de le convaincre que Peter Grimes est un assassin. Mais le pharmacien la plante là et pénètre dans le pub. La veuve reste tapie dans l’obscurité pendant que passent des villageois. Soudain elle aperçoit Ellen et Balsrode qui remontent de la plage. Le capitaine explique à la jeune femme que si le bateau de Peter Grimes est bien là, le pêcheur, semble, lui, avoir disparu. Balstrode montre alors le tricot qu’il a trouvé, rejeté par la marée, et Ellen, bouleversée, reconnaît celui qu’elle avait tricoté pour le petit John. Ils décident tous deux de s’employer à soulager la détresse morale de Peter Grimes. Mrs Sedley, qui a tout entendu, se précipite alors pour prévenir le juge Swallow. Celui-ci envoie Hobson à la recherche de Grimes. Hobson rentre dans le pub et, hélant tout le monde, ameute un groupe de pêcheurs, Boles en tête, pour lancer la chasse à l’homme.

Quelques heures plus tard. La lune est brouillée de nuages. On entend les cris de la poursuite. Mais Peter Grimes est là, seul dans la nuit, l’esprit comme égaré. Il évoque son enfance, ses obsessions, ses rêves, et la tragédie de sa solitude. Elle et Balstrode s’approchent doucement mais Peter ne semble pas les reconnaître. Balstrode conseille alors à Peter Grimes de prendre la mer avec son bateau, et de le couler. Lentement ils font glisser le bateau jusqu’au rivage, puis Balstrode revient seul et emmène Ellen, effondrée.

La nuit s’efface peu à peu, l’aube redessine les contours du Bourg. L’animation matinale envahit doucement la rue, les volets s’ouvrent, on s’étire et on se salue. Le village s’éveille. Swallow arrive alors et annonce qu’un bateau coule au large, mais chacun semble s’en désintéresser. Tantine s’avance sur son seuil : « Encore une de ces rumeurs » dit-elle.  Les nièces sortent et se mettent à faire les cuivres du pub.

© L'Avant-Scène Opéra

Ouvrage de référence : 

L’Avant-Scène Opéra : Peter Grimes de Britten
n°31 – ISBN : 2-84385-021-5

L’Avant-Scène Opéra n°31 : Peter Grimes de Britten
L’Avant-Scène Opéra n°31 : Peter Grimes de Britten

Programmation musicale :

Benjamin Britten, 

Suite pour violoncelle n°1 en sol Majeur op 72 :
Lamento. Lento rubato 

Mstislav Rostropovitch : Violoncelle
DECCA 478 3577 

Johannes Brahms, 

Liebeslieder op 52 :
1. Rede Mädchen allzu liebes (Dis-moi, fillette, mignonne,)
2. Am Gesteine rauscht die Flut (Sur les rochers gronde le flot)
3. O die Frauen (Oh les femmes)
4. Wie des Abends schöne Röte (Comme les rougeoiements du couchant)
5. Die grüne Hopfenranke (La verte vrille du houblon)
6. Ein kleiner hübscher Vogel (Un oiselet charmant)
7. Wohl schön bewandt (J’ai goûté autrefois)
8. Wenn so lind dein Auge mir (Lorsque ton oeil si doucement)
9. Am Donaustrande (Sur les rives du Danube)

Heather Harper : Soprano
Dame Janet Baker : Mezzo-soprano
Peter Pears : Ténor
Thomas Hemsley : Baryton
Benjamin Britten, Claudio Arrau, pianos
BBC MUSIC BBCB 8001-2 

La WebRadio Opéra de France Musique

L'équipe de l'émission :