Samedi à l'opéra
Concerts
Samedi 5 juin 2021
2h 58mn

La Chauve-souris de Johann Strauss à l’Opéra de Rennes

Le Dr Falke se venge de son ami Eisenstein qui, lors du dernier carnaval l’a abandonné dans la rue au matin, déguisé en chauve-souris. Le metteur en scène Jean Lacornerie révèle avec esprit la profondeur dans la légèreté de cette opérette où la direction musicale de Claude Schnitzler fait merveille.

La Chauve-souris de Johann Strauss à l’Opéra de Rennes
Strauss, La Chauve-souris – dir. Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Horst Lamnek ( Frank), Veronika Seghers (Ida), Stephan Genz (Gabriel Von Eisenstein), Eleonore Marguerre (Rosalinde), © Photo by Laurent Guizard / Opéra de Rennes 2021

Johann Strauss – Karl Haffner et Richard Genée / d’après Meilhac et Halévy, 

Die Fledermaus (La Chauve-souris) 

Opérette en trois actes créée le 5 avril 1874 au Theater an der Wien de Vienne. 

Opérette donnée sans public, enregistrée par France Musique le 12 mai 2021 à l’Opéra de Rennes. Nouvelle production. Coproduction Opéra de Rennes, Angers Nantes Opéra, Opéra de Toulon et Opéra Grand Avignon

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La vidéo

Disponible jusqu'au 9 juillet 2021

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Distribution : 

Claude Schnitzler : Direction musicale 

Stephan Genz : Gabriel von Eisenstein, Baryton
Eleonore Marguerre : Rosalinde, sa femme, Soprano
Claire de Sévigné : Adèle, femme de chambre, Soprano
Veronika Seghers : Ida, sa sœur, Soprano
Milos Bulajic : Alfred, maître de chant, Ténor  
Thomas Tatzl : Dr Falke, ami d’Eisenstein, notaire, Baryton-basse
François Piolino : Dr Blind, avocat d’Eisentein, Ténor
Horst Lamnek : Frank, gouverneur de la prison, Baryton-basse
Stéphanie Houtzeel : Prince Orlofsky, Mezzo-soprano
Anne Girouard : Frosch, le geôlier – La Narratrice, Comédienne 

Chœur de Chambre Mélisme(s)
Gildas Pungier :  Chef de chœur
Orchestre National de Bretagne – Grant Llewellyn directeur musical 

Jean Lacornerie : Mise en scène 

Bruno de Lavenère : Scénographie, costumes
Kevin Briard : Lumières
Raphaël Cottin : Chorégraphie
Katja Krüger : Dramaturgie

On pourra voir cette production de La Chauve-souris sur grand écran mercredi 9 juin à 20h à Rennes, Nantes, Angers, et dans plusieurs communes de Bretagne et des Pays de la Loire (gratuit).
Elle sera aussi diffusée par 8 télévisions locales et les sites internet de France 3 Bretagne et France 3 Pays de la Loire.
Liste des villes et chaînes de télévision, réservations Opéra de Rennes
Renseignements Angers Nantes Opéra, sans réservations

Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Claire de Sévigné (Adèle), Eleonore Marguerre (Rosalinde), François Piolino (Dr Blind)
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Claire de Sévigné (Adèle), Eleonore Marguerre (Rosalinde), François Piolino (Dr Blind), © Photo by Laurent Guizard / Opéra de Rennes 2021
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Veronika Seghers (Ida), Claire de Sévigné (Adèle)
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Veronika Seghers (Ida), Claire de Sévigné (Adèle), © Photo by Laurent Guizard / Opéra de Rennes 2021
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Milos Bulajic (Alfred), Anne Girouard (La Narratrice), Stephanie Houtzeel (Prince Orlofsky)
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Milos Bulajic (Alfred), Anne Girouard (La Narratrice), Stephanie Houtzeel (Prince Orlofsky), © Photo by Laurent Guizard / Opéra de Rennes 2021
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Claire de Sévigné (Adèle), le Chœur de Chambre Mélisme(s)
Johann Strauss, La Chauve-souris – direction musicale Claude Schnitzler, mise en scène Jean Lacornerie : Claire de Sévigné (Adèle), le Chœur de Chambre Mélisme(s), © Photo by Laurent Guizard / Opéra de Rennes 2021

Argument : 

Par Jean Lacornerie 

L'action se passe à Vienne, à la fin du XIXe siècle. 

Acte I. Le serment de Rosalinde. Rosalinde est tombée amoureuse d’Alfred, un ténor sans le sou à qui elle a fait la folie de promettre le mariage. À condition qu’il gagne un peu d’argent. Dans l’espoir de la retrouver vite, il est parti chercher fortune à SaintPétersbourg. Entre temps, Rosalinde, ramenée à la raison par son père, a épousé Gabriel Von Eisenstein, un homme colérique mais doté d’une très bonne santé financière. Notre histoire commence le jour où Alfred de retour à Vienne vient retrouver Rosalinde pour lui demander d’honorer sa promesse. Coïncidence, c’est aussi le jour où Eisenstein, qui a été condamné pour insulte à agent, doit se rendre à la prison pour purger une peine de quelques jours.

Eisenstein de son côté, comme tout bon mari est un peu volage avec un penchant très marqué pour les petits rats de l’opéra. Ce penchant, Falke, son meilleur ami, le connaît bien. Ils ont beaucoup fait la fête ensemble et ils adorent se faire mutuellement des farces. Parfois scabreuses. Justement Falke a décidé de prendre une revanche. Il invite Eisenstein à le rejoindre dans une somptueuse fête que donne un prince russe excentrique. Il y aura des dames, Eisenstein ne résiste pas. Pourquoi ne pas faire un petit détour avant de se rendre en prison ? Rosalinde se retrouve seule et elle peut recevoir Alfred. Mais voilà que se présente Frank, le nouveau directeur de la prison qui se targue d’arrêter en personne les prisonniers prestigieux. Puisqu’il trouve Alfred dans la place, il le prend pour le mari et il l’embarque.

Acte II. Le cauchemar d’Eisenstein. L’invitation de Falke est un piège qui va se resserrer progressivement sur Eisenstein avec la complicité du prince Orlofsky. Parmi les hôtes de la fête, Ils ont invité Adèle qu’Eisenstein reconnaît aussitôt comme sa propre femme de chambre. Première erreur, tout le monde se moque de lui. Comment une femme de chambre pourrait-elle se trouver dans un cercle aussi choisi ? Ils ont invité le directeur de la prison venu s’encanailler en se faisant passer pour un aristocrate français. Eisenstein qui a eu la même idée tombe en amitié avec lui. Rosalinde elle-même est aussi invitée, déguisée en comtesse hongroise. Sans la reconnaître, Eisenstein ressent une attirance violente pour elle et tente de la séduire brutalement en lui promettant sa montre. Cette montre est une sorte de talisman qui lui sert à faire tomber ses conquêtes. Mais cette fois la belle lui échappe. Les brumes de l’alcool se font de plus en plus épaisses et à 6h du matin, c’est dans un sale état qu’il quitte le palais pour se rendre en prison.

Acte III. Le prix à payer. Frank, lui aussi est rentré prendre son poste dans un sale état. Il a bien du mal à comprendre le rapport que lui fait son geôlier : la nuit a aussi été agitée dans la prison. Alfred qu’on prend toujours pour Eisenstein demande un avocat à corps et à cri. Frank voudrait pouvoir dormir mais toute une série de visiteurs se présentent. À commencer par Eisenstein qui vient purger sa peine. Mais Eisenstein, est-ce qu’il ne l’a pas déjà arrêté la veille ? Puis c’est Rosalinde, venue intervenir en faveur d’Alfred. Et finalement Falke suivi d’Orlofsky et de tous ses invités. Il dénoue enfin les fils de l’intrigue, tout cela n’était qu’une farce, une pièce de théâtre où chacun jouait un rôle. Reste quand même pour Eisenstein à se faire pardonner de l’épisode de la montre.

© Opéra de Rennes, Angers Nantes Opéra, Opéra de Toulon et Opéra Grand Avignon 

Ouvrage de référence : 

L’Avant-Scène Opéra : La Chauve-souris de Johann Strauss
n°49 – ISBN : 2-84385-036-3 

L’Avant-Scène Opéra n°49 : La Chauve-souris de J. Strauss
L’Avant-Scène Opéra n°49 : La Chauve-souris de J. Strauss

Programmation musicale :

Gabriel Fauré,

Valse caprice n°3 en sol bémol Majeur op 59

Aldo Ciccolini : Piano
LA DOLCE VOLTA LDV 13

Chansons enfantines :

Anonyme probablement 16ème siècle / arr Toni Martl – Hoffmann von Fallersleben,

Alle Vögel sind schon da (Tous les oiseaux sont déjà là)

Heinrich Isaac (vers 1490) / arr Toni Martl et Rudi Knabl – anonyme (vers 1840),

Die Blümelein, sie schlafen (Les petites fleurs, elles dorment)

Carl Friedrich Zelter (1810) / arr Toni Martl – Hoffmann von Fallersleben (1835),

Der Kuckuck und der Esel (Le coucou et l’âne)

Lucia Popp : Soprano
Ensemble Instrumental
Reinhard Seifried : Direction
ORFEO C 078-831 B

Déodat de Séverac,

En vacances Livre I :
Valse romantique

Aldo Ciccolini : Piano
LA DOLCE VOLTA LDV 13

Richard Strauss – Hermann Hesse,

Vier letzte Lieder (4 derniers Lieder) :
- Frühling (Printemps). Allegretto
- September (Septembre). Andante
- Beim Schlafengehen (L’Heure du sommeil). Andante

Richard Strauss – Joseph von Eichendorff,

Vier letzte Lieder (4 derniers Lieder) :
- Im Abendrot (Au soleil couchant). Andante

Lucia Popp : Soprano
Orchestre Symphonique de Londres
Michael Tilson Thomas : Direction
SONY CLASSICAL SK 48242

L'équipe de l'émission :