Samedi à l'opéra
Concerts
Samedi 1 mai 2021
4h 13mn

Jonas Kaufmann, Elīna Garanča et Ludovic Tézier réunis dans Parsifal

Ce soir : Parsifal de Richard Wagner donné à l’Opéra de Vienne le 11 avril dernier dans une nouvelle vision qui situe l’action dans l’univers carcéral contemporain, une production réalisée à distance par le metteur en scène russe, Kirill Serebrennikov, toujours assigné à résidence dans son pays.

Jonas Kaufmann, Elīna Garanča et Ludovic Tézier réunis dans Parsifal
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Jonas Kaufmann (Parsifal), Ludovic Tézier (Amfortas), © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Poehn

Richard Wagner – Wagner / d’après Wolfram von Eschenbach notamment, inspiré de Chrétien de Troyes

Parsifal

Festival scénique sacré en trois actes créé le 26 juillet 1882 au Festspielhaus de Bayreuth

Opéra offert dans le cadre des échanges avec l'Union Européenne de Radio et Télévision, enregistré le 11 avril 2021 à l’Opéra d’Etat de Vienne. Nouvelle production.

Distribution :

Philippe Jordan : Direction musicale
Kirill Serebrennikov : Mise en scène, scénographie, décors et costumes

Ludovic Tézier : Amfortas, prêtre-roi du Graal, Baryton
Stefan Cerny : Titurel, ancien roi, père d’Amfortas, Basse
Georg Zeppenfeld : Gurnemanz, doyen des Chevaliers du Graal, Basse
Jonas Kaufmann : Parsifal, jeune homme innocent, Ténor
Wolfgang Koch : Klingsor, Chevalier renégat et magicien, Basse
Elīna Garanča : Kundry, servante, Mezzo-soprano
Nikolay Sidorenko : Le Parsifal de jadis, Comédien (rôle muet)
Carlos Osuna : 1er Chevalier du Graal, Ténor
Erik Van Heyningen : 2ème Chevalier du Graal, Baryton-basse
4 Ecuyers :
Patricia Nolz, Stephanie Maitland, Mezzo-sopranos
Daniel Jenz, Angelo Pollak, Ténors
6 Filles-fleurs :
Ileana Tonca, Anna Nekhames, Aurora Marthens, Sopranos
Slávka Zámečníková, Joanna Kędzior, Isabel Signoret, Sopranos
Chevaliers du Graal, Ténors et Basses
Cascadeurs de la Stunt-Factory

Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne
Chœur de l’Opéra d’Etat de Vienne
Thomas Lang : Préparation des Chœurs
Orchestre de Scène de l’Opéra d’Etat de Vienne
Markus Henn : Direction musique de scène

Franck Evin : Lumière
Evgeny Kulagin : collaboration à la Mise en scène
Olga Pavluk : collaboration à la Scénographie
Tatiana Dolmatovskaya : collaboration aux Costumes
Daniil Orlov : Assistant musical de Kirill Serebrennikov
Ran Braun : Chorégraphie des cascades
Aleksei Fokin, Yurii Karih : Photo et Vidéodesign
Sergio Morabito : Dramaturgie

La vidéo Arte.tv :

Représentation sans public enregistrée le 18 avril 2021,
disponible jusqu’au 17 juillet 2021.

Argument :

Par Christian Merlin

Acte I. Au lever du jour, dans une clairière située près de la forteresse du Graal, Montsalvat. C’est bientôt l’heure du bain du roi Amfortas, atteint d’une blessure qui ne se referme pas. Son vieil écuyer Gurnemanz attend en vain celui qui le guérira, et qu’un oracle désigne comme un « naïf pur ». Une sauvageonne farouche, Kundry, apporte un baume qu’elle est allée chercher en Arabie, mais dont on sait bien que l’effet sera de courte durée. C’est que la plaie est profonde, comme le raconte Gurnemanz : elle fut occasionnée par la lance sacrée dérobée à Amfortas par le magicien Klingsor. Soudain, c’est l’agitation : les chevaliers viennent de ceinturer un jeune chasseur inconnu qui a commis le sacrilège de tuer un cygne, dans une enceinte où toute vies est sacrée. L’adolescent ignore ses propres origines – c’est Kundry qui doit lui apprendre la mort de sa mère. Espérant qu’il a enfin trouvé le sauveur, Gurnemanz autorise le simple d’esprit à assister à la cérémonie du Graal. La forêt se transforme en temple et le vieux roi Titurel, u pied dans la tombe, ordonne à son fils et successeur Amfortas de dévoiler le Graal qui assure la survie de la communauté. Amfortas s’acquitte de son office dans d’horribles souffrances, les chevaliers repartent rassasiés, mais Parsifal semble n’avoir rien compris à ce qu’il a vu : Gurnemanz le chasse, déçu de s’être trompé sur son compte.

Acte II. Kundry, qui avait quitté la scène à l’acte I, en proie à un sommeil surnaturel, est réveillée par le magicien Klingsor, qui règne sur un jardin enchanté, de l’autre côté de la montagne. Ancien chevalier déchu, Klingsor a juré la perte du domaine du Graal. Il tient sous sa coupe de séduisantes Filles-fleurs qui ont détourné maints chevaliers, et par-dessus tout l’irrésistible Kundry, celle-la même qui avait envoûté Amfortas. Arrive le jeune chasseur naïf du premier acte, que Kundry appelle par son nom : Parsifal. Elle cherche à le charmer, mais Parsifal lui résiste : le baiser de Kundry le rend clairvoyant. Parsifal comprend la douleur d’Amfortas, prend conscience de sa mission, vainc Klingsor et détruit le jardin enchanté en s’emparant de la lance sacrée.

Acte III. Après une errance interminable et des épreuves qui l’ont vieilli, Parsifal revient au domaine du Graal le jour du Vendredi saint. Il trouve une Kundry soumise et prostrée, aspirant à se libérer de la malédiction qui pesait sur elle depuis que, dans une autre vie, elle avait ri sur le passage du Christ. Gurnemanz reconnaît le chasseur du premier acte et, identifiant la lance, comprend qu’il s’agissait finalement bien du sauveur annoncé par l’oracle. Entretemps, Titurel est mort, Amfortas refuse de célébrer, les chevaliers dépérissent. Mais Parsifal guérit la blessure d’Amfortas avec l’arme même qui l’avait provoquée, et se place à la tête de la communauté du Graal en décrétant que la coupe d’abondance luira désormais en permanence.

Argument reproduit avec l’aimable autorisation de L'Avant-Scène Opéra

Dans la mise en scène de Kirill Serebrennikov, Parsifal se souvient de sa jeunesse qu’il revit, un temps où il était un détenu sans nom à Monsalvat, centre de détention pour criminels. Le prisonnier Amfortas en rébellion constante contre les conditions inhumaines de la prison, jouit d'un grand respect parmi les détenus, en raison de sa position sans compromis. Gurnemanz est l'éminence grise de la confrérie des prisonniers. Kundry est une journaliste qui travaille dans les services éditoriaux d'un magazine publié par Klingsor. Elle a une autorisation spéciale pour photographier au sein du centre de détention, et sert d'intermédiaire pour les détenus, échangeant des biens et des nouvelles du monde extérieur. De nombreuses années se sont écoulées. Parsifal revient sur les lieux de sa jeunesse La prison a été déclassée, mais beaucoup d’anciens détenus travaillent et vivent toujours dans ses murs. Parsifal montre le chemin de la liberté.

Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Elīna Garanča (Kundry)
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Elīna Garanča (Kundry), © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Poehn
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Georg Zeppenfeld (Gurnemanz)
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Georg Zeppenfeld (Gurnemanz), © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Poehn
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Elīna Garanča (Kundry), Wolfgang Koch (Klingsor)
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Elīna Garanča (Kundry), Wolfgang Koch (Klingsor), © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Poehn
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Ludovic Tézier (Amfortas) et le Chœur de l’Opéra d’Etat de Vienne
Wagner, Parsifal – direction musicale Philippe Jordan, mise en scène Kirill Serebrennikov : Ludovic Tézier (Amfortas) et le Chœur de l’Opéra d’Etat de Vienne, © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Poehn

Ouvrage de référence :

L’Avant-Scène Opéra : Parsifal de Richard Wagner
n°213 - ISBN : 2-84385-184-x

L’Avant-Scène Opéra n°213 : Parsifal de Wagner
L’Avant-Scène Opéra n°213 : Parsifal de Wagner
L'équipe de l'émission :