Samedi à l'opéra
Concerts
Samedi 24 avril 2021
2h 58mn

Connesson : Les Bains macabres au Théâtre Impérial de Compiègne

Des fantômes s’invitent dans le monde des vivants aux Bains Terminus, établissement thermal où travaille Célia qui est amoureuse de Mathéo, un trépassé. Un opéra-comique original signé Guillaume Connesson sur un livret d’Olivier Bleys. Écoutez sa création dirigée par Arie van Beek le 24 janvier 2020

Connesson : Les Bains macabres au Théâtre Impérial de Compiègne
Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, direction musicale Arie van Beek, mise en scène Florent Siaud, création le 24 janvier 2020 : Sandrine Buendia (Célia) et Romain Dayez (Mathéo), © Photo by Nicolas Descôteaux / Théâtre Impérial de Compiègne janvier 2020

Guillaume Connesson – Olivier Bleys,

Les Bains macabres

Opéra-comique en quatre actes (2019) – Création mondiale le 24 janvier 2020 au Théâtre Impérial de Compiègne.
Musique de Guillaume Connesson – Livret d’Olivier Bleys
© Editions Gérard Billaudot.

Opéra enregistré par France Musique le 24 janvier 2020. Commande et production du Théâtre Impérial et des Frivolités Parisiennes.
En coproduction avec les trois Scènes de la Communauté d’agglomération de Saint-Dizier, Der et Blaize.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Distribution :

Arie van Beek : Direction musicale
Joël Suhubiette : Chef des Chœurs
Nicolas Chesneau : Chef de chant

Sandrine Buendia : Célia Verdier, Employée aux Bains Terminus, Soprano
Fabien Hyon : Nestor Gobineau, Directeur des Bains Terminus, Ténor
Romain Dayez : Mathéo, un spectre, le fiancé de Célia, Baryton
Anna Destraël : Miranda Joule, Commandante de Police, Mezzo-soprano
Geoffroy Buffière : Prosper Lampon, Basse
Nicolas Certenais, Aristide Nubret, spectre, Basse
Jérémie Brocard : Curiste, Spectre, Basse
Benjamin Mayenobe : Curiste, Spectre, Baryton
Benoît-Joseph Meier : Curiste, Spectre, Ténor

Chœur de chambre Les Éléments
Les Frivolités Parisiennes –
Orchestre du Théâtre Impérial de Compiègne

Florent Siaud : Mise en scène
Jane Piot : Assistante à la mise en scène

Philippe Miesch : Scénographie et costumes
Nicolas Descôteaux : Lumières
Thomas Israël : Design vidéo

Argument :

Acte I. De nos jours. Célia Verdier est employée aux Bains Terminus, un établissement thermal sur le front de mer. L’opéra s’ouvre sur une conversation de Célia avec trois curistes âgés. Les clients la pressent de questions sur son mystérieux fiancé, dont personne n’a jamais vu le visage. Ils évoquent Aristide Nubret, un curiste décédé voici peu d’une crise cardiaque, un homme généreux qui voulait du bien à la jeune baigneuse. Celui-ci lui avait offert de l’argent pour payer ses noces auxquelles sa disparition l’empêchera hélas d’assister. « Invitez-le quand même ! », l’enjoignent les curistes. Célia se laisse gagner à cette étrange idée : convier un fantôme à son mariage.

Entrée de Nestor Gobineau, le directeur des Bains Terminus. Il est épris de Célia et lui fait une déclaration fiévreuse. Alors qu’il cherche à l’embrasser, surviennent Miranda Joule, commandante de la Police des Bains et des Thermes, et son acolyte le brigadier Prosper Lampon. Ils enquêtent sur la mort suspecte d’Aristide, et de plusieurs autres curistes avant lui. Quel tragique secret abritent les Bains Terminus ?

Acte II. Pendant que Nestor s’entretient avec la police, Célia regagne son logement au-dessus des thermes. Comme chaque soir, elle allume son ordinateur et se connecte à un service de messagerie pour dialoguer avec son fiancé, Mathéo. À travers leur échange, on comprend que Mathéo, ancien curiste, figure parmi ceux qui ont perdu la vie aux Bains. Il visite sa fiancée depuis l’au-delà. Désormais, seule la messagerie informatique permet aux jeunes gens d’être en présence. Mathéo suggère à Célia de mettre fin à ses jours pour qu’ils soient de nouveau réunis. On frappe à la porte de Célia. La police la soupçonne d’avoir joué un rôle dans la disparition des curistes. Elle est emmenée, menottes aux poignets.

Sur scène se matérialise un autre monde, le séjour des curistes trépassés. Aristide, à leur tête, tâche de consoler Mathéo qui supporte mal d’être séparé de sa fiancée. Le vieux curiste lui apprend qu’il existe un moyen de la rejoindre, et de partager quelques heures avec elle parmi les vivants. Mathéo doit s’immerger dans une baignoire, et s’y noyer de plein gré. Le jeune homme s’exécute.

Acte III. Mathéo reprend ses esprits sur le sable, au pied des Bains Terminus. Des curistes qui prennent le soleil l’informent que Célia a été conduite au poste de police. Mathéo s’achemine vers les anciens blockhaus en béton qui abritent le commissariat, au bout de la plage. Nestor et Célia y sont gardés à vue dans une petite cellule. Dans le bureau voisin, la commandante Miranda et le brigadier Prosper parlent de l’enquête, qui n’avance pas. Une idée vient alors à Miranda : citer les morts à comparaître. Quel meilleur moyen d’apprendre les circonstances de leur disparition ? Un médium est requis pour évoquer ces fantômes. Surgit alors Mathéo, entré on ne sait comment. Habilement, le jeune homme se fait passer pour médium, et s’offre à s’entremettre avec les curistes trépassés. Il pose deux conditions : que la séance spirite se déroule aux Bains Terminus et que les suspects des meurtres, Nestor et surtout Célia, puissent y assister.

Acte IV. Sur les instructions de Mathéo, les Bains sont préparés pour la séance d’évocation. Le jeune curiste s’installe au centre d’un pentacle tracé à la craie en compagnie de Célia, dont il a exigé la présence à ses côtés. Retrouvailles émues des deux jeunes gens. Récitant quelques formules, Mathéo parvient à attirer les spectres dans le monde d’en bas. L’un après l’autre, ils surgissent d’une baignoire. Leur chef, Aristide, se matérialise le dernier et vient occuper la cinquième branche du pentacle. Débute alors l’interrogatoire des trépassés, conduit par la police. Les curistes confient que Célia les a tués, pour les libérer d’une existence qui leur pesait.

Entre-temps, Mathéo découvre avec horreur que son corps de chair fuit en sable. Dans quelques instants, il sera de nouveau séparé de Célia qu’il vient de retrouver. Mais une arme qu’il a dans la poche scelle autrement la scène : sur l’injonction de son fiancé, Célia lui tire dessus, et fait feu contre elle-même. Les deux amants s’effondrent. Leur médium disparu, tous les spectres s’évanouissent à la même seconde. D’abord troublés par l’effacement des protagonistes de l’affaire, les policiers décident de poursuivre leur enquête dans l’au-delà. Ils s’ajustent mutuellement avec leurs pistolets, et tirent. Seul Nestor reste en scène. Esprit froid, le directeur entreprend de nettoyer la salle pour préparer la réouverture des Bains Terminus, dès le lendemain.

Argument reproduit avec l’aimable autorisation de la compagnie des Frivolités Parisiennes / Théâtre Impérial de Compiègne

Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, dir. Arie van Beek, m. en scène Florent Siaud : Benoît-Joseph Meier, Benjamin Mayenobe, Jérémie Brocard (g/d, 3 Curistes) et Choeur Les Eléments
Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, dir. Arie van Beek, m. en scène Florent Siaud : Benoît-Joseph Meier, Benjamin Mayenobe, Jérémie Brocard (g/d, 3 Curistes) et Choeur Les Eléments, © Photo by Nicolas Descôteaux / Théâtre Impérial de Compiègne janvier 2020
Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, dir. Arie van Beek, m. en scène Florent Siaud : Benoît-Joseph Meier, Benjamin Mayenobe, Jérémie Brocard (g/d, 3 Curistes) et Choeur Les Eléments
Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, dir. Arie van Beek, m. en scène Florent Siaud : Benoît-Joseph Meier, Benjamin Mayenobe, Jérémie Brocard (g/d, 3 Curistes) et Choeur Les Eléments, © Photo by Nicolas Descôteaux / Théâtre Impérial de Compiègne janvier 2020
Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, dir. Arie van Beek, m. en sc. Florent Siaud : Fabien Hyon (Nestor), Anna Destraël (Miranda), Geoffroy Buffière (Prosper), Sandrine Buendia (Célia)
Connesson, Les Bains macabres – livret Olivier Bleys, dir. Arie van Beek, m. en sc. Florent Siaud : Fabien Hyon (Nestor), Anna Destraël (Miranda), Geoffroy Buffière (Prosper), Sandrine Buendia (Célia), © Photo by Nicolas Descôteaux / Théâtre Impérial de Compiègne janvier 2020
Connesson, Les Bains macabres – dir. Arie van Beek, m. en scène Florent Siaud : Les Eléments et Romain Dayez (Mathéo). Dans l’ombre : Sandrine Buendia, Anna Destraël, Geoffroy Buffière, Fabien Hyon
Connesson, Les Bains macabres – dir. Arie van Beek, m. en scène Florent Siaud : Les Eléments et Romain Dayez (Mathéo). Dans l’ombre : Sandrine Buendia, Anna Destraël, Geoffroy Buffière, Fabien Hyon, © Photo by Nicolas Descôteaux / Théâtre Impérial de Compiègne janvier 2020

Programmation musicale :

Guillaume Connesson,

Sextuor pour clarinette, hautbois, flûte, alto, contrebasse et piano :
1er mouvement. Dynamique

Paul Meyer : Clarinette
François Meyer : Hautbois
Mathieu Dufour : Flûte
Dominique Lobet : Alto
Dominique Desjardins : Contrebasse
Eric Le Sage : Piano
SONY CLASSICAL 190758187921

Bernard Herrmann,

Musique pour le film d’Alfred Hitchcock, La Mort  aux trousses

Orchestre Philharmonique de Londres
direction : Bernard Herrmann
DECCA 414 296-1

Nikolaï Rimski-Korsakov – Vladimir Bielski / d’après Alexandre Pouchkine,

Le Coq d’Or :
Fin de l’Acte I :
- « Le Tsar triste est dans les bains »
- « Kiriki ! Kirikoukou ! Prends garde à toi, reste vigilant »

Alexei Korolev : Le Tsar Dodon, Basse
Antonina Klestchiova : La gouvernante Amelfa, Contralto
Nina Polyakova : Le Coq d’Or, Soprano
Leonid Ktitorov : Le général Polkan, Basse
Grand Chœur de la Radio-Télévision d’URSS
Maria Bondar et Lyudmila Ermakova, cheffes des choeurs
Orchestre Symphonique de la Radio-Télévision d’URSS
direction : Alexei Kovalev et Evgeni Akoulov
MELODIYA MEL CD 1002331

Leoš Janáček – Janáček d’après Karel Čapek,

Věc Makropoulos (L’Affaire Makropoulos) :
Début de l’Acte I

Elisabeth Söderström : Emilia Marty, Soprano
Peter Dvorský : Albert Gregor, Ténor
Vladimir Krejčik : Vitek, Premier clerc, Ténor
Anna Czaková : Kristina (Krista), sa fille, Mezzo-soprano
Dalibor Jedlička : Kolenatý, Avocat, Baryton
Orchestre Philharmonique de Vienne
direction : Sir Charles Mackerras
DECCA 430 372-2

L’affaire Makropoulos - Argument (extrait) :

A 337 ans, Elina Makropoulos revient à Prague sous le nom d’Emilia Marty, après avoir parcouru le monde sous d’autres idéntités, Elian MacGregor, pour la précédente.

Au premier acte, qui se passe dans l’étude de l’avocat, Kolenatý retrace l’affaire Gregor-Prus, et Emilia Marty y ajoute ses commentaires sur les personnages impliqués et ses révélations au sujet du très important testament. Outre sa connaissance inexplicable des faits, la fascination qu’exerce Marty est également décrite dans une longue scène avec Gregor, et indirectement, au début de l’acte, lorsque Krista (Kristina), la fille de Vitek, le clerc de Kolenatý, rentre d’une répétition, enthousiasmée par le talent et la beauté de Marty.

Avec l'aimable autorisation des disques Decca.

L'équipe de l'émission :