Samedi à l'opéra
Concerts
Samedi 13 février 2021
2h 58mn

Anna Netrebko est Tosca à l’Opéra d’Etat de Vienne

Scènes de torture morale et physique, exécution à l’aube : Tosca de Puccini sur un livret d’Illica et Giacosa, est un véritable thriller musical. Anna Netrebko, la Prima Donna assoluta campe ce rôle pour la 1ère fois à Vienne. Yusif Eyvazov est Mario et Wolfgang Koch, le chef de la police, Scarpia.

Anna Netrebko est Tosca à l’Opéra d’Etat de Vienne
Scène de Tosca de Puccini : Anna Netrebko (Floria Tosca, cantatrice) et Yusif Eyvazov (Mario Cavaradossi, peintre) à l'Opéra d'Etat de Vienne, le 13 décembre 2020, © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Pöhn

Giacomo Puccini – Luigi Illica et Giuseppe Giacosa / d’après Victorien Sardou,

Tosca

Mélodrame en trois actes créé le 14 janvier 1900 au Teatro Costanzi de Rome.

Opéra offert dans le cadre des échanges avec l'Union Européenne de Radio et Télévision, enregistré le 13 décembre 2020 à l’Opéra d’Etat de Vienne.

Distribution :

Bertrand de Billy : direction musicale
Margarethe Wallmann (1904-1992) : mise en scène
Nicola Benois : décors et costumes

Anna Netrebko : Floria Tosca, célèbre cantatrice, Soprano
Yusif Eyvazov : Mario Cavaradossi, peintre, Ténor
Wolfgang Koch : Le baron Scarpia, chef de la police, Baryton
Evgeny Solodovnikov : Cesare Angelotti, prisonnier politique, Basse
Wolfgang Bankl : Le sacristain, Baryton
Andrea Giovannini : Spoletta, policier, Ténor
Attila Mokus : Sciarrone, gendarme, Basse
Mikhail Kazakov : Un geôlier, Basse
Maryam Tahon : Un berger (Enfant de l’Ecole d’Opéra)

Choeur de l'Opéra d'État de Vienne
Martin Schebesta : chef des chœurs
Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne
Orchestre de scène de l’Opéra d’Etat de Vienne
Markus Henn : direction de la musique de scène
Ecole d’Opéra de l’Opéra d’Etat de Vienne

Résumé :

Cesare Angelotti, ancien consul de la République romaine évadé du château Saint-Ange, s’est caché dans l’église Sant’Andrea della Valle. Arrive le peintre Mario Cavaradossi, républicain notoire. Il met la dernière touche à un tableau de Marie-Madeleine, un portrait pour lequel il s’est inspiré d’une inconnue qui vient prier, et qui n’est autre que la sœur d’Angelotti, la marquise Attavanti. Tandis qu’il compare sa beauté à celle de sa maîtresse, la cantatrice Floria Tosca, passe le sacristain qui grommelle contre ce voltairien. Dès qu’il est sorti, apparaît Angelotti que Mario reconnaît. Il doit retourner se cacher quand vient la Tosca, femme d’un naturel fort jaloux, d’autant qu’elle retrouve sous les traits de la Sainte, ceux de la marquise. De nouveau seul, Mario rejoint Angelotti, lui offre de le cacher dans sa maison de campagne où il l’accompagne. Survient dans l’église le chef de la police, le baron Scarpia à la recherche du prisonnier évadé. Déjà très soupçonneux, il trouve un éventail de la marquise Attavanti, tombé des effets qu’elle avait déposés pour son frère. Scarpia attise la jalousie de Tosca en le lui montrant, car elle est revenue voir Mario sans le trouver. Perdant toute prudence, elle court vers la maison de campagne. Mais elle est suivie. Le soir, la reine de Naples donne une fête au Palais Farnèse pour la soi-disant victoire sur Bonaparte à Marengo. Tosca a été invitée à s’y produire. Dans une pièce du palais, Scarpia a fini son repas et il interroge Mario que le policier Spoletta a arrêté, ne trouvant pas Angelotti. Comme il n’obtient pas ses aveux, il fait venir Tosca. Mario a juste le temps de lui recommander de ne rien dire avant d’être emmené à la question. Mais elle finit par parler, en entendant son cri terrible de souffrance sous la torture. Scarpia le fait revenir dans la pièce, et Mario comprend que Tosca a donné la cachette d’Angelotti. Il la maudit. Puis lance un cri de joie, car la nouvelle vient d’arriver, Bonaparte a triomphé à Marengo. Scarpia le fait emmener en lui promettant un châtiment exemplaire. Mais il n’en a pas fini : Il fait comprendre à Tosca qu’il pourra sauver son amant si elle cède à ses désirs. Tosca refuse, puis, comme Spoletta vient d’annoncer le suicide d’Angelotti, et que tout est prêt pour le supplice de Mario, elle accepte en échange de la libération immédiate de Mario et d’un sauf-conduit. Scarpia obtempère, il fera procéder à une exécution feinte. Alors, il se rue sur Tosca, mais elle a saisi un couteau sur la table et le poignarde. Le lendemain à l’aube dans le château Saint-Ange, Mario désespéré, se remémore les moments heureux avec Tosca. La voici justement. Elle lui dit qu’il aura la vie sauve, que la fusillade sera truquée et lui présente le sauf-conduit. A l’heure dite, il s’avance sans crainte face au peloton d’exécution. Mais Scarpia a menti, et les balles sont réelles. Mario ne se relève pas et Tosca, au comble du désespoir, se jette dans le vide.

Scène de Tosca de Giacomo Puccini : Anna Netrebko, soprano (Floria Tosca)
Scène de Tosca de Giacomo Puccini : Anna Netrebko, soprano (Floria Tosca), © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Pöhn
Scène de Tosca de Puccini : Wolfgang Koch, baryton (Le baron Scarpia, chef de la police) et Anna Netrebko, soprano (Floria Tosca, cantatrice)
Scène de Tosca de Puccini : Wolfgang Koch, baryton (Le baron Scarpia, chef de la police) et Anna Netrebko, soprano (Floria Tosca, cantatrice), © Wiener Staatsoper / Photo by Michael Pöhn

Ouvrage de référence :

La revue Avant-Scène Opéra consacrée à Tosca de Giacomo Puccini
(n°11 - ISBN : 978-2-84385-319-7)

Avant-Scène Opéra n°11 : Tosca de Puccini
Avant-Scène Opéra n°11 : Tosca de Puccini

Programmation musicale :

Giacomo Puccini,

Foglio d’album (Feuille d’album)

Tristan  Pfaff, piano
APARTE AP 107

Giacomo Puccini – Giuseppe Giacosa et Luigi Illica / d’après Henri Murger,

La Bohème :
fin du 3ème acte et 4ème acte

Mimi, se sachant condamnée par la phtisie, a quitté le poète Rodolfo. Emmenée par Musetta, elle revient dans la mansarde où il habite avec d’autres artistes bohèmes. Très affaiblie par la maladie, elle expire sous les yeux des amis qui ne peuvent pas la sauver.

« D'onde lieta uscì al tuo grido d'amore… Che ha detto il medico ? »
(« Là d’où heureuse elle est sortie, appelée par ton amour… Qu’a dit le médecin ? »)

Anna Netrebko, soprano (Mimi)
Nicole Cabell, soprano (Musetta)
Rolando Villazón, ténor (Rodolfo)
Boaz Daniel, baryton (Marcello)
Stéphane Degout, baryton (Schaunard)
Vitalij Kowaljow, basse (Colline)
Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise
direction : Bertrand de Billy
DEUTSCHE GRAMMOPHON 00289 477 6600

Gabriel Fauré – Armand Sylvestre,

4 Mélodies op 39 :
1. Aurore

Gabriel Fauré – Charles Grandmougin,

Poème d'un jour op 21 :
1. Rencontre
3.  Adieu

Gabriel Fauré – Armand Sylvestre,

3 Mélodies op 18 :
3. Automne

Stéphane Degout, baryton
Simon Lepper, piano
B RECORDS 259512

L'équipe de l'émission :