Reportage
Entretien
Samedi 12 septembre 2020
15 min

Singing Trees, un choeur d'arbres au milieu du jardin du Palais Royal

Des arbres qui chantent en plein Paris ? Dans le jardin du Palais Royal, le collectif Umbrellium, commissionné par le Louvre Abu Dhabi et le Théâtre du Châtelet, créé l’événement et propose une expérience artistique, sensorielle et citoyenne.

Singing Trees, un choeur d'arbres au milieu du jardin du Palais Royal
Singing Trees au Palais Royal , © Maxppp / Bruno Levesque / IP3 PRESS

A quelques mètres des colonnes de Buren, dans le jardin du Palais Royal à Paris, lorsque l’on s’approche des arbres, des voix résonnent de plus en plus fort. Et si l’on s’attend à apercevoir des chanteurs, on réalise peu à peu que ce sont, des arbres qui chantent. Commissionnée par le Théâtre du Châtelet, l’installation Singing Trees a été conçue par le collectif Umbrellum avec l’IRCAM. Son directeur Frank Madlener nous l’a présente : « L’idée qui est venue du Châtelet est partie d’un bon point, c’est un rêve : je rêve qu’un chœur d’arbre puisse exister et qu’ensuite une série d’artistes puissent écrire, composer, arranger des chansons pour ce chœur d’arbre. Donc il a fallu réfléchir à ce que signifie un chœur d’arbres. S’il est trop humain, ce sont des humains, s’il est trop robotique, c’est de la mécanique. Il a fallu trouver avec les outils de transformation vocale de l’IRCAM, une façon de transformer une voix, pour qu’elle s’approche de l’idée d’une voix d’arbre »

On peut ainsi entendre, la musique de Björk, Abd El Malik et une création de Pierre-Yves Macé. Le compositeur a travaillé en étroite collaboration avec l’IRCAM pour trouver quelles voix donner à ces arbres : « Il y a quelque chose de très organique, l’idée que c’est une voix très ancienne qui nous murmure à l’oreille. Ça se mélange aussi à des sons qui évoquent le froissement des feuilles donc il y a à la fois quelque chose de très doux, et en même temps assez puissant qui nous parle du fond des âges. Et puis cette multiplication des sources fait qu’on a l’impression qu’il y a toute une foret d’arbres qui nous parle et qui nous chante quelque chose. »

Le testament d'un arbre 

Les paroles de la chanson qui s’appelle Legs Logs sont signées Pierre Sanges et elles résonnent avec les enjeux écologiques de l’époque : « Le texte c’est le testament d’un arbre. C’est un arbre qui dit qu’il est temps pour lui de mourir, donc il écrit son testament, il lègue ses branches aux pauvres, sa sève.. Je dirais que c’est un texte qui a une certaine malice, un texte très spirituel qui fourmille de trouvailles et qui parle quand même de choses assez graves, notamment les incendies, les mégas feus. La destruction des arbres est un thème important de la chanson. » 

Les arbres sont équipés de capteur afin de pouvoir chanter en fonction de la qualité de l'air
Les arbres sont équipés de capteur afin de pouvoir chanter en fonction de la qualité de l'air, © Maxppp / Bruno Levesque / IP3 PRESS

Et c’est en passant par la technologie et l’interaction que l’installation Singing Trees sensibilise le public explique Frank Madlener : « Quand on s’approche de l’arbre on passe d’un chuchotement à une pleine voix, comme on peut passer de mezza voce à pleine voix. Et puis, quand la pollution augmente, ce qui peut arriver à Paris, il y a un capteur de pollution qui va transformer cette voix qui chante en toux. Les arbres toussent. Et quand le promeneur s’approche de l’arbre, l’entoure ou s’en approche, la toux se transforme en chant. C’est aussi, dans le rêve du Châtelet, pour que chacun prenne conscience du rapport entre nous, l’environnement, le climat. Donc une question vraiment actuelle »

L’actualité a également rattrapé d’une autre façon l’installation.  Initialement les visiteurs étaient invités à enlacer les arbres, pour les faire chanter à nouveau. Mais en raison de la crise sanitaire, un panneau les invite à seulement s’en rapprocher. 

Singing Trees, en accès libre au Jardin du Palais Royal jusqu'au 20 septembre