Reportage
Entretien
Vendredi 24 septembre 2021
3 min

A Paris, la Médiathèque musicale Mahler rouvre ses portes, et change de nom

Implantée dans le 8e arrondissement de la capitale depuis 1986, cette bibliothèque musicale, fondée par Henry-Louis de La Grange et Maurice Fleuret, portera désormais le nom de ces deux amoureux d’archives musicales, notamment consacrées à Gustav Mahler.

A Paris, la Médiathèque musicale Mahler rouvre ses portes, et change de nom
La Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, © Clément Buzalka

C’est toujours le majestueux buste de Gustav Mahler, sculpté par sa fille Anna, qui accueille les visiteurs dans le hall de l’hôtel particulier. Mais ici, dans le 8e arrondissement de Paris, nous ne sommes plus à la MMM, la Médiathèque musicale Mahler, mais à la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, du nom des deux figures fondatrices du lieu. Un espace désormais placé sous l’égide de la Fondation Royaumont. Bref, après plus de deux ans et demi de fermeture pour travaux et à cause de la pandémie, l’édifice s’est refait une beauté. Et si l’allure des pièces a beaucoup changé en quelques mois, cela correspond tout à fait au rêve des deux fondateurs, à en croire le directeur général de la Fondation Royaumont, Francis Maréchal. « Lorsque Henry-Louis de La Grange et Maurice Fleuret ont acheté cet hôtel particulier, raconte Francis Maréchal, c’était vraiment dans cette intention de pouvoir donner un accès privilégié aux chercheurs et aux musicologues à ces collections. L’idée que nous avons est d’ajouter une dimension de pratique. Il s’agit de provoquer une rencontre entre musicologues, praticiens, compositeurs, interprètes, musiciens et chanteurs, pour faire vivre ces partitions après les avoir étudiées. La rénovation que nous venons d’accomplir ouvrent des lieux dédiés à la pratique et à la médiation. »

Des collections uniques en Europe

Avec ses riches collections des 19e et 20e siècles, composées de dizaines de milliers d’ouvrages, de partitions, de disques et d’archives, le lieu reste donc avant tout une bibliothèque. Mais au sens patrimonial s’ajoute aujourd’hui une volonté de création et de réflexion sur les sources musicales, pour faire vivre et revivre cet héritage. Selon Thomas Vernet, responsable des bibliothèques Royaumont, cette « nouvelle formule » permet de se réinscrire dans le paysage musical parisien et national : « C’est une grande chance de pouvoir offrir à toutes les générations de musiciens, qu’ils soient étudiants ou confirmés, de pouvoir accéder à ce patrimoine. C’est ce qui fait de ce lieu sa particularité, et qui le distingue des autres lieux de diffusion de la musique. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Et malgré les nombreuses étagères, l’hôtel particulier n’a pas perdu de sa superbe. Au premier étage, une toute nouvelle salle de concert a même été aménagée. Une innovation qui aurait surpris Henry-Louis de la Grange lui-même. « Il y a peu de chance qu’il reconnaisse son premier étage, souffle Marine Saumier, responsable du rayonnement de la Bibliothèque musicale. Les particularités architecturales de cette salle étaient avant entièrement recouvertes par des livres. C’était en effet la salle de lecture de la Médiathèque Mahler. Maintenant cette salle a été dégagée de tous ses livres, qui ont été remontés dans les étages. Elle peut désormais accueillir un public de 70 personnes, est équipée d’un magnifique piano de concert de 1907, appartement à M. de La Grange. »

Ouverture au public prévue en octobre

Aménagé sur cinq niveaux, l’édifice, inauguré cette semaine, est bientôt prêt à recevoir son public. Le personnel du lieu s’attend d’ailleurs à accueillir un public élargi, comme nous le confie Marine Saumier : « Plus on monte dans les étages, plus on arrive dans les espaces exclusifs pour des chercheurs, pour des personnes très spécialisées, qui viendraient ici pour chercher des documents précis. En revanche, les premiers étages du bâtiment sont pensés pour accueillir le grand public et les artistes. » Ce qui est déjà chose faite, cette semaine, pour l’inauguration de la salle. Déjà plusieurs ensembles se sont produits dans les salons de l’hôtel La Grange-Fleuret. Magie de la rénovation et de l’isolation phonique, il est possible de lire et de travailler dans le calme dans la salle voisine, y compris durant les concerts.

L'équipe de l'émission :