Reportage
Entretien
Samedi 26 juin 2021
15 min

Salgado Amazônia, une exposition qui donne à voir et à entendre la forêt amazonienne

Jusqu’au 31 octobre, le Musée de la musique, Philharmonie de Paris présente l’exposition Salgado Amazônia. Une exposition aussi visuelle que sonore, puisqu’elle réunit les photographies du célèbre photographe franco-brésilien Sebastiao Salgado et une création musicale inédite de Jean-Michel Jarre.

Salgado Amazônia, une exposition qui donne à voir et à entendre la forêt amazonienne
Exposition Salgado Amazonia, © Gil Lefauconnier

Lorsque l’on entre, on est tout de suite hypnotisé. Les grandes photos en noir et blanc de Salgado s’élèvent face à nous, baignées dans la musique de Jean-Michel Jarre. Marie-Pauline Martin, directrice du Musée de la musique nous raconte la naissance de cette exposition : « L’histoire est née de la rencontre avec Salgado qui mûrissait son projet Amazonia sans connaitre vraiment le lieu de présentation premier en France. Donc on s’est rencontré, il est venu voir les lieux et tout de suite je pense qu’il a eu un déclic. Il a vu la beauté, l’efficacité des lieux mais aussi comment on pouvait lui donner une dimension musicale très forte. Je crois que c’est un terrain auquel il réfléchissait depuis un moment. »

Cette exposition rassemble des vues captées par le photographe pendant 7 ans au cœur de la forêt brésilienne, ainsi que des portraits, des instants de vie, de dix groupes autochtones. Pour sa dimension sonore, le musée a tout de suite pensé à Jean-Michel Jarre, engagé sur les questions écologiques. Il a ensuite composé une partition que nous présente la directrice : « Qui dit Jean-Michel Jarre dit musique électroacoustique, électronique. Dès le départ, sa position était de ne pas tomber dans la musique ethnique ou world. Il voulait partir des sons de la forêt et nous en tant que musée on a des partenariats avec le _Musée d’ethnographie de Genève_, qui possède une vingtaine d’heures d’écoute de sons collectés sur le terrain depuis les années 1950.  Jean-Michel Jarre y a trouvé la matière première à partir de laquelle faire cette nouvelle œuvre électronique ».

Un projet bioacoustique 

On entend dans cette musique des bruits de la nature mais aussi, et surtout, des bruits humains, des chants d’appel à la chasse, à la pêche, ou liés à des rituels. Le tout sur fond de synthétiseur. L’humain est au cœur de ce projet à deux voix qui s’inscrit parfaitement dans l’identité et l’action du musée, poursuit la directrice : « _L’idée d’activer la création en trouvant quelle partition sonore peut être écrite au temps présent, ça nous enthousiasme beaucoup. Puis l’autre aspect c’est que l'on est un musée et une Philharmonie très connecté à des enjeux sociétaux plus larges, parmi lesquels le devenir de la biodiversité et par extension d’un patrimoine sonore également menacé. Donc je dirais qu’_Amazônia c’est le premier pas marquant du musée de la Philharmonie dans ce que l’on peut appeler la bioacoustique et que l’on suivra par d’autres projets dans les années suivantes ».

Ce travail artistique et de réflexion du Musée et de la Philharmonie autour des patrimoines sonores menacés va notamment se poursuivre avec un projet de recherche sur les sons produits par les animaux, ajoute-t-elle : « En septembre 2022 on ouvre une grande exposition qui s’appellera sans doute "Animaux musiciens, La Symphonie du Vivant", et là l’idée c’est de partir des chants d’une soixantaine d’espèces remarquables et de questionner la manière dont ils ont façonné des poésies sonores et visuelles. C’est une exposition qui donnera à voir comment les artistes antiques mais aussi surtout contemporains se sont emparés de ce patrimoine sonore pour lui donner corps et son aujourd’hui ».

En attendant, deux grands weekend initialement programmés en avril et en mai, ont été reportés les 30 et 31 août pour accompagner l’exposition Salgado Amazônia, avec Aguas da Amazonia de Philip Glass, un programme Forêt d’Amazonie avec du Villa Lobos ou encore un concert de Caetano Veloso.

L'équipe de l'émission :