Reportage
Entretien
Mercredi 27 janvier 2021
3 min

Le pass culture : une mesure enthousiasmante, bientôt généralisée

Cette cagnotte - sous forme d’application - proposant 500 euros aux jeunes de 18 ans devrait être accessible sur l’ensemble du territoire dans quelques semaines. Un reportage de Marie Gicquel.

  Le pass culture : une mesure enthousiasmante, bientôt généralisée
La Librairie des Abesses à Paris, © AFP / Stephane de Sakutin

La plateforme aux 130 000 adhérents est simple d’utilisation. Après inscription, elle propose des offres selon la localisation, allant des DVD aux cours de photographie. Certains magasins de matériel de musique proposent même des instruments. Ce coup de pouce aux jeunes, les incitant à s’ouvrir au monde de la culture, est encore timide : seuls 14 départements en bénéficient. Mais d’ici quelques semaines, aucune date précise n’a été officiellement énoncée, ce pass devrait s’étendre à tout le pays. Et même si son montant devrait baisser de 200 euros, les premiers résultats montrent que les 500 euros ne sont pas entièrement dépensés, le pass est très attendu.

« On nous dit toujours que c’est important de se cultiver, mais quand on voit les prix des places de cinéma… Les places de concerts… Les livres aussi ne sont pas donnés. Souvent ça nous freine. Donc ce pass nous facilite l’accès à la culture et ça nous donne envie de tester des nouvelles choses, car même si on prend des risques, comme ce n’est pas notre argent, c’est pas grave. » C’est le bouche à oreille qui a conduit Mariam, étudiante en communication, à télécharger ce pass, encore peu connu du grand public, la faute à son accès restreint. « Il y a eu à la fois un manque d’information et un manque de clarté sur les conditions pour en être bénéficiaire » pense Mariam. Pourtant sur le site, il suffit de deux clics pour vérifier son éligibilité.

Un pass dès la classe de 4ème

Les débuts concluants et la généralisation du pass donnent à ses défenseurs des ailes : « Cela n’est pas encore en place, mais ce pass culture pour les 18 ans à 500 euros, devrait changer. On devrait doter les élèves d’un certain montant dès la classe de 4ème », avance le député du Bas-Rhin et président de la commission des affaires culturelles Bruno Studer. « Cet outil pourrait même être rechargé par les proches, au-delà des 18 ans. »

Un observatoire sur les goûts des jeunes

Chapeautée par le ministère de la culture, l’application se révèle être plus qu’un cadeau fait aux majeurs : elle permet aussi d’analyser leurs pratiques culturelles. « Ce n’est pas acceptable de se dire que toutes les données de nos jeunes sont aspirées par des grands groupes », rappelle Bruno Studer. L’application pourrait même prendre la forme d’un réseau social made in France, où nos jeunes pourront échanger sur des sujets culturels.

Enfin, tout cet argent destiné au secteur culturel sinistré actuellement semble aussi plus que bienvenu.

L'équipe de l'émission :