Reportage
Entretien
Mercredi 22 décembre 2021
3 min

La petite musique d’un roman

Pour accompagner la lecture de leur roman, de plus en plus d’écrivains proposent une playlist. Cette tendance s’est développée notamment avec l’apparition des plateformes de musique à la demande. Reportage d'Hélène Roger.

La petite musique d’un roman
Pour accompagner la lecture de leur roman, de plus en plus d’écrivains proposent une playlist., © Getty / Iordache Laurentiu / EyeEm

Nirvana pour les romans nineties de Nicolas Mathieu, BO de films signées Gabriel Yared ou Nicholas Britell pour les polars de Sophie Loubière, de la musique transcendantale pour les pages de science-fiction d’Alain Damasio… 

Cette brillante et nouvelle manie habite de plus en plus les écrivains, notamment grâce à la diffusion de plateforme de musique à la demande : « Avant, je publiais mes playlists sur des blogs, mais désormais j’utilise Spotify qui est un outil formidable », confie Sophie Loubière. L’écrivaine mélomane est très attachée à ses playlists, qu’elle établit selon le thème de ses chapitres, mais aussi leur durée « Mes chapitres sont très courts, j’ai toujours écrit court sous forme de séquence, donc je propose des partitions musicales courtes qui sont associées à la durée de chapitres, là pour mon dernier roman De cendres et de larmes, le début de la playlist Intermission card deDimitri Tiomkinest un morceau de 20 secondes, équivalant à la durée de la lecture du titre sur la couverture.» 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cette habitude de lier musique et littérature n’a jamais quitté l’autrice qui petite écrivait des poèmes en écoutant la radio Fip, qui diffusait du Jazz et de la musique de films.

Une ambiance cinématographique

Lui écrit dans le silence, mais Nicolas Mathieu aime convoquer certains titres pour faire renaitre chez ses lecteurs des sentiments. Dans son roman, Leurs enfants après eux, prix Goncourt 2018, chaque partie s’ouvre par un titre de chanson : Nirvana, Benjamin Biolay, Michel Legrand… Ces « petites madeleines » comme il les appelle «  convient toute une mémoire de la sensibilité qui me permettait de planter un décor, chaque chanson disait aussi ce qu’il allait se passer dans le chapitre et j’aime m’intéresser à ces objets de la culture populaire, pour voir comment cela affecte les gens, pour voir comment ces titres suscitent de grands sentiments et sont rattachés à des souvenirs d’une grande profondeur, même si ce n’est pas du Bach… ». Le prochain roman de Nicolas Mathieu Connemara continue d’ailleurs d’explorer ces réminiscences, avec une seule chanson en guise de playlist « Les lacs du Connemara » de Michel Sardou.

Asphalte, la maison d’édition musicale

Une maison d’édition indépendante, Asphalte, demande justement à ses auteurs de publier, en guise de 4ème de couverture, une playlist : « On le conçoit comme un second point d’entrée, c’est un reflet de l’univers musical et littéraire de l’auteur » explique Estelle Durand, co-fondatrice de cette maison, créée en 2010. Et ça marche « c’est toujours bien reçu, on a parfois des lecteurs qui choisissent le roman sur la foi de la playlist, ils sont attirés par certains artistes ». 

L'équipe de l'émission :