Reportage
Entretien
Mercredi 8 septembre 2021
3 min

La rentrée des chorales amateur : enfin la fin d'un long silence?

Les pratiques amateur font aussi leur rentrée. Parmi les plus impactées par la crise, les chorales amateur, quasiment à l’arrêt depuis mars 2020 jusqu’en juin 2021. Comment ont-elles surmonté cette période ? Pourront-elles enfin reprendre et sous quelles conditions ? Reportage par Suzana Kubik.

La rentrée des chorales amateur : enfin la fin d'un long silence?
La chorale L'Ut en choeur lors des célébrations du 150e anniversaire de la Commune en juin dernier, © facebook

Ce premier dimanche de septembre marque les retrouvailles tant attendues pour les membres de la chorale l’Ut en chœur. Pour les choristes réunis autour des chants engagés qui «chantent pour les idées», il n’était pas question de battre en retraite pendant la crise sanitaire. 

«On est pratiquement tous des militants politiques, syndicaux ou associatifs, explique Martine Chauvet, secrétaire de l'association et une des fondatrices de la chorale. Et on a envie de traduire tout ça à travers le chant  choral, avec cette fraternité que représente un chœur. Il y a des camarades qui ont eu des soucis familiaux, personnels. On sait qu'il y a un tas de gens qui ont été en dépression, qui n'allaient pas bien moralement. Et je pense qu'on a eu aussi des camarades qui se sont trouvés dans cette situation-là et que le fait de ne plus pouvoir venir chanter, ça n'a pas aidé. Mais les liens n'ont pas été rompu », raconte-t-elle. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

« On a continué quand même tous les mardis soir en zoom pour avoir des nouvelles de tous les choristes, ce qui est important pour notre chorale est un lien solidaire, renchérit la présidente Marie-Anne Faurel. Et depuis 8 mois on a repris progressivement dans les salles qui ont accepté de nous ouvrir les portes à condition qu’on respecte les consignes sanitaires. On a toujours chanté masqués. »

Et la saison démarre sur les chapeaux de roue, avec deux concerts dès la première semaine : un premier dans le cadre des célébrations des 150 ans de la Commune, et un deuxième, dimanche prochain à la Fête de l’Humanité. L’émotion est palpable, mais pour Jean-Michel, membre de l’Ut en chœur depuis quatre ans, le bonheur de rechanter ensemble l’emporte sur le trac : 

« C'était très frustrant de ne pas être en présentiel. Aujourd'hui, on fait une reprise. C'est génial. Quand on est en chorale, justement, quand on est en chant commun, on a des ondes, on ressent des vibrations, on est content d'être avec les autres. On est content de s'entendre soi-même. Son souffle qui se mêle aux autres. »

Les masques vont-elles tomber ?

Mêler son souffle à celui des autres, mais pas trop quand même…Si le chant choral est de nouveau autorisé, il rentre dans le cadre législatif des activités culturelles soumises au pass sanitaire. Mais il faut rester prudent, alerte Côme Ferrand Cooper, directeur de l'association A coeur joie, qui rassemble 300 chorales à l'échelle nationale. Selon les recommandations du ministère de la Culture et des fédérations chorales, une distance de 1 mètre à minima entre les chanteurs et le port du masque sont préconisés. 

« Le risque de voir les gens mourir suite à des cluster est maintenant diminué dans le cadre de la vaccination, explique le directeur. Mais le maintien du masque fait sens, puisque parmi les gens sous pass sanitaire, une partie d'entre eux ne seront que testés. Et le test ne donne qu'une situation à un moment donné. Ainsi que pour les gens vaccinés, qui peuvent aussi être porteurs malgré tout du virus. Donc, le masque est un facteur de protection. Dernière recommandation très importante, c'est de prendre en compte la question de l'aération des lieux de répétition et de concert, puisqu'on parle d'une activité sur un temps long, deux ou trois heures, et que les aérosols, ces émissions qu'on fait avec nos poumons qui peuvent porter le virus, ont tendance à s'accumuler dans l'air. D'où la nécessité d'aérer fortement et régulièrement les salles pendant la répétition. »

La principale difficulté pour les chorales amateurs en cette rentrée sera de trouver des locaux adaptés pour pouvoir appliquer les règles sanitaires, sachant que la majorité des chorales auraient bien du mal à louer des espaces privés de taille suffisante pour reprendre dans les conditions optimales, nous a expliqué Côme Ferrand Cooper. Un enjeu que l'association A choeur joie soulève depuis maintenant un an et demi auprès des autorités, et qui sera probablement décisif pour la survie de bien des chorales.

L'équipe de l'émission :