Reportage
Entretien
Mercredi 5 mai 2021
2 min

Les lieux culturels s'auto-déconfinent en Belgique

En Belgique, après plus de 6 mois de fermeture, 120 lieux culturels ont décidé d’ouvrir leurs portes du 30 avril au 8 mai. Projections et spectacles sont ainsi proposés au public dans le cadre du mouvement « Still Standing for Culture ». Reportage de Saskia de Ville.

Les lieux culturels s'auto-déconfinent en Belgique
En Belgique 120 lieux culturels ont décidé d’ouvrir leurs portes du 30 avril au 8 mai, © Saskia de Ville

Samedi soir, ils étaient une centaine à prendre place dans la salle du Kinograph à Bruxelles, le temps d’une projection. Une soirée sur grand écran sous forme de militantisme pour ces spectateurs venus soutenir ce cinéma de quartier, comme l’indique le discours d’introduction à la soirée. « Bonsoir tout le monde, goedenavond iedereen, ça fait plaisir de revoir notre cinéma avec des gens, du public, ça n’était plus arrivé depuis fin octobre je pense. Vous savez que vous êtes là ce soir pour une séance un peu particulière, ce n’est pas qu’une séance de cinéma, c’est aussi un acte politique », 

Un acte politique qui porte ce message : rien ne sert d’opposer les secteurs les uns aux autres. Il faut au contraire rouvrir en appliquant des protocoles sanitaires adaptés en fonction des lieux. Thibaut Quirynen, co-responsable du cinéma Kinograph : « Ce n’est pas l’idée de rouvrir les vannes et de faire comme si tout se passait normalement mais de dire qu’il n’y a pas de raison que notre secteur soit floué et que les salles de spectacles et de cinéma restent fermées alors que ça a été prouvé à maintes reprises dans plein d’études que ça fait partie des lieux les plus sûrs. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La ministre de la Culture de la Belgique francophone a publiquement dit qu’elle n’allait pas sanctionner les lieux culturels qui rouvrent 

Si cette réouverture se fait à l’encontre des restrictions imposées par le gouvernement, elle ne se fait pas sans sérieux. Sur les 430 sièges disponibles, seules 100 places ont été mises en vente. Mais en menant cette action, cet organisme culturel pourrait-il voir ses subventions s’envoler ? Clara Leonet, co-responsable du cinéma : « Les risques que nous prenons en tant qu'institution culturelle subventionnée par la Fédération Wallonie Bruxelles sont assez minces en fait. On a eu beaucoup de chance parce que la ministre de la Culture de la Belgique francophone a publiquement dit qu’elle n’allait pas sanctionner les lieux culturels qui rouvrent et qu’elle trouvait qu’ils avaient raison au final de mener cette action, parce qu’on est aussi dans une réouverture qui est limitée dans le temps ». 

En Belgique, la culture est une compétence communautaire. Mais quand il s’agit du COVID, les règles sont fixées par l’autorité fédérale et le Comité de concertation. Et l’avenir du secteur culturel reste encore incertain. En attendant, les salles s’organisent, en prenant le risque de se faire verbaliser. Et si ça tourne mal, Still Standing For Culture prône la solidarité. « Si jamais c’est le cas, l’idée est vraiment que nous réunissions toutes les amendes reçues et qu’on les conteste ensemble via Still Standing, et leurs avocats pensent qu’on aurait vraiment de bons arguments à faire valoir pour ne pas avoir à être sanctionné par rapport à cette action », explique Clara Leonet. 

« Montrer qu’on a envie d’y retourner, c’était ça le geste »

Il est 20h30, la séance est terminée et au grand soulagement des organisateurs et des spectateurs, personne n’est venu l’interrompre. « C’était super, ça faisait plaisir de pouvoir y retourner, et je savais qu’à priori j’allais pas aimer le film mais je m’en foutais. Mon objectif c’était de retourner au cinéma et de montrer qu’on a envie d’y retourner, c’était ça le geste », explique une spectatrice. Sur la centaine d’actions proposées ce weekend, seules deux d’entre elles ont été empêchées. Reste à savoir si ces expérimentations officieuses sauront convaincre les autorités belges de rouvrir le secteur culturel d’ici quelques semaines.

L'équipe de l'émission :