Reportage
Entretien
Mercredi 3 février 2021
2 min

"V'lan, dans l'oeil" à Bordeaux : « sans public, nous avons perdu notre raison d'être »

A l’Opéra de Bordeaux, l’opéra bouffe V’lan, dans l’œil de Hervé est capté par France 3 Nouvelle Aquitaine. Un spectacle joyeux, coloré qui devait être initialement donné en public, dont l'absence depuis près d'un an pèse sur le moral des artistes.

"V'lan, dans l'oeil" à Bordeaux : « sans public, nous avons perdu notre raison d'être »
La générale de V'lan, dans l'oeil à l'Opéra de Bordeaux, © Sofia Anastasio

C'est une ambiance de fête foraine. Ça brille, il y a du rose et des paillettes dans le décors. V'lan, dans l’œil, opéra bouffe de Hervé, aurait dû être donné en public du 26 janvier au 1er février à l’Opéra de Bordeaux. « C’est un spectacle qu’on avait prévu pour l’après Covid, en janvier. On s’était dit, au moment où on l’a programmé, que cet opéra comique de Hervé, avec sa mise en scène totalement délirante, allait remettre tout le monde dans la joie et la bonne humeur », explique son administrateur général, Olivier Lombardie. « Alors malheureusement ce sera pas pour cette fois. La pièce est quand même captée, elle va passer chez nos amis de France 3 et Noa. Et puis ce spectacle a été fait avec laFondation Bru Zanepour tourner à Paris, en France et un peu partout cette année, donc on espère pouvoir le reprendre dans les années futures. » 

Sur la scène de ce spectacle, qui mêle concours de tir à l’arbalète et légende de la Langouste atmosphérique, on retrouve notamment Olivier Py, en marquise loufoque et exquise .« Il y’a un effet de paradoxe, de jouer une pièce qui est exhilarante, comme une série de bouchons de champagne qui sautent, alors qu’il y a une sinistrose générale. Et pour l’instant le public ne pourra pas profiter de cet antidépresseur qu’est Hervé », regrette Olivier Py. Et après une année quasiment, sans public, nous avons demandé )à ce dernier comment lui allait : « C’est très dur en tant qu’artiste, parce qu’on ne sait plus à quoi on sert, c’est dur en tant que directeur du Festival d’Avignon, parce qu’annuler un festival c’est vraiment le cauchemar d’un directeur et puis on n’a toujours pas de visibilité pour la suite donc c’est très difficile. Mais il faut rappeler que moi je suis un privilégié, par rapport à tous les intermittents, techniciens ou artistes qui ne savent vraiment pas comment ils vont payer leur loyer et nourrir les enfants. Donc il y a une situation personnelle des artistes du spectacle aujourd’hui qui est catastrophique. Et je ne sais pas comment on va remonter la pente. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

« Je ne vis plus »

Le metteur en scène Pierre-André Weitz a suivi à la lettre les indications de mise en scène souhaitées par Hervé. Il manque cependant les interactions avec le public. Public qui manque également beaucoup au metteur en scène : « Je ne vis plus. Moi je suis sur scène depuis l’âge de 10 ans, donc ça va faire 45 ans. Si un jour on m’avait dit que je ne pourrais plus avoir de public en face de moi, je n’ai absolument plus de raison de vivre. Nous avons une grande chance d’être à Bordeaux, nous avons pu répéter, nous avons pu faire ce spectacle mais ma vie c’est d'être un amuseur de braves gens, je suis un saltimbanque, donc ça veut dire que si y’a pas le public .. »

L’émotion empêche ici les mots de sortir, la phrase de se terminer. Une émotion de plus en plus palpable dans chaque salle privées de spectateurs et de perspectives, comme l'Opéra de Bordeaux, explique Olivier Lombardie : « Moralement c’est très dur parce qu’on a un peu perdu notre raison d’être et c’est toujours très difficile de savoir pourquoi on maintient comme ça des représentations alors qu’il n’y a pas de public dans la salle. C’est pour ça qu’on essaie de multiplier les initiatives de captations audiovisuelles et de disques, mais rien ne remplace le public dans la salle, rien ne remplace le spectacle vivant avec la chaleur du public donc on attend ce moment là avec une très très grande impatience ».

Olivier Py, réclame ainsi une nouvelle fois l’ouverture des théâtres et appelle la République à défendre la culture, pour pouvoir notamment profiter de la légèreté que peut offrir la légende de la langouste atmosphérique dans V’lan, dans l’œil de Hervé, avec l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, dirigé par Christophe Grapperon et le Chœur de l’Opéra National de Bordeaux. Avec Lara Neumann dans le rôle de Dindonnette, Ingrid Perruche dans celui de Fleur de Noblesse ou encore Pierre Lebon en Géromé/ Les dates de diffusion par France 3 Nouvelle Aquitaine et NoA seront communiquées ultérieurement. 

L'équipe de l'émission :