Reportage
Entretien
Mardi 22 décembre 2020
2 min

Des festivals d'été remplis d'espoir pour 2021

Les Chorégies d’Orange et le Festival d’Art lyrique d’Aix en Provence ont dévoilé le programme de leur édition 2021. Après l’annulation de leur édition passée, en raison de la crise sanitaire, l’envie de reprendre est grande, malgré les incertitudes qui pèsent toujours.

Des festivals d'été remplis d'espoir pour 2021
Le Théâtre antique où se tiennent Les Chorégies d'Orange, © Philippe Gromelle

C’est à la Salle Gaveau, à Paris, que Jean-Louis Grinda a présenté mercredi 16 décembre l’édition 2021 des Chorégies d’Orange dont il assure la direction. Une présentation pleine d’enthousiasme qui a démarré avec une formule, « on revient de loin ».  « C’était long, c’était très long d’être sans perspective réelle, tangible, sans public. On a pu faire de la télé l’été dernier mais c’est quand même pas pareil sans technicien, sans chanteur. On revient de loin parce qu’on se rend compte qu’on a besoin du rendez-vous des Chorégies d’Orange chaque année. »

La prochaine édition des Chorégies doit se tenir du 2 au 31 juillet 2021 au Théâtre antique. Sont programmées des productions qui devaient être présentées l’année dernière au public, Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns avec Roberto Alagna et Marie-Nicole Lemieux, l’hommage du Béjart Ballet de Lausanne à Queen, ou encore un récital de Cecilia Bartoli avec les musiciens du Prince. Des nouveautés sont également attendues, notamment une Nuit Italienne avec le chœur et l’orchestre de la Scala de Milan dirigé par Riccardo Chailly. Ce n’est pas un festival de crise, mais bien de reprise, déclare Jean-Louis Grinda : « Moi je crois que le plus important, c’est qu’on ait une perspective, des beaux spectacles, des événements qui donnent envie de bouger, et surtout des gens qui nous ont fait confiance l’année dernière et qui, massivement, ont reporté leur ticket d’un an plus tard. On a plus de 50% de report de ces tickets, c’est énorme, c’est un signe d’espérance et de confiance aussi. Donc on revient de loin, mais on va s’en sortir. »

« Personne ne sait comment les choses vont évoluer»

Jean-Louis Grinda explique avoir reçu l’aide et le soutien du président de la région, Renaud Muselier, également président de la Société Publique Locale des Chorégies. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur s’était engagée à maintenir toutes les « subventions votées » aux structures culturelles, avec un fonds d'aide de cinq millions d'euros pour le secteur. 

Parmi les autres festivals emblématiques de la région, qui espèrent à tout prix retrouver le public en juillet, figure celui d’Art Lyrique d’Aix-en –Provence. Son secrétaire général Jérôme Brunetière :  « Personne ne sait comment les choses vont évoluer. Il y a des indicateurs, des vaccins qui arrivent, le retour du printemps, qui donnent de très bonnes raisons d’y croire. Et c’est parce qu’il y a des raisons d’y croire que c’est important pour nous de concevoir, de préparer un festival ambitieux et même très ambitieux. Mais bien sur, il y a des incertitudes comme depuis le début de cette crise. On essaie de s’habituer à vivre dans l’incertitude. C’est difficile en fait. »

Malgré ces incertitudes, le Festival d'Art Lyrique d’Aix-en-Provence a lui aussi tenu à dévoiler le programme d’une édition de relance, avec des productions répétées en huis clos l’année dernière, comme Le Coq d’Or de Rimski-Korsakov mis en scène par Barrie Kosky. Parmi les nouveautés, Tristan et Isolde de Wagner, ou encore Falstaff de Verdi. Si pour le moment, la préparation n’a pas été trop empêchée par le deuxième confinement, avec la multiplication des réunions en ligne, c’est au printemps que tout pourrait se corser :  « Le grand enjeux c’est qu’en mai on doit commencer à répéter tous les spectacles avec les artistes, et c’est là l’incertitude. Il faut vraiment que mi-mai on puisse se mettre dans cette phase de travail, où la distance n’est plus possible. Et puis si on n’y parvient pas, on trouvera des solutions pour s’adapter. C’est la leçon de cette crise absolument majeur que nous traversons, elle nous oblige à développer notre faculté d’adaptation et à s’adapter sans arrêt à un environnement imprévisible ».

Dans la culture, les activités proposées en version numérique ce sont développées depuis le début de la crise. Le Festival d’Aix-en-Provence a notamment lancé l’année dernière Une scène numérique, qui se pérennise et présentera sa deuxième saison en 2021. 

L'équipe de l'émission :