Reportage
Entretien
Mardi 1 juin 2021
2 min

Comment se porte l’édition musicale jeunesse en France ?

Comment se porte l’édition musicale jeunesse depuis la pandémie ? Quelles sont les tendances en France ? Les livres à puces sonores, qui permettent d’écouter des extraits musicaux, se vendent-ils ? Marjorie Bertin s’est faufilée chez « Jeux Lis-Là » à Paris.

Comment se porte l’édition musicale jeunesse en France ?
Les libraires de Jeux Lis Là dans le 7e arrondissement de Paris, © Marjorie Bertin

C’est une minuscule librairie à la devanture bleu ciel, au cœur du très tranquille 7e arrondissement de Paris. On y trouve de tout, notamment des livres-disques et des livres à puces sonores. Musiques du monde, comédies musicales, classiques, il y en a pour tous les gouts. Ce jour-là, il y a une petite-fille de 4 ans, qui a beaucoup écouté ses livres musicaux pendant le confinement. Pour sa maman Charlotte, il était urgent de venir en chercher des nouveaux. « Je fais une boulimie de librairies depuis le confinement ! Après environ 12 heures de Pierre et le Loup, et du Lac des cygnes et de Casse-Noisette, on a eu envie de nouvelles choses ! C’est sûr ! »

Comme de nombreux parents, Charlotte passe encore beaucoup de temps chez elle. Et les livres sonores sont un outil formidable.  « Ce que j’aime bien ce sont les livres avec les puces. Je trouve ça très sympa, elle a un Pierre et le Loup comme ça. Ce qui est bien c’est qu’elle peut le faire en autonomie. Quand on a un disque, c’est plus d’attention, c’est plus long, et moins spontané pour elle que d’aller prendre un petit livre à puce dans sa bibliothèque. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une mutation des usages

Pour Aude Marzin, l’une des deux libraires de chez Jeux Lis-Là, les ventes n’ont pas changé depuis la pandémie. Et elle vend à peu près autant de livres-disques – surtout classiques - que de livres sonores. Mais elle a observé une mutation des usages.  « Apparemment le livre a beaucoup manqué pendant le confinement. Et ça reste une sorte de petit traumatisme pour nos clients. Sur les livre CD, on a constaté qu'il y avait aussi beaucoup de demandes, beaucoup de recherches sur ce genre de contenu, pour varier un petit peu les supports et les contenus aussi. Les éditions Didier Jeunesse mettent le contenu de certains de leurs disques en téléchargement légal sur Spotify, Apple Music, toutes ces plateformes de téléchargement. Et donc du coup ils ont découvert les contenus et après ils sont venus chercher les livres. Ils ont fait un petit peu le travail à l’envers ! (Rires) »

Détourner les enfants des écrans

L’écoute en ligne a une incidence chez Didier Jeunesse. D’après leur fondatrice, Michèle Moreau, les ventes des livres-disques ont beaucoup baissé. Mais elle observe qu’une nouvelle tendance se dessine. « Il y a tout un mouvement qui se matérialise de plus en plus sur le fait qu’il faut détourner les enfants des écrans. Les amener à se concentrer autour d’un matériau sonore musical ou une histoire lue, ça devient de plus en plus important aux yeux des parents, des éducateurs. On le sent très nettement. C’est la vague des podcasts, des replay, de la maîtrise de ce qu’on écoute…»

Bien qu’incertaine sur l’avenir du livre-disque face au numérique, Michèle Moreau reste confiante. Certaine que le retour dans les classes et les squares va notamment permettre celui des comptines, qui accompagnent les jeux collectifs. Et peut-être aussi qu’il y aura une grande demande de nouveautés auprès des artistes. 

L'équipe de l'émission :