Reportage
Entretien
Lundi 6 décembre 2021
3 min

L'exceptionnel manuscrit du Boléro de Ravel dévoilé (brièvement) au public

Le précieux document a quitté quelques heures la Bibliothèque nationale de France pour être exposé vendredi à la Maison de la Radio et de la Musique, sous haute sécurité. Reportage de Martin Delacoux.

L'exceptionnel manuscrit du Boléro de Ravel dévoilé (brièvement) au public
Le manuscrit présenté est une première version du Boléro, qui sera par la suite légèrement modifié, © Radio France / Martin Delacoux

C'est une pièce d'une valeur inestimable qui est passée quelques heures par la Maison de la Radio vendredi dernier. Le manuscrit autographe du Boléro de Ravel a été présenté au public dans le cadre d’un avant concert. Un concert qui s’est terminé, évidemment, par le Boléro, et qui a été donné à l'auditorium par l'Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction de Pablo Heras-Casado. Déplacer une pièce aussi emblématique que le manuscrit de cette œuvre a nécessité des mesures exceptionnelles de sécurité pour éviter toute tentative de vol.

Impossible pour les journalistes de voir l’œuvre là où elle est réellement conservée, par exemple : le document a été présenté à la presse dans un espace neutre. Après avoir été bien protégée dans une mallette, la partition a été transportée du site de Richelieu de la Bibliothèque Nationale de France jusqu’à la Maison de la Radio et de la Musique sous escorte policière. Deux motards ouvraient la route et deux fourgons avec des hommes armées encadraient le véhicule où figurait le précieux document.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Comité restreint

L’exposition du Boléro de Ravel s’est faite au pas de course et en comité restreint. Seules 80 personnes du public ont pu y jeter un œil. La primauté a été réservée aux musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Certains en ont profité pour vérifier une note : il semblait au harpiste qu’un bécarre sonnait mal et que la note aurait été plus adaptée en bémol. L’éditeur aurait pu se tromper. Mais après vérification, il s’agissait bien d’un bécarre.

Les musiciens ont été très touchés de voir ce texte, à l’image de Françoise Feyler : « C'est intéressant de voir cette écriture très fine, très précise, de percevoir un tout petit peu de la personnalité du compositeur derrière, parce que c'est vrai qu’on oublie un peu les compositeurs. Normalement, on est derrière l’œuvre. Là, on se rapproche de l’homme. »

Des castagnettes, présentes dans cette partition, ne figurent pas dans le manuscrit final
Des castagnettes, présentes dans cette partition, ne figurent pas dans le manuscrit final, © Radio France / Martin Delacoux

Le manuscrit présenté vendredi dernier est une première version du Boléro, qui sera légèrement modifiée. Des castagnettes, présentes dans cette partition, ne figurent pas, par exemple, dans le manuscrit final, qui est conservé à New-York. Le chef d’orchestre né en Espagne, Pablo Heras-Casado, a été particulièrement intéressé par ce détail : « Maurice Ravel ne voulait pas cadrer trop la pièce en Espagne, il voulait la laisser un peu plus ouverte. Il joue avec la simplicité, d'une façon délibérée, avec ses thèmes, ses mélodies qui se répètent, se répètent et je crois que ça suffit pour ouvrir les sens et imaginer l'Espagne, ou un territoire d'ailleurs ».

Ce partenariat entre la BNF et Radio France a déjà permis de montrer au public le manuscrit du Carnaval des animaux. Le 19 mai prochain, ce sera au tour du manuscrit de La Mer, de Claude Debussy.

L'équipe de l'émission :