Reportage
Entretien
Jeudi 16 septembre 2021
3 min

De battre, le cœur artistique de Venise a recommencé

Concert dans une basilique, Biennale musicale foisonnante : après des mois d'hivernation à cause du Covid-19, la musique vivante signe son grand retour dans la Sérénissime.

De battre, le cœur artistique de Venise a recommencé
Kaija Saariaho et le violoncelliste Anssi Karttunen, pour qui elle a composé la pièce Notes on Light. En toile de fond, les musiciens de l'orchestre de la Fenice, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Venise retrouve en cette rentrée la vie culturelle bouillonnante qui la caractérise. La musique, notamment, résonne à nouveau dans la Sérénissime. Les concerts peuvent se tenir, avec protocole sanitaire : il faut notamment présenter un "green pass", l'équivalent du pass sanitaire en Italie. Mais c'est toute la ville qui revit, après de longs mois d'hibernation à cause de la pandémie.

Requiem pour un nouveau monde

Nous sommes en plein cœur de Venise. Dans la Basilica dei Santi Giovanni e Paolo, des chanteurs répètent un requiem bien particulier : Requiem for a new world, un nouveau monde. Une création du compositeur et plasticien Zad Moultaka. Il est venu à Venise plusieurs fois ces derniers mois pour préparer le concert, et ne reconnaissait plus la ville qu'il aimait : "J'ai vu Venise comme jamais je ne l'avais vu auparavant. C'est à dire vide, tout fermé, totalement paralysée, fantomatique. C'était assez beau, entre guillemets, il y avait quelque chose de très fort de voir Venise sous cet aspect-là."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Mais au bout de la troisième fois, ou quatrième fois, "il y avait quelque chose de trop dur qui se dégageait. Il y avait cette ambiance qu'on retrouve dans le film Mort à Venise, que j'ai sentie d'une manière très forte. Le fait de revoir cette ville qui devient à nouveau bouillonnante, je suis très ému, je pense qu'on est tous très émus de se retrouver ici aujourd'hui."

C'est une installation concert qui est avant tout un hommage aux 50 ans de la disparition de Stravinsky, dont les funérailles ont eu lieu dans cette église. Les Canticles avaient été jouées ici, l'idée c'est donc d'ouvrir le concert avec, avant d'entamer le Requiem for a new world" - Zad Moultaka

Les voix de l'ensemble Musicatreize résonnent avec force dans la Basilica dei Santi Giovanni e Paolo
Les voix de l'ensemble Musicatreize résonnent avec force dans la Basilica dei Santi Giovanni e Paolo, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Car les Vénitiens ont soif de culture. Roland Heyrabedian, le directeur de l'ensemble Musicatreize, qui se produira ce jeudi soir dans la basilique, l'a bien constaté : "J'ai fait des rencontres dans la rue avec des gens, les Vénitiens sont très bavards et en même temps très amicaux. J'ai invité des gens, et ils viennent ! Je trouve ça formidable, je trouve ça très touchant de voir qu'eux aussi ont envie de revenir à une vie culturelle normale, c'est une très belle chose."

Particularité du concert, en plus des chanteurs, je vais diriger 60 haut-parleurs, à travers lesquels résonneront les instruments, un par haut-parleur. C'est comme si je dirigeais des fantômes et diriger ces haut-parleurs, c'est aussi une résultante de la pandémie" - Roland Heyrabedian

Ce jeudi soir, vous pourrez d'ailleurs suivre en direct sur Youtube ce concert depuis la sublime basilica dei Santi Giovanni e Paolo, en cliquant ici. Coup d'envoi à 20h30.

Roland Heyrabedian et Zad Moultaka dans une forêt de haut-parleurs
Roland Heyrabedian et Zad Moultaka dans une forêt de haut-parleurs, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Une Biennale musicale prometteuse

La musique qui résonnera d'autant plus fort ces prochains jours grâce à la Biennale musicale de Venise. Elle commence ce vendredi, jusqu'au 26 septembre, avec un nouveau visage : Lucia Ronchetti, nommée directrice artistique. Nous la rejoignons dans la grande salle de La Fenice.

Cette dernière souhaite placer l'édition 2021 sous le signe de l'ouverture : "Pour les Vénitiens, normalement, la Biennale est presque isolée du contexte vénitien. Normalement, c'est à l'Arsenal, et c'est de la musique difficile à comprendre. Pour cette édition, beaucoup de pièces seront pour le grand public. Jouées dans des lieux symboliques de Venise : Saint-Marc, le conservatoire, la Fenice..."

"Je veux commencer un dialogue avec la population de Venise. Et leur dire que ce n'est pas contre eux que l'on fait un festival de musique contemporaine, mais pour eux" - Lucia Ronchetti

Lucia Ronchetti, nommée directrice artistique de la Biennale musicale pour 4 ans
Lucia Ronchetti, nommée directrice artistique de la Biennale musicale pour 4 ans, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Avec un Lion d'Or remis dans le cadre de la Biennale musicale, parce qu'il n'y a pas que le cinéma : cette année, c'est la grande compositrice finlandaise Kaija Saariaho qui le recevra, pour l'ensemble de sa carrière. "Je suis toujours très heureuse d'être à Venise pour partager ma musique. La musique vivante nous manquait tellement. Ce sont des moments spéciaux, on se rend compte maintenant à quel point c'était important", témoigne-t-elle.

La culture a donc bel et bien repris ses droits dans la Cité des Doges. Mais les artistes le confient : ce qu'ils craignent maintenant c'est une nouvelle vague, une nouvelle forme du virus, plus agressive, qui réduirait à nouveau Venise au silence.

L'équipe de l'émission :