Reportage
Entretien
Jeudi 12 novembre 2020
2 min

Création : Le compositeur Bechara El-Khoury rend hommage aux victimes des attentats

5 ans après les attentats du 13 novembre à Paris, un concert hommage a été donné sans public avant-hier à la Philharmonie de Paris avec la mezzo-soprano Isabelle Druet, le chef Pierre Bleuse et l’Orchestre de Chambre de Paris… avec une création dont Charlotte Landru-Chandès nous raconte l’histoire.

Création : Le compositeur Bechara El-Khoury rend hommage aux victimes des attentats
L'orchestre de chambre de Paris avec la mezzo-soprano Isabelle Druet et le chef Pierre Bleuse, © cdherouville_philharmoniedeparis

Il y a deux ans, pour rendre hommage à son fils  Stéphane, victime des attentats, Louise Albertini a, avec son compagnon  Julien Thomast, commandé une œuvre à la Fondation de France et au  compositeur franco-libanais Bechara El-Khoury.  

Ils ont entendue cette pièce, intitulée Il fait novembre en mon âme, pour la première fois avant-hier. "Nous avons reçu cette œuvre qu'on attendait et dont on ignorait tout, raconte Julien Thomast. On n'en avait entendu aucune note, rien du tout et l'œuvre a été bien au-delà de nos espérances. La musique est contemporaine et répond bien au problème des attentats, ce que Louise et moi souhaitions. L’acmée de ce concert a été la voix d’Isabelle Druet, la voix revenue après la musique… on réintroduisait de l’humain et c’était bouleversant."

Pour le chef Pierre Bleuse, cette pièce est comme un acte de renaissance. "C’est une oeuvre construite en deux  grandes parties, une première avec de la violence, des rythmes assez forts qui évoquent un chaos, une expression très  directe, très forte… Et puis dans la deuxième partie, on part un peu comme dans un moment presque de prière. On se retrouve dans un univers beaucoup plus lumineux, surtout avec l’arrivée de la voix... Il y a quelque chose qui nous console,  qui nous donne de l’espoir."

Le projet est né lors d’un voyage à Madrid, quand Louise Albertini se retrouve face à l’un des plus célèbres tableaux de Picasso, Guernica.

"L’émotion ressentie devant le tableau et en  particulier sur la partie gauche du tableau où se trouve cette mère  hurlante, muette, tenant son enfant mort dans ses bras… cela a été une  émotion très forte. De là m'est venue l’idée que, de même que les Républicains espagnols avaient fait une commande à Picasso,  peut-être que l’Etat français pourrait aussi envisager une commande  suite aux attentats." 

Au départ, Louise Albertini souhaitait une œuvre  plastique pour rendre hommage à son fils. Finalement, la Fondation de France l’a orientée vers la musique et vers le musicologue Bruno Messina, le médiateur du projet.

"Nous avons parlé de musique, j’ai fait le DJ pendant quelques temps, je leur apportais des disques en leur parlant des différentes esthétiques, des compositeurs d’aujourd’hui. Leur choix s’est arrêté sur Bechara El-Khoury, déjà marqué par la guerre du Liban, par les attentats de New York et qui avait déjà écrit de la musique à ce sujet. Dans un premier temps, il a été surpris par ma demande en disant “tu sais, je ne suis pas un compositeur de commémorations”, je lui ai dit  : “rencontrons ensemble ces parents parce que c’est d’abord ta musique qu’ils ont choisie. Il a entendu et, très touché, ils les a rencontrés et m’a dit “c’est une évidence, il faut que j’écrive pour eux”.  

Au programme du concert, il y avait aussi la Symphonie Paris de Mozart, symbole de jeunesse et de liberté, des valeurs attaquées lors du 13 novembre.

Le concert est à retrouver vendredi soir à 20h30 sur le site et l’application Philharmonie Live et Arte Concert. Il sera retransmis sur France Musique jeudi 19 novembre.

L'équipe de l'émission :