Reportage
Entretien
Jeudi 10 juin 2021
2 min

L'ONDIF et Mathieu Lamboley réunis sur la BO de Lupin

A partir du 11 juin, la partie 2 de la série à succès Lupin, avec Omar Sy, sera disponible sur Netflix. En mars dernier, dans le plus grand des secrets, l’Orchestre national d’Ile-de-France a enregistré la musique, signée Mathieu Lamboley, du dernier épisode, dans son studio à Alfortville.

L'ONDIF et Mathieu Lamboley réunis sur la BO de Lupin
Mathieu Lamboley à la tête de l'ONDIF, © O.Panier_des_Touches.

Le dispositif est assez impressionnant. 80 musiciens de l’Orchestre National d’Ile de France sont réunis dans leur studio à Alfortville. Encerclés de micros, casque sur les oreilles, ils s’apprêtent à enregistrer la musique d’une scène de course-poursuite avec Omar Sy, qui interprète le rôle d'Assane Diop dans la série Lupin. Et tout se passe bien, nous affirme Laurent-Benoit Ostyn, violoniste à l’ONDIF : « Les partitions sont remarquables, c’est très bien écrit. J'ai vu la première partie, en famille, avec mon fils et on a adoré. Quand on a su qu’on était casté pour faire l’enregistrement de la musique de la deuxième partie, à titre personnel j’étais très content. Et puis les conditions d’enregistrement sont très bien puisqu’on est à domicile, donc je trouve ça chouette de pouvoir participer à ce type de projet »

Une bande son « espiègle et mystérieuse»

Devant eux, baguette à la main, il y a le compositeur, Mathieu Lamboley. C’est lui qui a signé la bande-originale de la série. Une bande-son espiègle et mystérieuse, selon le violoniste Laurent-Benoit Ostyne. Nous avons demandé à Mathieu Lamboley, comment il l’avait travaillée :  « On trouve nos inspiration dans l’histoire, dans les personnages, le scénario. Après, il y a évidemment toute une phase de recherche avec la production, le réalisateur, pour trouver la couleur. Moi j’avais une idée assez précise de ce que je voulais, je voulais mélanger mon héritage classique, avec des rythmiques modernes. C'est d’ailleurs le propos de la série puisqu'Assane hérite de l’héritage de Lupin. Sur les trois premiers épisodes, on a eu des allers-retours avec Netflix pour trouver la bonne couleur et une fois que les thèmes étaient instaurés, j’avais beaucoup plus de liberté pour développer tout ça.»

« En 2016 c’était encore un rêve »

Cet enregistrement s’inscrit dans la volonté de l’ONDIF d’offrir ses services au cinéma, avec notamment ce studio, conçu il y a 5 ans. Un souhait née il y a quelques années, qui s’est aujourd’hui concrétisé, nous explique Fabienne Voisin, directrice générale de l'ensemble : « En 2016 c’était encore un rêve, le rêve de pouvoir fabriquer un outil qui puisse permettre à tous les professionnels du son, du cinéma, de bénéficier d’un studio confortable, high-tech, qui leur permette d’oublier toute l’attractivité externe à la France. Et donc de rester en France pour faire leur métier. C’est un rêve qu’on a eu en constatant le nombre de tournages qui se situaient sur le territoire francilien et le peu de bandes-son qui s’enregistraient sur le territoire francilien. »

Depuis, l’ONDIF y a enregistré une dizaine de bandes-son. Et c’est Mathieu Lamboley qui fut l’un des premiers compositeurs accueilli, pour la musique du film Minuscule 2.

L'équipe de l'émission :