Reportage
Entretien
Jeudi 3 juin 2021
2 min

Le conservatoire russe de Paris craint pour son avenir

Le conservatoire Rachmaninoff loue son bâtiment à la Mairie de Paris depuis plus de 30 ans, mais cette dernière souhaiterait revendre cet hôtel particulier.

Le conservatoire russe de Paris craint pour son avenir
Le conservatoire russe de Paris craint pour son avenir, © Radio France / Marie Gicquel

C’est un écrin au bord de la Seine, face à la Tour Eiffel et à l’Eglise orthodoxe russe. On y pratique la balalaïka entre autres mais on peut aussi apprendre la langue de Tolstoï. Fondé il y a bientôt un siècle par Fédor Chaliapine et le compositeur Alexandre Glazounov, le conservatoire accueille plus de 200 élèves et organise des concerts… Le pianiste Mikhail Rudy qui soutient le conservatoire, réaffirme son enchantement aujourd’hui pour ce lieu historique « Quand je suis arrivé en France en 77, c’était le premier endroit que j’ai connu à Paris, il représentait la Russie d’autrefois. J’y suis allé beaucoup de fois, j’y avais des amis, j’allais donner des concerts, c’était très festif comme endroit, un lieu assez incroyable. Si on le ferme, c’est comme si on détruisait l’Atelier Delacroix ! »

Depuis plus de 30 ans, la Mairie de Paris loue cet hôtel particulier du 16ème arrondissement à cette association. Sauf que depuis quelques jours, il est question de rompre ce bail et de revendre le bâtiment. « On prépare à la fois l’année prochaine et en même temps, on ne sait pas trop si on peut rester ou pas…L’objet de cette mobilisation, c’est de clarifier les choses » avance Damien Hasbroucq, porte-parole et membre de l’association du conservatoire.

La Mairie de Paris ne tranche pas

La nouvelle direction, en place depuis novembre, a déjà dû faire face à un état des lieux « difficile » indique Damien Hasbroucq « Nous étions face à un état des lieux difficile, un établissement avec des dettes, un établissements qui ne proposait plus des conditions idéales pour les élèves ». L’équipe, qui a investi dans des travaux de rénovation et des changements d’instruments, veut être fixée rapidement pour continuer « son nouveau projet » : rétablir une ambiance familiale, relancer les concerts et continuer les cours, « dans des meilleures conditions » après les travaux réalisés. « Puisqu’on a investi de l’argent, on a envie de savoir si on peut poursuivre notre activité » annonce Damien Hasbroucq.

Autre projet important : classer, numériser et mettre à la disposition des chercheurs les 40 000 partitions annotées depuis cent ans… Les discussions n’aboutissent à aucune décision claire entre la Ville de Paris et le conservatoire. Ce dernier demande aux services culturel et immobilier de la mairie de paris, soit un bail de longue durée, soit un rachat dans les prochains mois, il faudra trouver des fonds. La Mairie de Paris, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions, n’a toujours pas tranché. 

L'équipe de l'émission :