Reportage
Entretien
Jeudi 16 décembre 2021
3 min

Une plongée dans l'univers singulier de Philip Venables

Ce soir, le Festival d’Automne clôture sa programmation musicale, à la Cité de la Musique – Philharmonie de Paris. C'est avec l’Opéra 4.48 Psychosis, que le rideau se baisse, une œuvre du compositeur Philip Venables, mis à l'honneur pendant cette 50e édition.

Une plongée dans l'univers singulier de Philip Venables
Philip Venables, © Monica De Alwis

Dans la salle presque vide de la Cité de la Musique, il est installé dans le fond, et son t-shirt noir attire l’œil parmi les fauteuils bleus. Philip Venables observe la répétition de son opéra 4.48 Psychosis, que l’Ensemble intercontemporain donne ce jeudi version de concert. C’est la troisième œuvre que le compositeur présente dans le cadre du Festival d’Automne, qui cette année faisait son portrait. « Cette année, c’est la première fois que mon œuvre bénéficie d’une réelle visibilité en France », déclare le compositeur britannique. C’est une superbe opportunité pour moi, ça me permet de me présenter au public français, ce qui est très agréable. Donc je suis très reconnaissant. »

Répétitions de 4.48 Psychosis, à la Cité de la Musique - Philharmonie de Paris
Répétitions de 4.48 Psychosis, à la Cité de la Musique - Philharmonie de Paris, © Radio France / Sofia Anastasio

C’est avec son œuvre la plus célèbre, son premier opéra, que Philip Venables clôt donc sa venue en France. Un opéra adapté de la dernière pièce de théâtre écrite par Sarah Kane, avant qu’elle ne se suicide. « C'est un texte qui parle de dépression et de pensées suicidaires. Mais avec ces thèmes, il aborde des sujets qui nous sont communs, que l’on souffre de dépression ou que l’on soit en bonne santé mentale. Des questions comme « qu'est-ce que le bonheur ? », « est-ce que le bonheur vient de nous ou de l’extérieur ? ». Ou encore « qu’est-ce qui se passe lorsqu’on ne trouve pas le bonheur ou quand on ne trouve pas l’amour de soi ? ». Des sujets plutôt sombres donc mais qui nous touchent tous dans nos vie. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

« Donner naissance à cet opéra a été tellement difficile »

Dans ses œuvres, qu’elles soient opératiques ou non, Philip Venables aborde des sujets sociétaux, le sexe, les questions de genre, la violence. Il utilise aussi de nouveaux moyens d’expressions musicaux, dirigés ici par le chef Matthias Pintscher. Parmi les chanteuses sur scène, il y a la mezzo-soprano Lucy Schaufer, qui a créé l’opéra 4.48 Psychosis en 2016. Elle interprète Lucy, car tous les personnages portent le nom des chanteuses qui leurs prêtent leur voix : « Donner naissance à cet opéra a été tellement difficile… C'était tellement difficile, explique-t-elle dans un grand éclat de rire. Il est complexe, mais c’est ce qui le rend intéressant, et c'est pour ça que j'aime faire de la musique contemporaine, parce que ça me donne l’occasion de communiquer avec quelqu’un qui veut un résultat qui sorte de la partition. Il faut apporter du plus, apporter du plus, c’est très important pour moi, et cette œuvre offre cette opportunité. »

Philip Venables travaille déjà à son prochain opéra, avec son coéquipier et son collaborateur, le metteur en scène Ted Hoffman. Il ne veut pas révéler le titre, mais il promet que cette fois, ce sera joyeux.

L'équipe de l'émission :