Reportage
Entretien
Jeudi 18 novembre 2021
3 min

Le trompettiste André Feydy : «Mon handicap a été une chance, il m'a poussé à trouver des solutions pour tout»

Les musiciens en situation de handicap sont encore trop rares dans le milieu de la musique classique en France. Cela n’a pas empêché le trompettiste André Feydy de réussir un parcours sans fausse note. Portrait à l’occasion de la Semaine Européenne pour l'emploi des personnes handicapées.

Le trompettiste André Feydy : «Mon handicap a été une chance, il m'a poussé à trouver des solutions pour tout»
Le tropettiste André Feydy en concert, © Stéphane Exbrayat

À l’entendre jouer, on se dit, la trompette, c’est facile. Ce jour-là, en attendant une élève au CRR de Paris, André Feydy travaille sur une de ses compositions. Les moments creux dans son emploi du temps sont rares : il enseigne dans deux conservatoires parisiens et joue régulièrement dans différents orchestres en tant que musicien invité. Né avec une malformation du bras droit, c’est la trompette qui l’a choisi, et pas l’inverse, quand il a commencé, tout gamin, au conservatoire de Laon :

« J'ai un handicap du bras droit qui n'a pas grandi dans le ventre de ma mère. Cela a déterminé mon choix de l'instrument parce que je ne pouvais jouer que de la trompette.  Mais je pense que j'avais une appétence pour cet instrument par mon caractère. Mon handicap ça a plutôt été une chance parce qu'il m'a poussé à trouver des solutions pour tout, pas seulement pour la musique. Ça a plutôt été une source d’idées. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

À commencer, bien sûr, par son instrument et sa technique de jeu. Tenir la trompette et actionner les pistons d’une seule main, cela demande quelques modifications. 

« Je tiens la trompette d’une main. Là, il suffit de mettre l'anneau à gauche comme ça. Voilà, c'est tout simple. » 

Adapter un instrument à un handicap, cela représente un coût, un savoir-faire spécifique et beaucoup de temps de réflexion. Peu de facteurs en France s’y spécialisent. André Feydy est tombé sur la perle rare. « C'est souvent des gens qui ont un peu de l'or dans les mains quand même. C’est Michel Wickrikez de chez Musique et Art, qui m'a fabriqué aussi une sourdine avec un clapet de saxophone baryton et une tige qui fait que je peux la commander comme ça, depuis mon bras. C'est un super travail. »

Adaptations sur le cornet à piston et la sourdine réalisées par le facteur d'instruments Michel Wickrikez
Adaptations sur le cornet à piston et la sourdine réalisées par le facteur d'instruments Michel Wickrikez, © André Feydy

« Cela m’aurait amusé d'intégrer un orchestre, c’est un peu comme avoir une femme dans le pupitre des cuivres »

Lorsqu'il retrace son parcours, André Feydy dit ne s'être jamais senti stigmatisé pour son handicap. Et cela notamment grâce au soutien inconditionnel de ses professeurs, déterminés à casser les stéréotypes : « Après je me suis heurté à quelques réactions dans des jurys de me dire 'tu n'y arriveras pas'. Ma réaction était, justement, j'y arriverai. »  

Après un double cursus de concertiste et de pédagogue brillamment réussi, André Feydy  enseigne, sans pour autant renoncer à l’orchestre. Il est un des rares musiciens en situation de handicap à avoir joué dans des grandes formations françaises. 

« C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de musiciens handicapés dans les orchestres, cela m’aurait amusé d’en intégrer un, c’est un peu comme avoir une femme dans le pupitre des cuivres, ça manque un peu.Le problème de l’orchestre, c’est le côté normé. Le musicien d’orchestre est avant tout au service du chef et de l’orchestre, toute singularité peut être compliquée à gérer. Après, il y a des solutions. Les musiciens sont toujours par deux, il y a moyen que ce soit l’autre musicien qui prenne la pièce la plus gênante. » 

Aujourd’hui, le trompettiste se sent pleinement épanoui entre l’enseignement et la collaboration avec les ensembles dont il apprécie les choix artistiques. Et croit dur comme fer que ses élèves, dont de nombreuses filles et élèves en situation de handicap, préparent un avenir plus inclusif dans la musique classique.

L'équipe de l'émission :