Reportage
Entretien
Samedi 5 décembre 2020
15 min

Dans les Coulisses des 30 ans du CNSMDP à La Villette

Le Conservatoire national supérieur de Paris célèbre les 30 ans de son installation à La Villette avec des débats, des concerts, diffusés sur son site les 6 et 7 décembre. Avant chaque débat, des miniatures musicales, composées par des étudiants, seront diffusées. Reportage dans les préparatifs.

Dans les Coulisses des 30 ans du CNSMDP à La Villette
En régie, pour les 30 ans du CNSMDP, © Sofia Anastasio

Sur la scène de la salle Pierre Pfimlin, on installe le matériel. Depuis deux jours, des pièces composées et interprétées par des étudiants du conservatoire sont filmées. Les caméras ont remplacé le public nous explique Agnès Démaret, réalisatrice du projet : « Ce sont des pièces qu’ils devaient jouer en public, et là, on est entre nous, les caméras sont sur le plateau, il n'y a pas de public, donc c’est un petit peu différent. Mais pour les étudiants c’est extrêmement formateur de voir une vraie production, de voir comment on enregistre. Il y a des étudiants en métier du son, mais aussi nos étudiants musiciens, nos étudiants compositeurs, et des personnes qui les encadrent, c’est très formateur. »

Dans quelques minutes, c’est la pièce pour clavecin et accordéon Petite collection de rêve de Gustave Carpène, qui va être enregistrée. Avec, à l’accordéon Ambre Vuillermoz :  « L’enregistrement c’est toujours délicat. Là on enregistre avec l’image et donc on ne peut pas faire beaucoup de montage. Il faut vraiment être très prêt et essayer d’être vraiment très concentrée. Parfois c’est difficile, on refait plusieurs fois les mêmes choses. Ne pas faire d’erreur et être toujours dans l’énergie, ce n’est pas évident. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Restituer au mieux la composition et la présence scénique

Autour d’Ambre Vuillermoz, plusieurs corps de métier s’activent.  Frédéric Martin, chargé de la réalisation de ces miniatures, est en train de faire des réglages sur les différentes caméras qui entourent les musiciens : « On est en train de chercher les meilleurs axes sur une pièce qu’on découvre, parce que c’est une création, et puis on voit aussi comment les musiciens sont le mieux possible pour pouvoir interpréter, et en fonction de ça, on répartit nos caméras pour avoir une captation multi-caméra, qui va de préférence coller à l’œuvre » 

Restituer au mieux la composition et la présence scénique, cela passe par l’image, mais aussi par le son. On retrouve justement Rémi Le Taillandier, étudiant en métier du son. Il est directeur artistique sur le projet, penché au dessus de câbles : « C’est même pas du son là, ce sont les câbles vidéos qui étaient trop tendus et qui risquaient de faire chuter quelqu’un. Donc c’est très trivial mais ça fait partie des choses à régler sur un plateau. 

Il nous explique son rôle de directeur artistique pour ces miniatures : « Là c’est particulier parce qu’on a la chance d’avoir les compositeurs sur le tournage donc mon rôle c’est de discuter avec eux et de faire l’interface entre l’aspect technique de la microphone, du mixage, pour que les compositeurs retrouvent les sonorités qu’ils avaient en tête quand ils ont écrit la partition ». 

« Gros plan sur l'accordéon »

Ca y’est ça tourne, direction la régie, avec ses multiples retour caméra sur écran. Là aussi c’est un étudiant aux métiers du son, Clémentin Bonjour, qui, partition sur tablette devant les yeux, donne des indications aux réalisateurs :  « Mon travail c’est de regarder les partitions et de prévenir quand il y a des petites interventions de certains instruments, des choses intéressantes qui se passent sur la partition ».

La pièce Petite collection de rêve sera diffusée le dimanche 6 décembre sur le site du conservatoire, avant un débat. Une œuvre clin d’œil à tous les rêves des élèves et des architectes qui ont postulé pour construire le bâtiment, dont ont célèbre les 30 ans. 

L'équipe de l'émission :