Reportage
Entretien
Lundi 20 décembre 2021
3 min

Avec Radio Daisy, Cécile Léna déclare sa flamme à la radio

La cuisine d’un appartement, un drive-in en Arizona, un taxi sous la pluie. L’exposition Radio Daisy vous propose un parcours immersif et sensorielle autour de la radio. Et ça tombe bien, puisqu’elle est présentée jusqu’au 16 janvier, à la Maison de la Radio et de la Musique à Paris.

Avec Radio Daisy, Cécile Léna déclare sa flamme à la radio
La miniature de la cuisine, © Lenadazy_VF

Elles sont six boites alignées dans le hall de la Maison ronde. Six boites argentées dans lesquelles on rentre en passant derrière un rideau de velours noir. Assis, casque sur les oreilles, l’expérience Radio Daisy peut commencer. Cécile Léna, artiste scénographe en est à l’origine. « C’est une exposition qui est constituée de 7 modules. 6 boites qui sont des isoloirs dans lesquelles j’invite les spectateurs à rentrer, et une voiture échelle 1 qui est une Panhard PL17. Dans les boites on présente des petits spectacles miniatures, ce sont des maquettes, mises en son et en lumière qui racontent des petites scènes autour du thème de la radio »

La miniature du Drive In
La miniature du Drive In, © Lenadazy_VF

De la radio qui accompagne le café qui coule le matin, à la prise d’antenne dans un studio, ces boites nous plongent dans des univers différents, enrichis de bandes sons. Elles ont été spatialisées par le service Innovation etQualité de Radio France, qui avait un objectif, faire oublier le casque dans les boites, et les enceintes dans la voiture, nous explique Frédéric Changenet, ingénieur du son responsable de projets : « Souvent, le casque ou les enceintes agissent comme un filtre entre les intentions créatrices du musicien, de l’auteur, et son auditeur. Et avec les technologies dites du son immersif, qui sont en train d’émerger aujourd’hui, il y a la possibilité, peut-être pas de supprimer complètement ce filtre entre le créateur et l’auditeur, mais en tout cas de le réduire grandement. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

« Quelqu’un m’a dit ‘moi j’ai osé appeler Macha Béranger, c’était incroyable’»

Nous sommes ici dans la fameuse voiture, guidés sous la pluie par un chauffeur et l’autoradio. Un dispositif, qui, comme les autres, éveille plusieurs souvenirs chez les spectateurs, raconte Cécile Léna : « C’est un peu la particularité de ces boites, il n’y a pas de personnage à l’intérieur. Donc chacun peut projeter ses propres souvenirs. Moi je ne fais qu’offrir des situations aux spectateurs donc oui, ils sont nombreux à me dire ‘mais moi aussi j’écoutais la météo marine, c’était mon moment préféré’ ou quelqu’un qui m’a dit ‘moi j’ai osé appeler Macha Béranger, c’était incroyable’. Donc ça réveille des souvenirs intimes ».

La miniature du studio radio
La miniature du studio radio, © Lenadazy_VF

Avant de remonter quelques étages pour écrire ce reportage, une dernière question restait à poser : et si cette exposition n’était tout simplement pas une grande déclaration d’amour à la radio ? « Ah oui c’est exactement ça, je l’aime la radio, j’ai grandi avec, je l’écoute quand je travaille dans mon atelier. La radio est toujours avec moi et c’est très émouvant pour moi d’être au cœur de Radio France et de montrer aux gens de la radio ce travail, parce que c’est une manière de les remercier de tout ce que l’on reçoit chacun, individuellement, via ce média. »

Si vous aussi vous souhaitez passer de la Chine à l’Ouest américain, dans ces boites qui remontent ou arrêtent le temps, l’exposition est prévue jusqu’au 16 janvier, dans le Hall de la Maison de la Radio et de la Musique.

L'équipe de l'émission :