Relax !
Programmation musicale
Vendredi 10 avril 2020
59 min

Portrait de Paul Paray

On dresse le portrait du brillant chef d'orchestre français Paul Paray (1886-1979).

Portrait de Paul Paray
Le chef d'orchestre Paul Paray, © Detroit Symphony Orchestra

Rediffusion de l'émission du 22 octobre 2019. La programmation musicale est à retrouver en cliquant sur ce lien

Paul Paray compositeur et chef

Né en 1886, Paul Paray étudie la composition au Conservatoire de Paris et remporte le Prix de Rome en 1911 avec une cantate, Yanitza.  Il part ensuite à la Villa Médicis où il reste jusqu'au début de la  Première guerre mondiale. Prisonnier de guerre dans le camp de  Darmstadt, il refuse toute collaboration musicale avec les allemands.Après la guerre, poussé par le chef Camille Chevillard, il se découvre un talent pour la direction d'orchestre, et prend en 1920 la tête de l'orchestre des Concerts Lamoureux, avec lequel il accomplit un travail admirable jusqu'en 1928.

Une conscience nationale

Pendant la seconde guerre mondiale, Paul Paray  se distingue par son soutien indéfectible aux musiciens juifs  persécutés par le gouvernement de Vichy. Il refuse notamment de livrer  la liste des musiciens israélites de l'Orchestre Colonne  dont il est le président jusqu'en 1940. Il démissionne et se rend à  Marseille où, à nouveau, il quitte en juillet 1941 son poste de chef de l'Orchestre National  (un nouvel orchestre créé par Vichy), par solidarité avec les musiciens  juifs qui venaient d'en être renvoyés. Il se rend ensuite à Monaco où il devient premier chef et co-directeur de l'Opéra, et y accueille les musiciens juifs chassés.

Grand diffuseur de la musique française aux Etats-Unis

La posture politique très ferme de Paul Paray en fait en quelque sorte un symbole de droiture  dans le monde musical de l'après-guerre ; sa carrière prend alors un  essor international et il commence à être courtisé par des orchestres  américains. En octobre 1951, à la suite d'une série de concerts aux  Etats-Unis, il accepte de prendre la direction de l'Orchestre symphonique de Détroit qu'il dirigera jusqu'en 1962. Grâce au label Mercury,  qui profite à l'époque du succès du 33 tours, il enregistre avec  l'orchestre un grand nombre d’œuvres, notamment de compositeurs  français : Roussel, Chabrier, Ravel, Saint-Saëns... Il devient ainsi, avec Pierre Monteux et Charles Münch, le grand diffuseur de la musique française aux Etats-Unis.

L'équipe de l'émission :