Propos sur Bach
Magazine
Dimanche 15 septembre 2019
5 min

Propos sur Bach 3. L’apprentissage musical

C’est son père, Johann Ambrosius, qui enseigne au petit Jean-Sébastien les principes fondamentaux de la musique et qui l’initie au violon. Mais un autre membre de la famille tient également une place importante dans son apprentissage musical...

Propos sur Bach 3. L’apprentissage musical
Statue de Bach à Leipzig, © Getty

... le cousin d’Ambrosius, Johann Christoph, lui aussi installé à Eisenach et organiste de la Georgenkirche. Ce dernier jouissait d’une belle renommée dans la ville et dans les environs, non seulement en tant qu’organiste, mais également comme compositeur d’église. Jean-Sébastien notera plus tard qu’il était un « compositeur d’une grande profondeur ». On sait que l’enseignement de Johann Christoph était recherché ; n’avait-il pas réuni vers 1675, un recueil à but didactique de 44 compositions d’exécution facile ? Tout le monde s’accorde pour dire que c’est auprès du cousin de son père que Jean-Sébastien fit ses premières pas à l’orgue.

Alors que les enfants fréquentent plutôt les écoles allemandes d’Eisenach, Jean-Sébastien intègre à l’âge de 8 ans la seule et unique école de latin de la ville, celle-là même qui avait formé en son temps le jeune Martin Luther. Dans cet établissement, l’enseignement de la doctrine luthérienne est prépondérante, ainsi que l’apprentissage du latin : il permet aux jeunes élèves d’avoir accès aux sciences et aux lettres, d’aborder des lectures morales, poétiques et philosophiques, signées Virgile, Cicéron ou Plutarque. L’arithmétique et l’histoire restent des disciplines secondaires, la journée étant ponctuée par l’étude du catéchisme et des pratiques de dévotion.

Outre son père et son oncle, un troisième musicien a beaucoup compté dans l’apprentissage musical de Jean-Sébastien enfant : il s’agit  d’Andreas Christian Dedekin, le Cantor de la Georgenkirche. En tant que Cantor, il s’occupe de l’enseignement et de la pratique musicale en dirigeant le chœur de l’école latine. En intégrant cette école, Jean-Sébastien a donc accès à cette activité chorale à laquelle il participe certainement quotidiennement.

On se plaît alors à imaginer un dimanche de la dernière décennie du XVIIe siècle à la Georgenkirche d’Eisenach, où Johann Christoph se tient à l’orgue, à proximité de son cousin qui tient la partie de violon dans l’orchestre, tandis que le petit Jean-Sébastien chante dans le chœur de l’école. 

Johann Christoph Bach
MotetDer Gerechte
Cantus Cölln
Dir Konrad Junghanel
Disque : Deutsche Harmonia Mundi 05472773052 (1994) 

CD Johann Christoph Bach Cantus Cölln
CD Johann Christoph Bach Cantus Cölln, © Deutsche Harmonia Mundi
L'équipe de l'émission :