Propos sur Bach
Magazine
Dimanche 26 avril 2020
5 min

Propos sur Bach : 29. Cantor et Director Musices à Leipzig (1723-1750)

Au cours de l’été 1722, alors qu’il fait le deuil de son frère bien aimé Johann Jacob qui vient de mourir à Stockholm à l’âge de 40 ans, Jean-Sébastien apprend la vacance du poste de Cantor de l’église Saint-Thomas de Leipzig ...

Propos sur Bach : 29. Cantor et Director Musices à Leipzig (1723-1750)
Episode 29

... Depuis plusieurs mois déjà les autorités de la ville cherchent à remplacer feu Johann Kuhnau qui occupait cette fonction depuis une vingtaine d’années. Bien que diplômé de l’Université de Leipzig, Telemann refuse le poste ; tout comme Christoph Graupner, pourtant ancien élève de Kuhnau. Après plusieurs autres sollicitations, la municipalité se tourne alors vers la candidature de Jean-Sébastien. La procédure de recrutement dure plusieurs mois, une période au cours de laquelle le Kapellmeister de la cour de Köthen doit passer une série d’épreuves dont un examen de théologie. Lorsqu’il est officiellement engagé, le 5 mai 1723, Jean-Sébastien vient de fêter ses 38 ans.

Profondément religieuse, la ville de Leipzig compte au début du XVIIIe siècle six églises luthériennes. Les deux plus importantes sont Saint-Thomas et Saint-Nicolas, cette dernière, la plus vaste et aussi la plus haute étant l’église principale de la ville. Le grand service dominical leipzigois a lieu en alternance à la Nicolaskirche et à la Thomaskirche. A chacune de ces églises est également rattachée une école de garçons ; donc deux écoles, sur lesquelles repose le système scolaire de la ville. Les enfants les plus miséreux, sont affectés à l’Ecole de Saint-Thomas, tandis que les plus aisés accèdent à celle de Saint-Nicolas.

Les fonctions attribuées à Jean-Sébastien sont doubles : il est à la fois Cantor de l’église Saint-Thomas et Directeur musical de la ville. En tant que Cantor, il compose, organise et dirige la musique des deux églises principales tout au long de l’année liturgique, tout en assurant la formation musicale, uniquement à l’école Saint-Thomas cette fois, des chantres liturgiques qui ne sont autres que ses jeunes élèves. Depuis le XVe siècle, une vingtaine de grands maîtres s’étaient succédés avant lui au poste de Cantor de la Thomaskirche et avaient formé un bon nombre de musiciens professionnels destinés à de brillantes carrières.

La scolarité à la Thomasschule comprend sept années d’études ; les jeunes garçons entrent généralement à douze ans. Tous pensionnaires, ils mangent et dorment à l’école située à deux pas de la Thomaskirche. Le chœur se compose de 55 élèves, répartis en quatre phalanges. Jean-Sébastien Bach donne des leçons de chant quotidiennes à tous ces garçons, les répétitions pour la cantate dominicale se déroulant chaque samedi, après le service des Vêpres. Au terme de son « cantorat », il aura suivi la formation complète d’environ 300 élèves.

En tant que Directeur de la musique de la ville, il est chargé d’organiser les différentes manifestations musicales de la municipalité, par exemple en organisant les recrutements des musiciens instrumentistes, en gérant leurs interventions dans le culte, ou encore en composant des œuvres pour les grands événements de la vie leipzigoise, comme les élections du Conseil municipal. Et cette double fonction, de Cantor et de Director Musices, Jean-Sébastien Bach l’occupera jusqu’à sa mort, pendant 27 années.

Jean-Sébastien Bach
Cantate BWV 99 « Was Gott tut das ist wohlgetan »
Choral « Was Gott tut das ist wohlgetan »
Orchestre baroque de Saxe
Chœur de Saint-Thomas de Leipzig
Direction Gotthold Schwarz
Disque : Accentus Music ACC 30471 (2018)

CD Bach Cantate 99 Gotthold Schwarz
CD Bach Cantate 99 Gotthold Schwarz
L'équipe de l'émission :