Propos sur Bach
Magazine
Dimanche 12 avril 2020
5 min

Propos sur Bach : 27. Second mariage avec Anna Magdalena (1721)

Un an et demi après le décès de Maria Barbara, Jean-Sébastien épouse Anna Magdalena Wilcke. Comme lui originaire de Thuringe, elle appartient aussi à une famille de musiciens. Son père est trompettiste à la cour du petit duché de Saxe-Zeitz, puis à Weissenfels : ...

Propos sur Bach : 27. Second mariage avec Anna Magdalena (1721)
Episode 27

... son oncle est également trompettiste, comme son frère d’ailleurs, et même ses beaux-frères. Du côté de sa mère, son oncle et son grand-père sont organistes. Quant à Anna Magdalena, elle est elle-même musicienne, dotée d’une magnifique voix de soprano ; et son instruction musicale, elle la doit à son père et à l’un de ses oncles. A Weissenfelds, elle bénéficie également des conseils de la prima donna de la cour, la célèbre Christiane Pauline Kellner.

La jeune chanteuse âgée de dix-neuf ans intègre les effectifs du prince Leopold de Köthen en 1720 ou 1721. Il apparaît clairement qu’elle s’engage dans une vie professionnelle indépendante, ce qui est suffisamment rare à l’époque pour être remarqué. A vingt ans, elle est financièrement autonome ; la Hofsängerin (cantatrice de la cour) gagne un revenu de 200 thalers par an, le même salaire que le premier violon du prince, tandis que Bach, en tant que Kapellmeister, gagne le double.

Lorsque Jean-Sébastien épouse Anna Magdelena, il est de seize années son aîné. Les noces ont lieu le 3 décembre 1721 et il commande pour l’occasion près de 100 litres de bon vin réputé de la région du Rhin. Un indice de taille qui nous renseigne sur le nombre important de convives invités au mariage !

Jean-Sébastien Bach compose de nombreux airs à l’intention d’Anna Magdelena qui prend part à toutes les festivités de la musique de la cour. C’est elle qui interprète par exemple la Cantate BWV 173a composée pour l’anniversaire du prince Leopold en 1722. Cette année-là, le Kapellmeister offre à sa jeune épouse un premier Petit livre de clavier comprenant plusieurs pièces qu’elle joue elle-même au clavecin ou au clavicorde. Le manuscrit est fort incomplet, mais on y trouve quand même cinq de ses Six Suites françaises.

Jean-Sébastien et Anna Magdalena vivront ensemble vingt-huit ans ; ils auront treize enfants dont six atteindront l’âge adulte. Deux d’entre eux seront de remarquables musiciens : Christoph Friedrich en poste à Bückeburg et Johann Christian qui fera carrière à Londres.

Huit jours après leurs noces, c’est au tour du jeune prince Leopold de se marier : il épouse le 11 décembre 1721 sa cousine Frederica Henrietta Anhalt-Bernburg. Tout bascule alors pour Jean-Sébastien Bach, car la princesse n’avait aucun goût pour la musique ; elle était indifférente à cet art et détourna même son époux de sa passion première. C’est ce qu’explique Bach lui-même, bien plus tard, dans une lettre à son ami Erdmann du 28 octobre 1730 devenue célèbre. La situation se détériore à la cour et le Kapellmeister ne pense désormais qu’à une seule chose : il fallait quitter Köthen au plus vite.

Jean Sebastien Bach
Cantate BWV 36 « Schwingt freudig euch empor »
Chœur introductif
Chœur Monteverdi
Solistes baroques anglais
Direction John Eliot Gardiner
Disque : Soli Deo Gloria SDG 162 (2009)

CD Bach cantate BWV36 Gardiner
CD Bach cantate BWV36 Gardiner
L'équipe de l'émission :