Propos sur Bach
Magazine
Dimanche 23 février 2020
5 min

Propos sur Bach : 23. La démission de Weimar (1717)

Voilà que le 1er décembre 1716 vient à mourir le Kapellmeister de la cour de Weimar. Agé de plus de 70 ans, Johann Samuel Drese avait occupé ce poste pendant 33 années. Jean-Sébastien espère vivement prendre sa succession. Mais le duc de Saxe-Weimar en décide autrement ...

Propos sur Bach : 23. La démission de Weimar (1717)
Episode 23

... Il attribue plus naturellement ce poste au fils du Kapellmeister, Johann Wilhelm Drese. S’il était nettement moins talentueux que Jean-Sébastien, il était de huit ans son aîné, il était allé se former en Italie au début des années 1700 et il assistait son vieux père comme Vice-Kapellmeister de la cour depuis 13 années déjà. 

A partir de là, les liens entre Jean-Sébastien Bach avec le duc de Saxe-Weimar et la cour en général se dégradent considérablement. Au sein de cette assemblée, il n’y a bien que le neveu de Wilhelm-Ernst qui trouve grâce aux yeux du compositeur. Jean-Sébastien assure son instruction musicale et bénéficie ainsi de la bienveillance de son épouse, la duchesse Eleonore-Wilhelmine. C’est grâce à elle qu’il réussit d’ailleurs à s’extraire de la cour de Weimar.

Pendant les premiers mois de l’année 1717, Jean-Sébastien entre en contact avec le prince Leopold d’Anhalt-Köthen qui n’était autre que le frère de la duchesse Eleonore-Wilhelmine de Saxe-Weimar. Rival politique de la cour de Weimar, le prince Leopold accueille Jean-Sébastien Bach à bras ouverts et lui offre le poste de Kapellmeister qu’il attendait tant. Un document daté du 7 août 1717 témoigne de son rattachement à la cour de Köthen, à plus de 150 km au nord de Weimar.

Seulement voilà, le duc de Saxe-Weimar ne consent aucunement à le laisser partir. Jean-Sébastien faisait état de ses droits et de sa liberté personnelle tandis que Wilhelm-Ernst revendiquait la possession d’un bien. Le prince fit la sourde oreille et en guise de réponse, il fit même acte de pouvoir en faisant mettre le musicien en prison. 

Voici le compte-rendu de cet épisode dressé par le secrétaire de la cour : « 6 novembre 1717 : l’ex-Konzertmeister et organiste de la cour, Johann Sebastian Bach, en raison de son obstination à vouloir arracher son congé, a été mis aux arrêts au palais de justice, et finalement, le 2 décembre, par l’intermédiaire du secrétaire de la cour, lui a été, de mauvaise grâce communiqué son congé, à la suite de quoi il a été aussitôt libéré ».

Enfin libre après cette humiliante peine de prison de plus de trois semaines, Jean-Sébastien rejoint Maria-Barbara et leurs quatre enfants, déjà installés depuis plusieurs mois dans la petite ville de Köthen. C’est son élève, Johann Martin Schubart, qui prend sa succession au poste d’organiste à Weimar après son départ. Voilà de quelle manière s’acheva l’un des épisodes les plus chaotiques de la vie professionnelle de Bach.

Jean-Sébastien Bach
Cantate BWV 12 « Weinen, Klagen, Sorgen , Zagen
Choeur introductif
Vox Luminis
Direction Lionel Meunier
Disque : Alpha 258 (2016) 

L'équipe de l'émission :