Propos sur Bach
Magazine
Dimanche 29 décembre 2019
5 min

Propos sur Bach : 16. La vie à Mühlhausen

Sur les routes de l’époque, la ville fortifiée de Mühlhausen est un passage obligé lorsqu’il s’agit de traverser la Thuringe. Elle est l’une de ses villes libres : autonome, indépendante de toute famille aristocratique, gouvernée non par un prince, mais démocratiquement, par un conseil municipal ...

Propos sur Bach : 16. La vie à Mühlhausen
Episode 16

... En plus d’églises secondaires, deux grandes églises principales  organisent le culte : la Marienkirche et la Blasiuskirche qui est la  plus importante et qui vient de s’attacher les services de  Jean-Sébastien Bach. 

Il existe à Mühlhausen une pratique de la musique d’église déjà fort  ancienne. En plus de la musique d’orgue, on apprécie depuis plusieurs  générations cette Kirchenmusik où les voix se mêlent au jeu de divers  instruments pour embellir les paroles du culte. Les textes chantés, le  plus souvent sous forme de dialogues, sont ornés et augmentés de  ritournelles instrumentales. La polyphonie chorale est plutôt dans un  style vertical et homophone pour garantir une parfaite intelligibilité  du texte. C’est cette « musique figurée » (Musica figurata) que l’on  nomme aujourd’hui sous le terme générique de cantate.

Et c’est dans ce domaine de la « musique figurée que Jean-Sébastien  entend s’investir ; un domaine dans lequel il s’était senti si brimée à  Arnstadt. Cette Kirchenmusik, il en avait entendu de merveilleux  exemples dans le nord du pays. Le grand maître de Lübeck, Dietrich  Buxtehude, venait justement de rendre l’âme à l’âge de 70 ans, le 9 mai  1707. Jean-Sébastien s’active alors pour copier sa Kirchenmusik, la  faire connaître à Mühlhausen et constituer en cette ville un répertoire  nouveau. Dans cette tâche, il s’entoure d’élèves qui l’aident à la copie  et auquel il donne également des leçons. Nous connaissons les noms de  deux d’entre eux : Johann Sebastian Koch et Johann Martin Schubart

Sans doute Jean-Sébastien avait-il déjà composé quelque « musique  figurée » pour Arnstadt après son retour de Lübeck. Mais rien n’a  subsisté de ces premiers jets dont l’exécution par le chœur des élèves  devaient être largement compromise. Les toutes premières partitions qui  soient parvenues jusqu’à nous datent donc de Mühlhausen. Seulement  voilà, il se trouve qu’elles n’étaient guère conformes à la tradition  locale…

Jean-Sébastien Bach
Cantate BWV 131 « Aus der Tiefen rufe ich Herr zu dir »
Choeur « Israel hoffe auf dem Herrn »
Ensemble Vox Luminis
Direction Lionel Meunier
Disque : Alpha 258 (2016)

L'équipe de l'émission :