Open jazz
Magazine
Jeudi 2 avril 2020
53 min

The Village Vanguard Story (2/5) : une scène pour la cène

Une semaine au Village Vanguard. Aujourd'hui, les raisons d'une acoustique exceptionnelle.

The Village Vanguard Story (2/5) : une scène pour la cène
Village Vanguard, © Radio France / Alex Dutilh

Le Village Vanguard a été créé à New York en 1935 par Max Gordon, exactement là où il se trouve aujourd'hui, en bas de la 7ème Avenue (178 7th Avenue South). Il ferma une fois, en 1989, à la mort de Max Gordon : sa veuve Lorraine le rouvrit le lendemain ! Lorraine Gordon, qui, à 95 ans continue à venir écouter les concerts et saluer les musiciens depuis « sa » table à gauche de l’entrée, rouge à lèvre pimpant et sourire malicieux. En 2006 elle avait publié ses mémoires : « Alive at the Village Vanguard ».

Durant les vingt premières années, le Village Vanguard (prononcer Vangard) fut un lieu pluridisciplinaire où la musique côtoyait la poésie, la littérature, le vaudeville et le théâtre. Depuis 1956, il est tout simplement le club de jazz le plus iconique de la planète : en bas d’une volée de marche, une salle en triangle isocèle, rouge et verte, une trentaine de petites tables rondes, la scène dans l’angle. Les murs sont couverts de photos de ceux qui ont joué là, un véritable Gotha du jazz. Un tuba sort étrangement du mur de gauche, un bar au fond, à distance de la scène. Une dimension intime, une acoustique miraculeuse, une écoute attentive…

Plus de 200 enregistrements ont été réalisés là, dont nombre de sommets en état de grâce. Et tous les lundi, un rendez-vous immuable, celui d’un big band entassé sur la scène minuscule. Aujourd’hui, le Vanguard Jazz Orchestra qui a pris la suite de l’historique Thad Jones, Mel Lewis Orchestra. Un ouvrage de Dave Lisik et Eric Allen, publié cette année, relate cette histoire : «50 Years at the Village Vanguard» avec énormément de photos et de témoignages.

Alex Dutilh est allé rencontrer la fille de Max et Lorraine Gordon, Deborah Gordon et le manager du club, Jed Eisenman qui président désormais aux destinées du club. Cent anecdotes au passage. Qui donc n'a jamais joué chez eux, parmi les légendes du jazz ? Réponse simultanée : "God !"… Une semaine où Bill Evans va côtoyer John Coltrane, Sonny Rollins, Brad Mehldau, Art Pepper, Wynton Marsalis, Barbra Streisand… ou Martial Solal.

[première diffusion le 26 décembre 2017]

Programmation musicale

Tommy Flanagan  « Nights at the Vanguard »
Goodbye Mr. Evans (Phil Woods)
Uptown 27.29

« Nights at the Vanguard »
« Nights at the Vanguard »

Bill Frisell « East West »
The Vanguard (B.  Frisell,T. Scherr, K. Wollesen)
Nonesuch 79863-2

« East West »
« East West »

Tom Harrell   « Live at the Village Vanguard »
Where the Rain Begins (Angela Harrell, Tom Harrell)
RCA 09026639102

« Live at the Village Vanguard »
« Live at the Village Vanguard »

Brad Mehldau  « Live »
Wonderwall (Gallagher)
Nonesuch   7559-79956-5

« Live »
« Live »

Barbra Streisand « One Night Only »
In the Wee Small Hours of the Morning (David Mann, Bob Hilliard)
Columbia  88697689789

« One Night Only »
« One Night Only »

Woody Shaw « Stepping Stones »
Theme for Maxine (Woody Shaw)
Columbia 520373   2

« Stepping Stones »
« Stepping Stones »

Hamiett Bluiett «  Ballads and Blues, Live at the Village Vanguard »
Started (Hamiett Bluiett)
Soul Note 1212882

«  Ballads and Blues, Live at the Village Vanguard »
« Ballads and Blues, Live at the Village Vanguard »

Thad Jones, Mel Lewis « All My Yesterdays »
Big Dipper (Thad Jones)
Resonance 2023

« All My Yesterdays »
« All My Yesterdays »

Thad Jones, Mel Lewis « Live At the Village Vanguard »
Lover Man (Davis, Ramirez, Sherman)
Blue Note 60438

« Live At the Village Vanguard »
« Live At the Village Vanguard »
L'équipe de l'émission :