Open jazz
Magazine
Jeudi 17 mars 2016
58 min

Stéphane Tsapis, l'art de la contrebande

Parution de « Border Lines » de Stéphane Tsapis chez Cristal.

Stéphane Tsapis, l'art de la contrebande
Stéphane Tsapis ©Pierrick Guidou

Au sommaire aujourd'hui

► Stéphane Tsapis

à la Une
Jazz au Trésor : Horace Silver - Spiritualizing The Senses
Jazz Agenda (semaine du 14 au 20 mars 2016)
Jazz Culture : Festival Jazz & Images
Jazz Trotter : Lucia Cadotsch - Speak Low
Jazz Bonus : nouvelle série des Smoke Sessions (4/5)
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE" On peut parler des choses du cœur avec dignité et des choses de l'esprit sans froideur. Il suffit simplement de réconcilier les inconciliables, et même de les marier entre eux. Pratiquer un expressionnisme pudique, ne pas dissocier une certaine réserve d'une générosité patente et ne jamais sacrifier la première à la seconde, ni celle-ci à celle-là : voilà ce qui singularise d'emblée la démarche de ce trio.

De son esthétique, la pudeur est le maître mot : tous deux membres du trio de Georges Paczynski, où ils font merveille, Stéphane Tsapis comme Marc Buronfosse sont de ces musiciens qui décantent leurs phrases pour mieux les enchanter ; Arnaud Biscay connaît lui aussi le précieux secret de ces fièvres d'où la fébrilité est absente. Aux effusions, tous préfèrent une diffusion de l'émotion qui n'exclut pas plus l'éloquence que le recueillement, à condition qu'ils restent indissociés.

​Car cette pudeur-là, on le comprend vite, n'entend pas mâcher ses mots, ni en rester à l'écume des choses. On peut retenir ses coups si l'on frappe juste, s'étant fixé un but précis. Le très original projet de Tsapis naguère lauréat du concoursDuke Ellington composers, et ce n'est pas un hasard — était de dérouler dans "Border Lines", je le cite, "un panorama musical de la Grèce d'hier et d'aujourd'hui, évocateur de différentes régions, de différentes époques", qu i associerait compositions originales et "standards grecs revisités".

En même temps, le pianiste souhaitait que chaque séquence de ce film confié à l'imagination de l'auditeur, "explore le concept de frontière ". Il est clair que les deux contrats ont été remplis. ​Quant à être borderline, c'est depuis toujours l'idéal et la fonction même du jazz, son inimitable façon de trouver dans le monde une place qui est celle d'une musique sans cesse déplacée, veillant toujours à garder un pied en dehors d'elle-même.
Alain Gerber

“Border Lines”, c'est cette ligne de frontière que les êtres humains se gardent tous de franchir, cet état limite un peu avant la folie. Nous sommes tentés de passer de l'autre côté, de basculer dans ce monde qui nous attire tant, mais la raison se réveille et nous en écarte, notre pudeur prend le dessus au dernier moment pour nous éviter de plonger.

Border Lines, c'est aussi la barrière de la langue qui me fait me sentir français quand je suis en Grèce et rarement totalement quand je suis en France. Ce sentiment d'être à cheval sur les deux cultures, pas tout à fait à ma place, ne me quitte jamais. Je vis en permanence dans cet étrange entre-deux en ne me sentant bien qu'en plein milieu, sur cette frontière. Et si mon pays était entre les deux ? Et si je vivais dans cet ailleurs qui n'existe que dans ma tête, sur la frontière de ce que je crois être ces deux pays ? Et si les frontières n'existaient que dans notre tête ? L'être humain ne veut pas y croire mais la musique peut nous le faire imaginer !

Pour faire naître cette musique j'ai voulu confier la direction artistique au merveilleux
compositeurArthur Simonini. Il a su par sa science musicale nous orienter tous les trois et être ce garde-fou nécessaire à la réalisation de ce projet. Marc et Arnaud, quant à eux, sont les compagnons de route rêvés : ils ont su trouver la palette sonore idéale, la rythmique qui me permet de me sentir chez moi dans cette musique ! Welcome to my country!
Stéphane Tsapis

Où écouter Stéphane Tsapis

  • jeudi 24 mars à 21h au studio de l'Ermitage à Paris
  • samedi 09 avril à 17h30 au studio 105 de Radio France à Paris dans le cadre des concerts Jazz sur le Vif d'Arnaud Merlin. Diffusion le mercredi 20 avril à 20h dans Les mercredis du jazz de Jérôme Badini.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :